Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CHEVAL FOU - (Jean-Michel Sananès)

Articles avec #coups de gueule

Brexit !... Europe rêve ou cauchemar annoncé ?

28 Juin 2016, 15:44pm

Publié par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Messieurs les Présidents vous aviez tenté de nous vendre le rêve Européen et vous l'avez imposé.
Hélas, nous ne faisions pas le même rêve.
Nous, nous rêvions d'une Europe de fraternité et d'une amélioration du sort des peuples, non pas de leur mise en concurrence. Nos ambitions étaient modestes et équitables, nous rêvions d'une Europe où chacun pourrait avoir un toit, la sécurité et un avenir, le droit à des salaires décents et à une retraite permettant de vivre. Nous rêvions d'une Europe où personne ne dormirait dans la rue, où tous auraient du travail, des soins et des dents, et pourquoi pas des loisirs. Nous voulions simplement vivre dans un monde où disparaîtrait la peur des lendemains et où nul ne verrait son enfant le regarder comme celui qu'il ne voudrait jamais être.
Qu'avez-vous fait de nos rêves et de l'Europe Messieurs les Présidents ?

Le droit au travail, vous l'avez supprimé de la Constitution ; nos entreprises, nos petits commerces, nos industries et nos salaires, vous les avez bradés.
Mais cela ne vous suffisait pas, il vous a fallu inventer la déréglementation et l'homme outil. Oui, vous avez créé le travailleur sans droits que l'on brade de la Cordillère des Andes à Macao.
Oui, Messieurs les Présidents des pays d'Europe, vous avez substitué le droit de la finance au droit des travailleurs. Vous avez fait une France où certains peuvent gagner de 600 à 1120 années de SMIC en un an, vous avez fait une France où ceux qui sont au hit-parade de la finance empochent les taxes Carbone et primes à l'emploi qu'ils peuvent détourner en toute impunité de l'usage auquel elles étaient destinées. Vous avez fait une Europe où l'on exonère la plupart des heureux fraudeurs de la Swiss Leak, de la Luxembourg Leaks, des Panama-papers, et autres listes, alors que vous attaquez les droits des travailleurs en vous cachant derrière les directives de Bruxelles.
Oui, Messieurs les Présidents des pays d'Europe vous gérez l'appauvrissement des peuples. Il y a chez nous des travailleurs qui ne peuvent pas payer leur loyer et des enfants qui ne mangent pas à leur faim. Votre rêve est notre cauchemar, alors, ne nous demandez pas d'aimer votre Europe.
Arrêtez d'aimer la France de la finance et aimez les Français, arrêtez d'aimer l'Europe aimez les peuples européens ! Cessez d'aimer la finance internationale plus fort que les exploités. Alors il n'y aura plus de Brexit.
Alors peut-être aurons-nous le même rêve.

JMS le 27 juin 2016

Voir les commentaires

Bobo ?! Merde aux postures

25 Mai 2016, 14:36pm

Publié par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

J'avoue, je suis toujours perplexe et excédé quand la droite ultralibérale ou extrême, de concert avec l'extrême gauche, se délectent à caricaturer tout ce qui n'est pas extrémiste. Ainsi un citoyen que l'on pourrait croire d'un milieu aisé, si une conscience humaniste l'incite à vouloir des réformes sociales, plus d'égalité ou moins de racisme, serait un "bobo"!

Serait-il traître à sa condition ?
La ligne frontière que tracent les extrémistes m'horripile.
Pour participer à ce déclin de l'impartialité et au dénigrement de ceux qui se démarquent des totalitarismes idéologiques, ne devrait-on pas créer un lexique des suffisances excommunicatrices ?
Ainsi, la droite qui pourfend le mariage pour tous ne pourrait-elle pas traiter de "laïco-cathos" les chrétiens qui acceptent le droit au divorce ou à l’avortement ?
L'extrême gauche ne pourrait-elle pas traiter de "laïco-gauchiste" tout homme de gauche qui critiquerait Tarik Ramadan ?
Et, dans ce même ordre de déviance, ne pourrait-on pas traiter de "majorette" un militaire qui défend les droits de l'homme, "d'islamo-satanistes" les partisans d'un Islam tolérant ?
Trop de haines déguisées se cachent dans des postures simplistes.
Depuis quand la modération et la tolérance sont-elles vouées à la dérision et l'insulte ?
Permettez-moi d'être antilibéral, de croire à l'humanisme, d'être laïque et d'avoir du respect pour le Pape François.
Je suis le fils d'une identité plurielle, est-ce vraiment impardonnable ?

Voir les commentaires

Fuite d'eau

20 Juin 2015, 16:05pm

Publié par Cheval fou (Sananes)

