Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CHEVAL FOU - (Jean-Michel Sananès)

Ce qui est, est-il moins important que ce qui restera ?

14 Mars 2017, 15:29pm

Publié par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Ce qui est, est-il moins important que ce qui restera ?

Pourquoi efface-t-on la douleur du serf en regardant les hautes tours ?
Pourquoi chaque château, chaque route, chaque cathédrale
Hors des traces de burins ne portent-il pas un marbre funéraire
Au nom des réquisitionnés, des exploités, qui y ont courbé leur vie ?

Tais-toi, travaille et meurs petit homme,
à l'inflation de l’espérance, quand ton fils mourra il ne restera rien de toi
ils auront pris toute ta sueur pour en tirer leur gloire

 
N'y a-t-il que des généraux et des bouchers de l'Histoire dont on connaît les noms ?
N'y a-t-il que le poète qui soit comptable des misères et de la souffrance ?
 
Ce qui est, est-il moins important que ce qui restera ?

La braise du charbon, la grandeur du terril
font-ils oublier la répression des grévistes et les coups de grisous ?
 
Tais-toi, fais nos guerres et meurs petit homme,
à l'inflation de l'espérance quand tu partiras
qui se souviendra de toi ?

Ce qui est est-il moins important que ce qui restera ?

Quand tu partiras, petit homme
aux palais de leurs gloires il ne restera rien de toi
rien de ta sueur.

Voir les commentaires

Jean-Marc La Frenière : Tu es si loin

7 Février 2017, 22:16pm

Publié par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Nous étions si bien tous les deux à caresser un loup, à regarder la pluie en larmes sur la vitre, tant de petits soleils. La vieille chaise a verdie où nous étions assis. Des fleurs y poussent en souvenir de toi. Je voulais mordre à la même pomme, planter le même noyau, toucher la même écorce. Je voulais marcher avec toi, longer les rives, arpenter les sous-bois, faire craquer les doigts de l'air. Je voulais dormir avec toi, ajouter tes collines à mon paysage, ton feuillage à mes branches, tes lèvres à ma bouche. Je pense toujours à toi. Je t'écris. C'est bête, mais je vis. Je vis pour toi là-bas où la mémoire perd son sang. J'apprends à lire de loin les mots que tu écris. Je ne suis pas là où j'habite. Je suis là-bas où tu vis. J'écris avec une main sans corps pour retrouver ta chair.

Ta photo sur le mur retourne à son négatif jusqu'au moment où elle fut prise. Tu me regardes ici, et pourtant, je suis là-bas, derrière ton dos. Je t'accompagne quand tu quittes ton corps. Je me fond dans le paysage comme la flèche dans son but et le désir d'être là. Avec les années, les étés qu'on a vécus ensemble restent jeunes. Ils tintent dans mes phrases comme des campanules. Ce qui était ne sera plus, et pourtant je le vois. Une nuée d'oiseaux se pose sur une île. Dans la maison de l'air, un pays infini baigne le blanc des yeux.

Écartelé entre les continents, je rêve d'un point commun sur la planète et au-delà, d'un grand lit calme dans la maison de l'air, d'une verdure commune dans les herbes du corps. La tendresse est une force à deux. L'herbe sent bon lorsque je pense à toi. Ton eau fraîche coule en moi comme un ruisseau de vie.

Il m'arrive de rêver de la même façon que je vis. Nous avions 9 ans. Je te traînais dans une voiture d'enfant, une voiturette de rêve. Tu étais toujours amie avec un autre, mais moi je regardais à travers tous les trous, les fissures, les grillages de l'air. Ta petite robe à pois écartait le malheur et ta poupée de son me faisait les yeux doux. Le soleil nageait sur tes taches de rousseur. Nous nous sommes perdus dans les grandes lignes de la ville, mais nous sommes retrouvés parmi les souvenirs. Dans le tissu du monde, un fil nous relie l'un à l'autre. La chambre close de tes bras s'est ouverte pour moi. Le lit où nous couchons nos vies est une longue rivière. L'amour est un passage à gué, un survol d'oiseau avant de nidifier, un nid pour la chaleur des œufs et la rumeur des eaux.

Il m'arrive de rêver comme les fleurs éclosent. Tu as laissé tes pas sur le tapis rouge de mes veines, des éclats de soleil dans l'ombre qui me suis. La vie ne baisse pas les bras, mais unit ceux qui s'aiment. L'espace bouge comme un doigt dans la bague du temps. Il me suffit d'un mot pour que roule encore la petite voiture, pour que le vent décoiffe tes cheveux en broussaille. Chaque matin, je regarde le ciel. Les oiseaux m'apportent des nouvelles de toi. Ces facteurs à plumes distribuent les sourires tout autant que les larmes. Je t'écris des poèmes dans les marges des pages. Hier est aujourd'hui et demain sera toi. La route du paysage est une clef vers toi.

