Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CHEVAL FOU - (Jean-Michel Sananès)

Albert CAMUS

21 Mars 2010, 16:56pm

Publié par Cheval fou (Sananès)

tombe-de-Camus.jpg

Cet homme a modifié ma vie. J’avais 20 ans. Il a modifié deux fois ma vie de manière irréversible.

D'abord par la lecture de "La chute ". Ce livre est resté ma cicatrice la plus douce depuis qu'il m’a pénétré d'une phrase récurrente qui s’impose à moi chaque fois que la question de faire ou de laisser faire se pose : "Les plongeons rentrés laissent parfois d'étranges courbatures". Cette phrase ressurgit des abîmes de ma mémoire et ses mots, comme un fer rouge sur ma conscience, dénoncent, guident, me rappellent que, quel que soit le naufrage et même si on l'ignore, le récif du remord à jamais restera là, entre le miroir et moi, entre ma nuit et mon sommeil.

Puis, la lecture de "Caligula " fut ma cicatrice la plus douloureuse. Elle m’a irrémédiablement appris que les hommes appartiennent à leur vécu, que la vie les forge, que la vie en fait des anges, des moutons ou des loups. On ne choisit pas toujours d’être assassin, la vie, ses blessures et ses cadeaux, font de nous les armes du malheur ou de l’amour.

Camus, mon frère, mon ancien, mon maître, celui qui parlait trop simple, trop humain pour que le gratin prétentieux de l’intelligentsia l’accepte en son sein, repose là dans ce petit coin du Luberon, à Lourmarin, en Provence, dans un pays de soleil et de Mistral, près d’une femme, son épouse.

Qui voudrait le kidnapper, lui offrir le lustre d’un monument pédant, le faste des fiers de la médaille !?

Qui voudrait commettre ce crime ?

De grâce, Monsieur, laissez mon frère, mon ancien, mon maître reposer dans ce coin tranquille de Provence, chez lui.

Laissez-le avec les cigales, lui sait que les cigales, aussi, sont d’ici.

 

  La-tombe-d-Albert-Camus-contraste-sur-madame.jpg

Lettre à Albert

 

Tu es parti sans partir

tu es mort sans mourir

ta voix est là

dans la ténèbre des vivants

elle éclaire le chemin

 

J’habite chez les gris

les orphelins de la conscience

dans la jachère des idées

 

Au côté de mes pères

tu es un essentiel

qui éclaire ma voie

 

Tu es parti hier

il y a longtemps

parti sans partir

sans emporter ton ombre

sans emporter ton cri

tu précèdes mon pas

tu enfantes mes mots

Je traverse le jour

Il est toujours hier

 

Je vais

dans un silence habité

tu es là

 

Il y a longtemps

tu n’es jamais parti.

 

JMS

Voir les commentaires

Michel SEYRAT.

18 Mars 2010, 14:45pm

Publié par Cheval fou

ÊTRE EN COLÈRE

 

Être en colère

contre les colères
aux mots blessants
aux mots amers
aux mots de feu
aux mots de guerre.
Mais être en colère
pour changer demain.

Être en colère
contre les idolâtres des frontières
qui pillent, brûlent, violent et tuent
tout ce qui déborde
la ligne de leurs fantasmes
ils arment les enfants contre les mères
chassent les femmes au long des routes
laissent les morts pourrir au soleil.

Être en colère
mais espérer grâce
aux médecins à mains nues
aux maîtres d'école obstinés
aux femmes qui sèment l'avenir.


Être en colère
contre les faux prophètes
qui tuent le progrès au nom du progrès
contre les libéralistes
qui détournent la liberté
vers leur comptabilité
contre les dérégulateurs sans frein
qui enchaînent sous le nom de nouveauté.
Et tant pis si les esprits s'égarent
si les trains déraillent
si les avions s'écrasent
si les risques calculés
améliorent les calculs d'intérêts.
Être en colère
mais espérer en un pouvoir
qui serve l'homme
plus que les comptes en banque.

Être en colère
contre ceux qui font
du travailleur un esclave
du laboureur un pollueur
de l'enfant une marchandise
du progrès une pompe à fric
du savoir une manipulation
de l'art un trafic
du passé un âge d'or
de l'avenir une peur
de la jeunesse un délit
de la vieillesse une maladie
de la faim une fatalité
de la nourriture un pouvoir.
Être en colère mais espérer
en cet homme au poing dressé
qui révèle la révolte
en cet enfant aux mains levées
qui fait prier l'aurore
en cette femme aux mains tendues
qui change l'homme en homme
en ces foules qui avancent
dans la force de leur silence
pour faire taire l'horreur.

Être en colère
contre ceux qui changent
la foi des hommes en systèmes
l'amour de Dieu en code pénal
la tragédie de vivre
en réponses obscures
les utopies en totalitarismes.
Être en colère mais espérer
en l'homme aux bras ouverts
qui fait germer les déserts
et chanter le monde.


Être en colère
mais voir la barque au loin
éclairer l'horizon
être en colère
mais revoir l'arbre en fleurs
entrouvrir la fenêtre
être en colère
mais voir sourire l'aube
au bonjour de la nuit
être en colère
pour que le plus beau jour
soit demain.
                                

Michel  SEYRAT.