Ce ne sont que des Syriens, des zaïdites, des Chrétiens d’Orient, des Kurdes, des Coptes, des Erythréens, un fluide incontinent d’immigrés, diraient certains d’entre nous, mais, pour autant, doit-on tirer la chasse ?
Quand il fait de la dérision, Monsieur Sarkozy devrait le savoir, fuir pour sauver sa vie ne se pose pas en terme d’alternative. Ce n’est rien d’autre que le droit légitime à la vie et la sécurité, inscrite dans la "Déclaration Universelle des Droits de l'Homme" (Article 3 : Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne).
De même, devrait-il savoir que sauver une personne en péril ne relève pas que de la morale mais du devoir. Jouer du sarcasme et des peurs me semble indigne alors même que des discussions internationales ont lieu autour du sort des Syriens et des Chrétiens d’Orient.
Ce que certains comparent à une fuite d’eau, n’est rien d’autre que du sang, de la douleur et de la famine. Fuite, oui fuite il y a, celle de la conscience et de la décence quand on fait d’un drame humain un enjeu de surenchère électorale
Notre société occidentale, après bien des tâtonnements, des crimes et des erreurs, ne vaut que par son appartenance à l’Éthique, à la Morale Républicaine et à un Code Civil qui s’applique à tous sans distinction de religion, d’origine et d’opinions politiques quand celles-ci ne portent atteintes ni à la sécurité ni à la dignité d’autrui.
Les Droits de l’Homme devraient être l’enjeu primordial de notre société.
Condamner l’EI et Boko Haram alors que l’on tourne la tête quand des hommes meurent à nos portes, c’est oublier que la bêtise criminelle des fanatiques n’est en rien différente, dans sa finalité du laisser-faire, de notre indifférence ou de notre lâcheté. Tuer ou laisser mourir se ressemblent.Ce que nous voyons aujourd’hui, c’est l’avènement du monde que prônait hier un Président de la France quand il affirmait "L’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé", ou "La laïcité risque toujours de s’exprimer ou de se changer en fanatisme", et qu’il défendait la primauté de l’enseignement religieux par rapport à l’enseignement laïque.
Le drame planétaire que vivent l’Orient et une partie de l’Afrique résulte du triomphe de la religion sur l’École Publique laïque et sur le droit républicain.
L’autre volet du drame que vivent des millions d’hommes, en ces temps où la richesse mondiale est accaparée par quelques milliers d’individus et de multinationales, est le résultat d’une indifférence systémique à la misère et à l’insécurité des peuples dans le monde, et la conséquence d’un ordre mondial économique qui contrôle et régit les décisions des grandes puissances sans avoir vocation à partager, à être juste, ou à participer au bien-être des peuples. L’organisation et utilisation de la précarité font partie d’un arsenal stratégique où seul compte l’optimisation des profits.
C’est bien parce que la misère humaine se côte en bourse que partout, dans le monde, la précarité génère les migrants et les miséreux qui cognent aux portes.
Qui donc posera le problème de la répartition des richesses entre peuples légitimes détenteurs des ressources de leur sol, et exploitants de ces richesses ?
Qui donc, en recherche d’équité, veillera à ce que tout homme, d’où qu’il soit, bénéficie d’un minimum vital incluant eau potable, nourriture, soins et enseignement lui permettant la gestion de son avenir ?
Qui veillera à ce que les richesses du pétrole, de l’or, des diamants, des terres rares, de l’uranium et des mines, cessent d’être partagées entre exploitants corrupteurs, dirigeants corrompus, et promoteurs de paradis fiscaux ?
Combien d’enfants soldats, d’enfants exploités, de femmes et d’hommes esclaves, devront-ils encore mourir avant que l’on se décide à poser et à résoudre le problème des gouvernances économiques et du développement éthique des pays en difficulté ?
Combien de femmes et d'hommes, chez nous, tendent la main, se prostituent au coin de nos rues ?
Combien de bien-pensants prônent la morale des nantis, et pensent que la répartition est un accroc dans leurs ambitions à posséder plus ?
Qui donc, au nom de la raison, de la morale, de l’éthique, de la justice, et du cœur, créera les structures d’un capitalisme humain et raisonné qui fera que les hommes aimeront naître, grandir, et vivre sans danger, là où ils sont nés ?

 

Voir les commentaires

Ou étiez-vous ?

22 Janvier 2015, 16:20pm

Publié par Cheval fou (Sananes)

Lettre aux naufrageurs
de droite, de gauche, et aux extrêmes

 

Où étiez-vous vous qui n’avez rien vu venir ?
Où étiez-vous quand les banlieues ont brûlé ?
Où étiez-vous quand des militaires et des enfants juifs se sont fait assassiner ?

Charlie vous a-t-il réveillés ?
Étaient-ils plus français ou plus républicains que d’autres ?

Où étiez-vous dans ce silence où certains, à l’extrême gauche, ne voyaient dans ces premiers meurtres que l'expression de représailles en solidarité avec les événements de Gaza et de l'intervention française en Afrique ?
Où étiez-vous dans cette indifférence où les mêmes étaient tout juste agacés par le massacre des Coptes et des Chrétiens d’Orient ?
Ou étiez-vous quand, dans une même mouvance, certains affirmaient que les Coptes et les Chrétiens d’Orient payaient les effets de la présence occidentale en Orient ?
Où étiez-vous quand le besoin de justifier l’impensable frisait l’indécence et voulait nous faire oublier que les Coptes et les Chrétiens d’Orient et même les Juifs sont les antiques habitants de l’Orient ?
Où étiez-vous quand une conscience à géométrie variable enfermait la justice et la morale dans le carcan d’idéologies asservies ?
Ne fallait-il pas alors rappeler qu’ici, en République, chaque français a des droits et des devoirs ? Qu’en France, pour quelque raison que ce soit, brûler une voiture, mettre à sac un quartier, que l’on soit Israélite, Musulman, Chrétien ou Athée, de même qu'appeler au meurtre, est un délit ? Ne pas l'affirmer, n'est-ce pas une incitation à des surenchères de violence ?
Votre silence, Messieurs les politiciens, a cautionné toutes les dérives et toutes les fractures que nous subissons.
En République, le droit ne peut exister si on le sectionne en quartiers, en ethnies, ou si l’on épargne les "élites" politiques. Les mêmes sanctions doivent s’appliquer à tous. Messieurs les politiciens, le pacte républicain, ce n’est rien d'autre que cela.  
Parce que vous l’avez oublié, vous êtes devenus les naufrageurs et les propagateurs d’une contamination qui frappe les banlieues que vous avez abandonnées.
Le mal, Messieurs les politiciens, réside dans l’incohérence de votre idéologie sociale qui nie l’existence même des problèmes au nom de la non stigmatisation et du laisser-faire, et aussi et surtout, de votre idéologie économique qui refuse de financer de vrais plans de relance dans les quartiers sensibles.