Je voulais te présenter mon corps, mes caresses mes mains. Je voulais te présenter mes yeux, mes regards, mes jambes. Je voulais te présenter mes bras, ma poitrine, mes pas. Je voulais te présenter ma vie avant qu'elle vieillisse. Je voulais te présenter mon cœur, mais je n'ai que des mots. Mes doigts restent accrochés au bois nu d'un crayon.

Je me souviens de ton écharpe volant au vent, de toi assise sur la galerie dans la vieille berçante, tes yeux au bord du lac rattrapant l'horizon, ta main flattant mon loup entre la crainte et la tendresse. En route vers ton corps, mes mains se font légères pour toucher ta douceur. Mes doigts s'envolent en caresses. Je voudrais tant que tu sois là, alors je t'écris.

 

Jean-Marc La Frenière

http://lafreniere.over-blog.net/

 

Voir les commentaires

Je te regarde mon âme

2 Février 2017, 19:26pm

Publié par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Je te regarde mon âme, et je te voudrais belle, toi qui n'es qu'une âme de traverse-vie, une âme empruntée à l'Immense, toi qui cherches à te trouver une place à la taille de tes rêves.
Toi qui, comme cela arrive parfois, es trop grande, trop libre, pour vivre emprisonnée dans un esprit d’homme.
Je te regarde, ma vieille âme qui as traversé les Temps, tout connu du cœur des arbres, du rire des oiseaux chanteurs, de la joie de l'épi de blé, du vent capricieux, et des enfances blessées.
Je te regarde du fond de mes silences, toi qui as vu des millénaires d'âmes défenestrées de corps fatigués par l'usure. Toi qui fus la compagne de mille fusillés désâmés, toi mon âme ébréchée par la grisaille des souvenirs, toi, mon amputée des mille utopies, mon égarée, ma cabossée, ma mutilée, toi, ma vieille compagne d'ossuaires désertés, ma roturière sans papiers, perdue sur tant de chemins d'ennui, ma squatteuse de vie.
Moi, l'égaré des décennies, en ces temps précaires où les dieux se perdent, même si tu es une âme sans foi ni loi, au seul crime d'avoir aimé, je t'adopte, ma petite âme d'occasion, sans garantie de bonheur, sans même un état d’âme. Je t'adopte, avec cette conscience si lourde à traîner. Je t'adopte, et te porte en moi comme une boussole précieuse sur  mes chemins d'exil et d'enfance perdue.
Je te regarde et te parle, mon âme, toi qui portes l'inlassable Question. Toi, l'habitante de ma tête, nue, sans mensonge, sans fard face à mes vagues à l'âme et à mes doutes traqueurs d'innocence.
Parmi les naufragés d'un Temps jonché de destins perdus, moi qui cherche le chemin des mémoires englouties, je te cherche mon âme, dans l'encyclopédie de l’impossible, à frontière de raison. Je te cherche et te dessine, te devine légère ou hexagonale comme l’infortune, lourde comme le devoir.
Toi, mon âme à peau d'enfance douce comme l'espérance et sage comme la raison, je te cherche et peu m'importe tes autres passés, tes errances, tes vagabondages millénaires.
Je te chercherais même si tu t'étais vendue au diable et que mille nuées de quidams t’aient con-damnée.
Moi, qui viens du cri et des larmes, je te porte au centre de tout ce qui m'est précieux. Tu es mon chemin, mon âme sœur qui sait le poids des âmes en peine.  
Toi qui un jour me quitteras, ne m'oublie pas.

 

 

Voir les commentaires

On ne se moque pas impunément d’un magnifique Pleyel !