 

Voir les commentaires

J’ai voyagé

5 Mars 2010, 20:36pm

Publié par Cheval fou (Sananès)

J’ai voyagé, j’ai vu, j’ai rencontré. J’ai cru, cru me tromper, cru aimer, cru que le vrai avait une couleur, cru que le malheur, le bonheur, comme toutes choses, avaient leur couleur. Je ne savais pas les larmes de joie, les rires de douleur et le festin des pélicans. Je ne savais pas qu’il y a dedans et dehors, je croyais le bien et le mal partout pareils. Je croyais que le bonheur du maître et celui de l’esclave avait une même odeur. Je n’avais rien vu du dehors. Je croyais au blanc et au noir je ne savais rien du "ni blanc ni du noir". Je ne savais rien du gris.

 À la décrue du croire, j’ai saigné du sel, frotté mes paupières, tué la nuit jusqu’au soleil. J’ai vu tout ce que l’on voit, j’ai perçu tout ce que l’on ne voit pas. Mon compagnon le plus fidèle fut ce rêve fou que l’on appelle délire. J’ai toujours habité un doigt dans l’ailleurs, à ronger des odeurs de voyage, de départ et de fuite. Fuite du toujours pareil, fuite du père, fuite de l’appareil, fuite de l’impératif, fuite du réveil, fuite du quotidien. Entre fuite et exploration, entre raison et déraison, entre cynisme et rêve, je cherche des frontières, je lance des SOS, j’appelle l’impossible.

Aussi loin que je regarde j’ai toujours aimé le vent du large, la mer qui divague, la peur du retour et le cri des crépuscules. J’ai toujours habité le plus près possible de moi, j’ai toujours eu la divagation à la porte de mes mots. J’ai toujours habité sur le fil, entre fuite et départ, parfois en voyage et souvent seul. Peu d’êtres ont partagé ma vocation à parcourir les ailleurs de la raison, très peu ont avec moi visité les satellites d’Andora et ces pays où les poules à 4 têtes marchent dans la direction de leur regard. Peu ont vu ces pays où les autruches à tête creuse entrent dans leur peur pour fuir le soleil et tombent dans des sommeils pailletés pour échapper à la vie. Très peu ont avec moi visité ces archipels du rêve où les baleines des sables vont à l’Est quand leur regard est à l’Est, vont au vent quand leur regard est au Levant. Peu d’entre nous ont vu aux portes de la conscience la chute des mésanges quand le doute fripe l’avenir. Peu ont visité le cri bleu du Zen où l’on voyage assis en tailleur, peu ont visité cette planète égarée où les hommes marchent sur la tête, où l’ombre fait moins peur que le savoir.

J’ai voyagé loin, j’ai voyagé en moi, cherché le point de fuite, trouvé la tangente, traversé l’horizon et la peur. J’ai déchiré le siècle, griffé le millénaire, mais encore je suis là. Mon rire est chauve, mes cheveux édentés, mon désir encore exigeant ne rêve plus que d’un œil. Je dérive entre espérance et contrainte, je ne dors jamais sur mes deux oreilles, je vais à ma rencontre je me cherche… je ne suis jamais où je veux.

Le voyage est si lent et l’avancée si peu à l’écoute des mots de hasard, que je n’ai pas toujours su entendre.

Un jour, la compagne anglaise d'un de mes compagnons de dérive, indignée de me voir manger de la viande, m'écrivit  dans son français maladroit : "Connaisses-tu* la peur de la bête, avec son cœur en papier froissé avant d’être dans ton assiette ?". Ce jour-là, j’ai mangé, fini mon steak avec un cœur en papier froissé, puis j’ai oublié.

Pourtant, ce jour-là, le ciel est devenu plus large. Ce jour-là, j'ai compris que certains hommes ne sont pas à la dimension de leur âme, qu’ils restent enfermés dans les vanités infantiles du paraître, dans le petit habit de leur condition humaine. Ce jour là, j’ai compris qu’il me faudrait encore cheminer pour apprendre que la douleur, la peur et le désir de vivre, n’appartiennent pas qu’aux hommes, que l’infini est peuplé d’une multitude complexe que nos regards estropiés ne savent pas toujours apercevoir. Ce jour-là, j’ai compris qu’il me faudrait grandir dans ces incernables de la conscience, que seules l’étendue et la profondeur du regard font la grandeur d’âme. Ce jour-là, j’ai compris qu’il me faudrait voir plus grand que l’apparence, plus loin que mon assiette, qu’il me faudrait creuser pour savoir ce que cache un sourire, et aussi savoir que, dans chaque larme, meurt un univers. Ce jour-là, j’ai compris qu’il me faudrait encore et encore passer la frontière de mes rêves pour peupler mes mots du cri des arbres et des caresses de mon chat. J'ai compris que pour grandir il me faudrait garder les langages de l’enfance et traverser l’amour et l’amitié comme on traverse l’horizon. Ce jour là, j’ai appris que ni la main ni l’œil ne vont jamais au fond des choses, que l’invisible est plus profond qu’il ne parait, que rien sauf la vie n’est à la dimension de l’amour.

Ce jour là, j’ai compris qu’il me faudrait encore traverser ces ailleurs où se cachent les grandes vérités, qu’il me faudrait encore et encore creuser et chercher pour être un jour à la mesure de mon âme.

J’ai voyagé loin, aussi loin que possible, mais la question reste immense, encore je dérive. J’ai beaucoup voyagé mais ai-je été assez loin pour habiter mon âme ?

JMS - In : "Derniers délires avant inventaire" - Editions Chemins de Plume - 12 Euros

 

Voir les commentaires