Une société qui minimise le racisme, la délinquance et ses causes, est inapte à traiter les dysfonctionnements. Le mal est pernicieux, il va du petit racisme ordinaire où un étudiant portant un nom à consonance étrangère ne trouve ni stage pour valider une année d’études ni travail à hauteur de ses qualifications. Alors même que nous devrions honorer les étudiants épousant notre culture, ces freins à l’égalité les empêchent de devenir les phares et les moteurs d’une intégration réussie. Ce système nuisible au vivre ensemble est aussi grave que la dissimulation des faits de délinquance.
La vérité, Messieurs les politiciens ne se maquille pas ! Et quand la vérité est choquante on en tire les conséquences.
À l’évidence, il vous fallait ne rien voir pour laisser la France repue se couper de la France d’en bas. En refusant de voir les problèmes, vous avez offert la France à Marine. Vos grands démagogues ont destitué l’école en hiérarchisant les morales et en plaçant la morale laïque au-dessous de la morale religieuse ! Ce faisant, en vous battant pour l’école privée et en donnant  à la France d’en haut les moyens de choisir l’école de ses enfants vous avez confirmé ce message. Alors que dans le même temps vous laissiez perdurer le naufrage de l’Éducation Nationale, le grand rêve de certains d’entre vous n’était-il pas de créer des écoles et des universités payantes pour les nantis ? Les autres, ce n’était pas votre problème.

Pourtant le problème est là ! Méthodiquement vous avez éloigné une France de l’autre, vous avez opposé les "bien lotis" de la fonction publique aux sans emplois, aux sous-payés et aux chômeurs. Vous avez morcelé et cassé la France en la scindant. Vous avez opposé la morale religieuse à la liberté des gays. Vous avez bradé les intérêts du peuple en les livrant aux dictats du grand capitalisme. Pour alléger l’impôt que devraient payer les bénéficiaires de la crise, vous avez retiré les surveillants et autres garants de l’autorité dans l’École Laïque. Et parce que la police de proximité jouait au football avec des banlieusards, vous l’avez supprimée.
Messieurs les hommes et femmes politiques, vous portez une lourde responsabilité dans la fracture française. Vous êtes la fracture républicaine qui a occasionné l’abandon de la France d’en bas. La morale égalitaire, vous ne vous en servez que lorsque ça vous arrange. Vous vous offusquez au nom de l’égalité quand on ne veut réserver l’aide qu'aux familles les plus défavorisées mais en matière de disparité de salaire, rien ne vous effraie. C’est par cet égoïsme de caste que vous avez livré les quartiers à des dealers qui se sont armés.
C’est vous qui, en abaissant le niveau de l’éducation et en abandonnant l’étude de certaines matières, dont l’Histoire, avez livré les quartiers et la culture a des fanatiques religieux, et par manque de vision ou par complaisance financière à des institutions financées par des émirats islamiques.
Mais c’est surtout en abandonnant la morale républicaine fondée sur le partage des richesses que vous avez dépossédé la France d’en bas de tout avenir.
La déréglementation dont vous avez fait une norme, celle qui permet de "marchandiser" l’homme, est une abjection. Elle est inique quand elle tend à aligner le salaire d’un travailleur européen sur le salaire mondial le plus bas sans vouloir en faire de même des loyers et autres composantes du train de vie local. Bien sûr, votre dogme de l’austérité ne s’applique qu’aux travailleurs et se garde bien de toucher les spéculateurs et les grands bénéficiaires de la crise. Qu’un homme qui travaille ne puisse pas payer son loyer, manger normalement ou se chauffer, n’est pas pour vous une question morale à considérer quand la Bourse dirige le monde ! La moralisation des profits et de l’économie, voilà ce qui vous semble être un blasphème.
Et c’est bien pour cela que vous avez laissé une économie prédatrice manger la richesse collective. La grande distribution remplace des millions de petits commerçants et leurs millions d’emplois, mais les dommages collatéraux se cotent en bourse.
L’eau, l’électricité, les sociétés pétrolières, les routes, vous les avez offertes au grand capitalisme alors que, depuis des décennies, nos anciens et nous-mêmes,  les avions payés avec notre sueur.
Le monde que vous protégez appartient à des actionnaires qui cannibalisent le monde de l’effort, et vous n'y trouvez rien de choquant.

Où est notre avenir Messieurs les naufrageurs ?

Qui peut nous représenter quand une extrême gauche sans programme utilise les problèmes inter-communautaires à des fins électorales ; quand, chez Marine, il y a papa et ses nostalgies du temps de Vichy ; quand la droite défend la mondialisation à tout va et quand les socialistes font du capitalisme à peine déguisé ?