30 Janvier 2017, 17:35pm

Publié par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Sur la scène, il est seul, paisible. Un pâle rayon de lumière lui donne un reflet de scarabée tout droit sorti de la mythologie égyptienne. Sa bouche est ouverte, il dort, magnifique, le grand piano. À cet instant précis, il ressemble à un énorme oiseau noir qui pointe une aile vers le ciel en attendant l'envol.
Soudain, arrive un homme en queue de pie. Avançant tel un toréro dans l’arène, à la parade, il regarde l'énorme piano à queue, le toise. Il marche sous un faisceau de lumière argentée. Un sourire de contentement traverse son visage quand fusent les applaudissements. Il salue la salle, mais ne salue pas le piano, non il va vers lui en conquérant, en maître.
Le piano se contracte sur ses quatre pattes trapues,  se fait lion en cage...
Le maestro ajuste nonchalamment ses manches avant de caresser les dents d’ivoire. Par deux fois, le voilà qui claque violemment la bouche du piano.
La blessure est vive. Par deux fois la bête grince, grogne, gémit.
Et encore le maestro se lève, et d'un bras tendu, pince vigoureusement, sous la grande aile, les cordes métalliques,  les malmène, les frappe.
Le grand fauve est vexé, le prendrait-on pour un piano bastringue ! Non, lui est un piano classique, de noble ascendance, son pedigree est irréprochable, c’est un Pleyel, de concert ! Tout le monde sait ce que cela veut dire. Les chefs d'orchestre le respectent ! Mais, à l'évidence, ce maestro de pacotille ne le sait pas qui le bouscule, lui fait injure. Il ignore les ambitions de ce monstre sacré d'ébène et d'ivoire, de ce romantique aux airs sombres prédestiné à jouer de la sonate, du clair de lune, des musiques de crépuscule et, à la rigueur de ses grands airs… Lui, le Pleyel, devrait-il laisser l’inconvenant faire ses fa-dièse d’une main et jouer de ses cordes sensibles de l’autre ?
La tension monte monte monte, ce qui devait être une musique devient flagellation.
La salle abasourdie assiste à cette humiliation publique. On parle de combat entre les Anciens et les Modernes, on s'agite. D'une octave l’autre le ton va crescendo, ce n'est pas une joute ou une simple rixe, NON, là, c'est la GUERRE !
Le vieux lion ailé  se rebelle, s'emporte, se défend. Bruyamment, il replie sa grande aile noire sur la main tendue et l'énorme cri du pianiste ! Rien ne calme le piano en furie, encore il se cabre, rugit, mord. C’est maintenant sa longue mâchoire d’ébène qui claque sur ses dents d'ivoire et emprisonne la main gauche du cacophoniste. Pris de panique, le pianiste tente de fuir la vengeance de l’offusqué.  Tentative inutile, dans un raffut épouvantable, une fureur d’ébène le poursuit, bondit, grogne, vocifère, recouvre de ses octaves les plus graves les plaintes aiguës du maestro impuissant. Dans une danse pathétique, le pianiste se trémousse, se débat, on croirait un Chant du Cygne !  Ce sera sa dernière représentation. La punition à été terrible !
Maintenant, repu, vengé, le piano, d'un pas lent et lourd, retourne à sa place et salue le public médusé.
Le rideau tombe.
La foule repart, dé-concert-ée.
Hélas, dans la salle, il n'y avait pas de dompteur de piano.
On ne se moque pas impunément d’un magnifique piano de concert, d'un Pleyel !

Voir les commentaires

Silence là-dedans !

26 Janvier 2017, 19:50pm

Publié par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Trop de monde, trop de bruit
trop de nuits cassées
trop de rêves dissipés !

Ça chante, ça parle, ça bouscule
ça crie, ça siffle, ça murmure
trop d'habitants dans ma tête
qui dansent sur mon silence

Arrêtez la cavale des mots fous
et la cohorte des moineaux tapageurs
terrassez la horde des pensées inquiètes
et des coquelicots qui déjà appellent le printemps
éloignez ces verbes excentriques qui chassent le réel
empêchez l'envolée de ces phrases qui parlent de tout et de rien
tirez à vue sur toutes les digressions
je ne veux plus ressasser l'inventaire du jour
et celui des musées de l’imaginaire
taisez les mots qui parlent à voix basse
les embusqués du subconscient
les pensées clandestines
les demi-mots, les petit mots, les dicos en goguette
et tous les souvenirs altérés

Laissez-moi vivre en moi, et seul

Je ne veux plus que ma tête soit ailleurs
quand je devrais être en moi et ici
donnez-moi du carré et des nombres
laissez partir les soleils de minuit
nourrissez-moi de tapioca, de patates et de chiffres
fermez la porte des folies
et tous les portiques de l'imaginaire
chassez ce hibou galéjeur qui ricane dans mes rêves
pourchassez les enfants poètes et leurs cerfs-volants
les jongleurs de mots et les papillons ivres
qui titubent autour des réverbères
congédiez mon neurone aux chimères
emprisonnez mes idées folles, mes pensées vagabondes
je veux la mise à l'arrêt des bruits qui courent
la mise en sourdine des verbes hauts, des jeux de mots
des gros mots, des traits d’esprit, des paroles en l’air
des désaccords et des accords et des promesses qui passent

Trop de monde, trop de bruit
trop de nuits cassées
trop de rêves dissipés
donnez-moi des mots d'ordre
des pensées à l'eau de rose
des pamphlets au pain béni

Donnez moi le sommeil et le silence des justes
fermez ma conscience et ses agitateurs

Allez, mots rebelles
Mots sauvages et petits rêves
ouste dehors !

Incroyable ! Je ne suis pas chez moi
dans ma tête
rien ne m'obéit
le désordre règne
comme quand le maître parlait au tableau
et jetait sur ma table des équations froides
en ces temps où le soleil attendait l'heure de la récréation
Rien n'a changé
les décennies ont passés
et dans mon lit
des mots des phrases des rires démentiels
squattent encore ma nuit
une cacophonie déchire mon silence
je cherche le calme et la paix


Il est trois heures
et la lune fait le guet
seule la caresse de mon chat
promène un silence bienveillant.

jms

Voir les commentaires

La dame en noir (à Barbara)

25 Janvier 2017, 16:24pm

Publié par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Elle ondule comme un silence
son cri à aucun sanglot pareil
hésite et s'enroule autour des mots
 
Sur de vieilles douleurs
la femme
feu follet d'ombre noire
ouvre une musique en pelure d'âme
aiguisée et pure
 
Sous le projecteur
deux infimes
deux gigantesques couteaux d'obsidienne
cerclent des yeux d'aigle
 
Il y a si longtemps déjà
sur les quais de l'Ill
elle était entrée en moi
par une de ces fissures du doute
qui appelle la vie la mort et l'absolu
 
Les enfants de la flétrissure
se reconnaissent à leur douleur
 
Elle, me promenait dans un vague à l'âme
où s'épuise l'envie de vivre


Tout près de moi, dans la chanson de Prévert
un bateau d'Ouessant n'arrêtait pas de sombrer
il pleuvait sur Brest
elle me revenait de Nantes
déjà je savais qu'il est toujours trop tard
pour déterrer le passé.

 

Voir les commentaires

L'âme (extrait) Jean-Marc La Frenière

19 Janvier 2017, 18:27pm

Publié par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

c'est cette lumière qui s'échappe par la blessure de l'être,
ce miellat nourricier,
cette chair accrochée aux bouleaux et guérissant les hommes,
ce pollen de l'air qui donne vie aux fruits,
l'énergie des fourmis qui soulèvent des pierres,
cette braise sous la cendre que tisonne le vent,
cette sève des érables que sucre la chaleur,
cette tête qui anime la main,
celle qui pousse le crayon et dessine la vie,
cette bouche du fleuve et l'appareil digestif de la terre,
ces fleurs sauvages qui s'offrent aux abeilles,
la gelée blanche des fougères,
cette pelletée de braises faisant fumer la neige,
le feu follet, la flamme, le ver luisant, l'iris versicolore,
quelques mots qui survivent à l'asphyxie du monde,
la veilleuse d'un enfant dans une chambre à coucher,
le monstre sous le lit ou dans le garde-robe,
le cri intermittent d'une chouette,
les rares bruits du cimetière,
l'enfant et son genou qui saigne,
la poupée, la toupie, l'ami imaginaire
son trésor enfoui sous la galerie,
un vieil homme errant dans sa mémoire,
un feu de branches aux airs de guitare.
 
c'est l'usure des planches et la patine des meubles,
ce bruit de l'eau dans les gouttières,
celui de l'homme dans la rumeur des choses,
c'est la course des heures,
les fleurs pressées de vivre
et celles qui tombent en poussière,
les fruits ronds des pommiers et les œufs des oiseaux,
le fouillis cellulaire d'où naissent les enfants,
la fonte des neiges dans la faune et la flore,
les germes qui s'éveillent,
la lessive bleue du ciel,
les neurones qui éclosent,
c'est l'orage et la pluie, la fulgurance des éclairs,
la bousculade des gouttes sur la tôle des toits,
la rosée du matin, la couleur du couchant,
le rose insaisissable des brumes sur le lac,
l'aubier des arbres, l'aube du bois,
ces ruches, ces nuées, ces nuages qui s'emparent des yeux,
cette route montrant sa corde sous les pas,
la corne sur les paumes et le dessous des pieds,
la vue d'un fruit dans le panier d'un arbre,
c'est la semence se dévoilant pivoine,
sycomore, cyprès ou thuya,
le dès, le depuis, le toujours.
 