C’est dans ce no man's land du devenir que ceux qui n’ont pas réussi, ou qui ont refusé d’acquérir notre culture, de même que ceux qui chaque jour frappent aux portes fermées de la société, décrochent d’un monde sans humanisme et se retrouvent seuls face à leur incapacité, face à une peur de l’avenir qui, comme toute peur, génère la haine.
Haine de tout ce qu’ils ne deviendront pas et, plus grave, qui les enferme dans la haine d’un futur sans perspective. C’est dans cette incapacité à se projeter dans un futur prometteur que se forge le mépris de soi et que naît une jalousie pathologique de la réussite de l’autre. C’est aussi le moteur d’une identité de destruction.
C’est la collectivisation de ce ressentiment qui, en son temps, a créé le Nazisme : Pas d’avenir, alors jalousons et haïssons ceux qui, par leur culture, s’en sortent ; devenons des surhommes, tuons et asservissons les autres.
Les racines du mal sont là et le problème est grave car c’est la première fois qu’en France, un groupe sectaire se réclamant d’une idéologie religieuse et fanatique se développe et prône le refus des principes du pays accueillant, de ses lois et de son identité. Et même si cette idéologie est minoritaire, il n’en est pas moins vrai que le danger existe. Quelques groupuscules d’extrémistes allemands aux idées similaires n’ont-ils pas fait du national-socialisme un désastre interplanétaire ?

Messieurs les politiques, comment soignerez-vous ce mal sans soigner les esprits et leur blessures, sans soigner le droit à un emploi pour tous, droit que vous avez ôté de la constitution européenne ; comment soignerez-vous la France sans une moralisation du capitalisme ?

JMS

Voir les commentaires

Petit silence expliqué

26 Novembre 2014, 16:15pm

Publié par Cheval fou (Sananes)

J’ai longtemps cru que j’écrivais pour, et avec, une famille de cœur et d’esprit.

Les commentaires sur mes articles "coup de gueule" sur mon blog et le réseau facebook, de même que ceux que j’ai lus sur le Moyen Orient, telle l’affirmation que les 3 jeunes israéliens avaient été assassinés par des "juifs" dans l’intention d’en tirer profit, alors même que les coupables sont connus, qu’ils revendiquent leurs crimes et que l’on sait combien le Hamas les a payés, m’ont vivement contrarié.

De même, les publications de poètes palestiniens exclusivement opposés à la cohabitation de deux États.

De même, la prise de position des plumes de la conscience en faveurs des Islamistes du Hamas alors même qu’ils utilisaient leur peuple comme bouclier humain.

De même, les commentaires m’incitant à combattre la cause palestinienne ou me demandant de relayer sur mon blog des textes de haine ou plus simplement encore des prises de positions telles celle du journaliste et poète tunisien Salem Benammar ou de la sociologue d’origine syrienne, Wafa Sultan sur Gaza.

Je ne veux pas être un porte-plume des Djihads de toutes sortes, je ne veux être qu’un quêteur d’humanité ou un modérateur.

Mes écrits sont de simples appels à l’impartialité et jamais au meurtre ou à la diffamation.

Lors de ces déversements de haine, il m’est clairement apparu que d’un bord comme de l’autre, ceux que je croyais être les porte-plumes de la conscience, n’étaient que des serviteurs de causes fantasmées, se nourrissant de la caricature de l’autre pour devenir des propagateurs de haine.

Aucun regard juste ne peut exister si l’on ne sait pas aimer tous les protagonistes d’un drame. La justice et le combat ne sont pas d’un même registre. Le passionnel et la raison sont incompatibles. Je me suis aperçu avec tristesse que ceux que je croyais ma famille de cœur avaient soutenu, chacun dans leur camp, les partisans de la destruction des autres alors que je les avais imaginés serviteurs d’une conscience attachée à la fraternité humaine, à la laïcité, et au droit de vivre dans le respect de chaque identité quand cette identité n’appelle pas à l’assassinat d'autrui.

Mon écœurement a été tel que je n’ai pas répondu aux articles haineux tant je me suis senti loin de l’envie de polémiquer sur des jugements à partialité asymétriques et à vocation incendiaire si ce n’est criminelle. Cette asymétrie je crois encore pouvoir la mesurer en comparant par exemple la fréquentation de la manifestation "Pas en notre nom" contre l’EI et ses décapitations ne recueillant que quelques centaines de participants, et les manifestations de soutien au Hamas et les appels au meurtre avec des milliers de participants.

                                                                                               

Si avec amertume je constate que les derniers grands rassemblements de masse n’ont été que des victoires de la haine de l’autre, je garde cependant intacte ma détestation des manipulateurs et des fanatiques.

Pour un temps,  jusqu’à ce que l’envie d’écrire de nouveaux coups de gueule me revienne, j’éviterai les écrivains de l’indignation asymétrique.

Hors mes textes engagés déjà écrits et en quête d’éditeur, j’écrirai des fictions et ne m’adresserai qu’aux peuples du cœur de l’innocence et de l’utopie, je veux dire les enfants, mes amis de la fraternité, et les chats.

JMS

 

 

Voir les commentaires

Le crime et le courage

1 Août 2014, 14:04pm

Publié par Cheval fou (Sananes)

Chaque jour j’enrage. Qui mettra à l’abri les civils de Gaza ?

L’Europe, les pays arabes, où sont-ils ? Les tentes, les navires hôpitaux, et tout ce que l’on met en place pour un tremblement de terre ou un tsunami : où sont-ils ?

Ne peut-on pas avoir la même empathie pour les civils palestiniens ?

Le monde m’insupporte, je ne le comprends plus.

Après m’être insurgé contre la Syrie, j’ai vu les films postés par les Djihadistes se vantant de leurs exactions, j’ai vu les couteaux et le sang, j’ai vu le sort des populations coptes sous le joug des Frères Musulmans, j’ai vu les exactions quotidiennes de Boko Haram, après avoir vu celles du GIA, j’ai vu la mutilation des femmes, j’ai vu les Chrétiens d’Irak se faire chasser de chez eux, et je perds mon utopisme.

Doit-on sans cesse choisir entre la peste et le choléra, entre le cancrelat et le cafard ?

Non hélas, certains d’entre nous ne sont pas prêts à vivre dans un monde arc-en-ciel. Rousseau, Mandela et Luther King n’habitent pas tous les cœurs. Chaque jour, sous le regard bienveillant des démocraties, des centaines de morts sont la conséquence du djihad et de l’islamisme.

Pourquoi faut-il que ce soit les dictatures qui défendent la laïcité ?

Pourquoi n’aide-t-on pas Mahmoud Abbas à prendre le contrôle de Gaza pour qu’enfin il puisse négocier au nom  de tous les palestiniens et qu’enfin, avec l’aide de toutes les nations démocratiques et de la gauche israélienne, on puisse obliger la droite d’Israël à reconnaître un véritable état palestinien ?

Les Emirats Islamiques et pétroliers sont-ils si puissants que la défense de la laïcité en France et ailleurs devienne secondaire ?

Mais, rien n’est simple, les dés sont pipés, il y a un ver dans le fruit, la conscience se frelate. On construit des haines agglomérées où ultra gauche et ultra droite se jouent des vérités. Et se pose la question : Pourquoi l’ultra-gauche française hait-elle à ce point l’occident et la démocratie ? Pourquoi défend-elle le Hamas au lieu de défendre Mahmoud Abbas ?

Pourquoi diffuse-t-elle sur le Net des faux grossiers affirmant que les 3 jeunes israéliens assassinés (la cause de tous ces massacres) sont le fait d’un voleur israélien ? Qui peut croire que sans raisons idéologiques un petit voleur tuerait 3 adolescents auto-stoppeurs pour les détrousser ? Qu’ensuite, il prendrait la peine de les transporter dans un endroit qu’il connait en territoire palestinien pour les enterrer, ferait brûler sa voiture et, tranquille et à pied, il traverserait un territoire hostile avec un butin en poche (je suppose 3 stylos et 3 kippas !) pour s'en retourner chez lui ?!

La haine et le plaisir de nuire à certains, comme la taqîya (mensonge au service de la charia) sont-elles les nouvelles armes du Net ?

Mais les faits sont là : personne ne cherche la vérité, chacun défend des intérêts de clans, d’ethnies, d'extrémismes, chacun à sa manière profite de la guerre. Et des enfants meurent.

Je me demande qui empêchera le Hamas de créer un nouvel émirat islamiste ?

Qui contrôlera les aides à la Palestine pour savoir où elles vont vraiment ?

Est-ce vraiment à Israël de se battre contre l’islamisme ?

Au nom du confort illusoire de l’autruche, attendra-t-on que la djihad s’installe aussi dans nos banlieues ?!

Quand attaquera-t-on le mal à la racine, et cela même au grand dam des religions dominantes, en expliquant dans toutes les écoles que les religions sont des croyances et non des vérités absolues !

Quand enseignera-t-on la laïcité de façon explicite et sans appel, je veux dire : en comparant l’âge de l’homme dans la Bible et en archéologie, en expliquant la datation des fossiles et des restes humains, en expliquant l’apparition et l'évolution de l’humain (relativisant ainsi, entre autres sornettes, la naissance d'une femme issue de la côte d’Adam... !)

Mais combattre des éducations en dépit d’intérêts économiques, électoraux et géopolitiques, demande un courage que la politique n’a pas, et que les constitutions, construites autour des religions, interdisent.

Il est temps que la laïcité devienne un droit défendu par toutes les démocraties !

Voir les commentaires

Je ne hurlerai pas avec la meute

24 Juillet 2014, 13:09pm

Publié par Cheval fou (Sananes)

 De l’identitaire au discernement

- Préambule

- Ces derniers jours ont vu le départ de tous les Chrétiens de Mossoul suite à un décret édicté par "l’État Islamique d’Irak" Le décret commence par ces quelques lignes : "Louange à Dieu et gloire à l’Islam pour sa victoire. Humiliation pour les polythéistes dans leur soumission. Que Sa justice, Sa paix et Ses bénédictions soient sur celui que Dieu a éclairé avec son épée". Autres possibilités, les chrétiens pouvaient se convertir, payer l’impôt dû par les infidèles, ou subir la mort par l’épée.

- De même, le sort promis aux Israéliens par le Hamas en vertu de sa charte, se résume en cet extrait : "O Musulmans, les rochers et les arbres diront, O Musulmans, O Abdallah, il y a un juif derrière moi, viens le tuer". Cet extrait coranique ne s’inscrit pas dans le cadre d'une guerre de libération de la Palestine dont le Hamas a chassé l’armée régulière, mais dans celui d’une guerre de religion que l’on peut rapprocher de la tentative d’éradication des Coptes par les Frères Musulmans (dont le Hamas est une branche) que le Général Al Sisi a interrompue.