Publié dans Jean-Marc La Frenière - Poésie

http://lafreniere.over-blog.net

Voir les commentaires

Que me dit-on MADAME ?

19 Janvier 2017, 10:36am

Publié par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Que me dit-on MADAME ?
Les mille coups de règle que j'ai pris sur mes doigts pour un accord de participe passé oublié, pour un subjonctif malhabile, étaient peines et blessures inutiles ? Que me dit-on MADAME ?  
Le "Pataouète" aurait été condamné et oublié à tort et il redeviendrait tendance ?
Certains, même, comptent en faire le structurant d'une nouvelle  grammaire française !

Pourtant Madame, si encore je vote et adhère aux trois couleurs, c'est bien parce que la langue française est ma mère, ma patrie, mon passé, qu'elle est l'élément premier de cette culture qui a structuré l'appartenance de mes ancêtres à ce drapeau qui leur a demandé du sang et des vies et qui, plus largement, a nourri leur appartenance à une philosophie humaniste et mondialiste. Ma mère, à quatre vingt-dix-neuf ans, à quelques jours de sa mort, nous disait encore du Victor Hugo : "Chaque enfant qu'on enseigne est un homme qu'on gagne…".
Je n'imaginais pas qu'un  jour, une quelconque instance de la "Culture" puisse me dire que le savoir doit être sacrifié parce que l'on ne se donne pas les moyens de l’enseigner correctement.

Pas plus qu'aucune mutation de la médecine qui expurgerait la connaissance du corps humain, la mise au rancard des fondamentaux de ma langue ne me paraît acceptable.

Peut-être me traitera-t-on de vieux con, d'incompatible du prédicat, mais laissez-moi aimer "Le corbeau et le renard" dans la version grammaticale de La Fontaine car tout me porte à croire que la richesse linguistique et les subtilités d'une langue affinent et forment l'esprit. Je crois à l'esprit et à la culture française.

Voir les commentaires

Merci la vie

14 Janvier 2017, 17:39pm

Publié par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Tu m'as donné un an et tu l'as multiplié
Tu m'as prêté des dents et tu me les as ôtées
Tu m'as offert une peau et tu l'as fripée
Tu m'as appris le rêve et tu as usé mes utopies
Tu m’as confié une âme où habite ma conscience
Des amours, une femme, des enfants, des amis
Et tu m’as fait trembler pour eux
Tu m’as fait parler, hurler, pleurer, rire, aimer
Le soleil, le vent, la pierre ont été ma maison
Merci de m’avoir laissé tous vous rencontrer
Merci la vie
Merci la vie de m’oublier encore un peu ici-bas.

 

 

Voir les commentaires

Je cherche des allumettes

12 Janvier 2017, 17:28pm

Publié par Cheval fou (Sananès)

Une mélodie de silences posés sur l’escalier
comme une vie qui passe
un sourire attaché aux nuages, je cherche des allumettes

 

Je me cherche
Si longtemps que j’ai perdu le chemin

J’ai froid de toi dit-il
Son sourire éclata comme une envolée de notes légères et turquoises
Ses yeux portaient l’étrangeté indicible des musiques péruviennes
quand elles percutent la mémoire d’un vieil homme qui revoit courir ses vingt ans

J’ai froid de toi
Une ficelle de rire à la fenêtre projette une odeur de thé indigène
Je scrute hier
Te rencontrerai-je ma belle ?

Je cherche des allumettes
Si longtemps que j’ai perdu le chemin.

Cheveu après cheveu la vie boit le fleuve des illusions
Le temps et la belle sont passés
Une mélodie arrêtée sur l’escalier mesure le silence
Un sourire attaché aux nuages arque d’improbables printemps
Je me cherche

La pluie a feutré la musique et le bruit
Entre deux larmes acides
dans ce crépuscule qui m’enferme, je vois courir mes vingt ans

J'ai toujours froid de toi. Resteras-tu ma belle ?

Dans les clairières de l’étrange, ton rire seul est entier
Oublies-tu la promesse ?
Où est  la musique si bien gardée dans le secret de tes rires ?
Je sais toujours le chiffre
Tes yeux gardent trois coquelicots et l'aurore.

J'ai froid de toi
Reste, nous veillerons les étoiles.

JMS - Extrait de "La diagonale du silence" - Éditions Chemins de Plume (déjà publié sur Cheval fou en 2007)

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>