- De même, ces derniers jours, les 19 et 20 juillet 2014, les radicaux islamistes ont assassiné 700 personnes en Syrie dont 270 lors de la prise d’un champ gazier.

- Ces derniers temps, en Syrie, l’ÉI a expulsé 30 000 habitants de la ville de Chouheil.

- Il y a peu encore, l'EIIL revendiquait le meurtre de 1 700 soldats irakiens

- En Afrique, il n’y pas un jour sans l’annonce d’exécutions, de crimes et d’enlèvements liés à l’islamisme radical, chaque jour des femmes sont lapidées, violées, chaque jour des homosexuels sont tués, décapités.

À mon étonnement, tous ces faits résultants de violences islamiques résonnent dans un étonnant silence ! Pourtant ils concernent des milliers, voire des dizaines de milliers ou centaines de milliers de crimes selon qu'on les dénombre en mois ou en années. Ce silence me stupéfait tout autant que le soutien inconditionnel que certains apportent - non pas à la cause et à la douleur palestinienne que je soutiens- mais aux islamistes du Hamas.

À croire que le crime islamique cumule la sympathie des islamistes et de l’ultra gauche.

- Une guerre, quelle guerre ?

Rappelons tout de même que ces derniers temps nous avons assisté à l’agression d’Israël par l’armée islamiste du Hamas, (selon les sources : fortes de 20 à 80 000 hommes), financée par le Qatar, l’Iran et des dotations internationales d’une part, mais aussi armée (raison du blocus) par l’Iran, des états islamiques, et par le Soudan. Cette guerre n’est en rien une bataille entre les Palestiniens et Israël, d’ailleurs, la Cisjordanie n’est pas en guerre.

Rappelons aussi qu’alors même qu’elle a déclenché les hostilités par des lancers journaliers de centaines de missiles, l’armée islamique du Hamas a refusé, et à cette heure encore refuse, tout cessez-le-feu.

Alors que j’écris ces lignes, j’ai la douleur de savoir que plus de 550 personnes ont été tuées (et que ce chiffre n’est pas définitif) par une armée israélienne contrainte à détruire les batteries lance-missiles qui pilonnent ses villes. Je suis infiniment triste de savoir que la majeure partie des victimes étaient des êtres comme vous et moi, avec des enfants pareils aux miens, et aussi de vieux parents, qui avaient tous vocation à vivre et qui ont malheureusement été utilisés en boucliers humains par le Hamas alors que lui se terrait, et se terre encore, dans des tunnels où il aurait dû abriter les civils si l’essentiel pour lui n’était de créer un nombre de martyrs suffisamment grand pour que la pression internationale mette fin à la contrattaque israélienne.

Dans le bruit des armes, l’étonnant silence qui enveloppe des milliers de crimes ne remue pas les consciences ! Par contre, ces jours-ci la furie des mouvements islamistes et djihadistes (que je considère comme un danger pour la République) et celle de l’ultra gauche, fut impressionnante en France.

Je ne suis pas plus surpris que les islamistes soutiennent leurs frères, qu’étonné du fait qu’une Extrême Gauche qui n’a pas de programme politique pour la France, veuille fédérer toutes les insatisfactions et attirer à elle un électorat issu de l’immigration. Dans la course aux extrêmes, de Droite ou de Gauche, les méthodes sont les mêmes.

Cependant, ce qui m’étonne et me pose problème, c’est de voir les ténors du Net et de la revendication sociale, condamner Israël sans aussi condamner ceux qui, chaque jour, bombardent les villes israéliennes pour des raisons d’idéologies religieuses et qui utilisent leur population civile en bouclier humain.

Certes dans toute guerre les violences et les morts, même justifiées et inévitables sont insupportables, cependant, l’évidente volonté de ne diaboliser que l’agressé pour sa riposte, en exonérant l’agresseur, me paraît plus que suspecte !

Sans être caricatural, ces ténors de la bonne conscience demandent à Israël rien d’autre que de recevoir avec philosophie des milliers de missiles afin de ne pas mettre en danger une population palestinienne prise en otage par le Hamas qui s’en sert comme bouclier. Alors que, dans ce même temps, les troupes islamistes se terrent dans des réseaux de tunnels qui auraient prioritairement dû abriter les civils si l’essentiel pour le Hamas n’était de créer un nombre de martyrs suffisant pour faire cesser la contre-attaque israélienne, et aussi préparer sa prochaine guerre !

Ce que les ténors de la bonne conscience demandent aussi à Israël, c’est de cesser d’intercepter les missiles et de cesser d’abriter sa population tant le peu de victimes israéliennes leur semble dérisoire !

À noter : le vocabulaire du Hamas est expurgé du mot Paix et n’utilise que le mot trêve, car seul l’assassinat des juifs et la conversion des non musulmans est à son programme.

J’espère qu’un élan de vraie conscience poussera, très rapidement chacun, à voir en l’autre un homme qui lui ressemble et qui a droit à la vie et à une patrie.

D’autre part il ne me paraît pas insensé que certains textes religieux appelant à la haine et à la mort soient condamnés de la même façon que l’a été la propagande Nazie.

J’attends aussi que les religieux israéliens et la droite israélienne sachent que la force ne fait pas la morale.

J’attends que Mahmoud Abbas reprenne le contrôle de Gaza.

J’attends que resurgisse l’Islam de France, celui que m’a fait aimer le recteur Dalil Boubakeur.

J’attends que l’on range les Kalachnikov, que l’on fasse la paix et que l’on partage le pain.

Et cela s'adresse à tous les protagonistes de cette effroyable et ignoble tuerie.

Voir les commentaires

Marine, père et impair !

10 Juin 2014, 07:26am

Publié par Cheval fou (Sananes)

Disons-le haut et fort à Marine et ceux de ses amis qui pensent comme elle que son papa n’a commis qu’une "faute politique" en disant tout haut ce qu’une partie de son électorat pense : elle se trompe ! Jean-Marie Le Pen a surtout commis une faute morale de la plus haute gravité.

Je ne sais pas si pour Monsieur Le Pen et certains de ses amis, la commémoration du Débarquement était jour de fête ou jour de deuil, je ne sais pas non plus ni si son projet de réhabiliter Pétain fait toujours partie d’un inavoué programme, mais je sais que pour nombre de Français, la famille Le Pen, le FN, et leur proximité avec les extrêmes droites les plus virulentes d’Europe, sont une menace pour la Démocratie.

Aucun vrai Français ayant une mémoire des atrocités commises par une idéologie qui a fait, il n’y a pas si longtemps, ses "fournées" d'artistes, de Roms, de Juifs, d’homosexuels et de résistants, aucun vrai Français ne peut penser que les propos du Président d’honneur du FN sont acceptables.

Quand aujourd’hui encore, Jean-Marie Le Pen répond à sa fille Marine : " La faute politique c'est ceux qui se sont alignés sur la pensée unique", à l'évidence ce qu'il qualifie de "pensée unique", c'est la pensée républicaine ! C'est, me semble-t-il, celle qui s’oppose à l’assassinat d'êtres humains n’entrant pas dans le moule de l'idéologie FN ! En fait papa Le Pen est toujours le même !

Et la question se pose : le discours actuel de Marine Le Pen dénote-il une volonté de véritable changement au sein du FN, ou n'est-il qu'une stratégie de séduction ?

Une clarification s'impose !

Je me permets de rappeler mon article à propos des Elections Européennes en date du 29 mai, sur Facebook et sur ce blog, ayant pour titre : QUI S’ÉTONNE ? (article ci-dessous)

Voir les commentaires

Brésil

7 Juin 2014, 21:28pm

Publié par Cheval fou (Sananes)

À se demander si le droit de vivre libre et chez soi, et même le simple droit de vivre, est un acquis définitif, quand les usufruitiers de la richesse, que ce soit les grands propriétaires du Brésil ou d’ailleurs, et les multinationales, encouragés par les gouvernements qu’ils soudoient, pensent que le monde est un bien vacant à privatiser. Le sort des Indiens du Brésil, comme celui des sans voix des Indes, d’Afrique ou d’ailleurs, ils le tiennent dans une main de fer qui, inexorablement, écrase l’homme naturel, l’homme dépouillé d’influence et de technologie guerrière. L’homme naturel dans ses prairies, dans ses steppes, dans ses îles, n’a pas de droits car la richesse, mariée à la puissance des armes, se donne le droit de spolier et polluer. Des puissances financières achètent des armées privées. L’émergence de ce que j’appellerai une philosophie "monsantiste" affirme, avec une incroyable arrogance, que l’on peut privatiser la vie et parquer les peuples : ce qui n’est pas encore à moi je le prends, devient l’article premier de la bible du libéralisme !

Et, pendant ce temps, la foule des "panurgiens", les hypnotiques du 20 h, les décérébrés de la téléréalité, les fous du stade et leurs hooligans, chantent leur autosatisfaction en cuvant leur bière et l’avenir de leurs enfants.

Mais putain, l’amour et la fraternité, c’est quand ? Quand comprendra–t-on que chacun de ces Indiens est mon frère ? Que chaque homme qui souffre s’inscrit dans une douleur collective ?

Quand comprendra–t-on que les hommes ne sont qu’une seule famille et que ceux qui pillent la terre détroussent l’humanité ?

Quelle philosophie non frelatée leur apprendra qu’aucune richesse vraie ne se bâtit sur la douleur, la spoliation ou l’exploitation de l’autre ?

Qui leur dira que les hommes, tous les hommes, les animaux tous les animaux et la terre, toute la terre, ont un droit, non négociable, au respect.

JMS

Photo : Les Enragés

Voir les commentaires

QUI S’ÉTONNE ?

29 Mai 2014, 21:34pm

Publié par Cheval fou (Sananes)

Qui s'étonne quand la Gauche sacrifie ses principes en gérant un pays ruiné par une Europe de la dérèglementation imposant que nos grandes entreprises nationales (celles qui créaient l’emploi et la richesse nationale) soient offertes à la Finance aux seules fins de satisfaire l’appétit de captations des richesses mondiales par quelques multinationales ?

Qui s’étonne que l’électorat de Gauche perde confiance en ses représentants ?

Qui s'étonne quand, dans une France pillée de ses ressources par des cadeaux fiscaux, la Gauche, en raison des contraintes européennes, est rendue impuissante à défendre nos entreprises et nos emplois et que, de surcroît, la situation héritée la contraint à solliciter par l’impôt les artisans et les salaires modestes et non ceux qui, des décennies durant, ont capté les richesses nationales et les ont exportées vers des paradis fiscaux ?

Qui s'étonne que le monde du travail ne retrouve plus ses repères ?

Qui s'étonne quand la Droite française, par ses années de gouvernance, crédibilise le Front National en utilisant son programme et en s’associant à lui pour chanter sa haine contre le mariage civil pour tous ou pour défendre l’enseignement privé ?

Qui s'étonne que le citoyen ne sache plus qui est qui ?

Qui s’étonne quand l’Extrême Gauche et l’Islam de France ne dénoncent ni les dérives islamistes, ni leurs implantations dans les banlieues, ni leurs brutalités dans le monde ?

Qui s'étonne que certains, après l’attentat de Bruxelles, se tournent vers les mouvements identitaires et nationalistes ?

Qui s'étonne qu'après que la Droite Européenne se soit gaussée de ceux qui refusaient une adhésion inconditionnelle à une Europe de la mondialisation décidée à aligner les salaires des travailleurs européens sur ceux des pays émergents alors que dans le même temps les salaires du grand patronat s’envolaient et se chiffraient en milliers de SMIC, que les ouvriers et les petites PME bafouées, précarisés et dépouillés d’avenir se précipitent dans les bras des partis extrémistes ?

Qui s’étonne quand la chaîne d’informations BFMTV offre 42,98 % de temps de parole au Front National entre le 10 février et le 7 mars 2014 alors que la Gauche d’opposition partageant avec lui la même réticence à l’union Européenne libérale ne dispose que de 9,26 %, le PS 17.64%, et l'UMP 15,86 % de temps d’antenne ?

Qui s'étonne qu’avec de tels moyens inégalitaires de communication, la nouvelle dialectique du FN sache faire oublier aux jeunes générations ce qu’il y a d’encombrant dans la corbeille de Marine Le Pen !

Qui s’étonne quand seul le discours souverainiste (pourtant pas toujours dénué de fondement) de Marine Le Pen passe sur les ondes et occulte sa valse à Vienne dans les bras du Parti Nationaliste Autrichien ?

Qui s'étonne quand l’on veut nous faire oublier que le sourire de Marine est le sommet d’un iceberg dans lequel se promènent Jean-Marie Le Pen, Robert Faurisson, Bruno Gollnisch et tous les vrais ou faux exclus du FN, ceux qui usaient de références néo-nazies ou racistes ?
Qui s'étonne que la jeunesse, qui n’a rien connu des années noires, ni des dérives de l'Extrême Droite, considère Marine comme une alternative à la crise ? Et d'ailleurs, dans le désarroi où se trouve la France, il est même presque étonnant que seulement 10,75 % des inscrits ou 25 % des suffrages exprimés, se soient tournés vers Marine Le Pen !

L’espoir démocratique n’est cependant pas mort et même si le mea culpa de Monsieur Sarkozy parlant de revoir le projet européen après nous l’avoir imposé, arrive un peu tard, je reste convaincu que lorsque la Droite cessera de croire que 50 % des Français sont illégitimes et quand la Gauche renoncera à s’enfermer dans le politiquement correct, quand les Français verront un Français dans chaque citoyen respectueux du droit et de la laïcité, quand ils verront un homme en chaque homme, peut-être qu’alors les partis d’opposition cesseront d’organiser l’échec de ceux qui gouvernent et, tous ensemble, et même nos élus, penseront peut-être à l’intérêt général.

Peut-être alors se demandera-t-on :

- Pourquoi alors qu’en France le PIB n’a jamais baissé, certains Français se sont tant appauvris  et d’autres se sont tant enrichis ? Et qui gère ces vases communicants ?

- Pourquoi l’indice d’augmentation du coût de la vie ne s’indexe-il pas uniquement sur le prix de la nourriture, des soins, des loyers, de l’habillement et des transports, et sur ce qui est vital ?

Peut-être alors se demandera-t-on :

- Si la captation des richesses par quelques multinationales ou particuliers apatrides est acceptable ?

- S’il est normal de démanteler un service public pour l’offrir à des intérêts privés ?

- S’il est normal qu’à contrecourant des pays exportateurs, la Banque Centrale de l’Union Européenne défende l’€uro et non la compétitivité ?

- S’il est normal que des organismes de pression (ou peut-être même de corruption) nommés lobbies aient leurs entrées à Bruxelles ?

- S’il est normal que l’Ecole Publique Française ne forme pas à la Laïcité ?

- Si être citoyen n’implique pas une pleine adhésion à ce même principe ?

- S’il est normal que les emprunts d’Etat passent par des banques privées ?

- S’il est normal que quelques multinationales et géants de la grande distribution se substituent aux millions de petits commerces qu’ils ont ruinés et fait fermer ?

- Si le désastre social provoqué par la "nouvelle économie" (travailleurs sans toit, prostitution occasionnelle et petite délinquance…) n’en est pas une résultante ?

- S’il est normal que certaines personnes détiennent dans leurs coffres des sommes inertes qu’elles ne pourraient dépenser même en vivant des millénaires, alors que des millions de personnes meurent de faim ou cherchent encore leur nourriture dans les poubelles de France.

- S’il est normal que La fortune des 3 individus les plus riches de la planète est supérieure au PIB des 48 pays les plus pauvres soit 600 millions de personnes ?

- S’il est normal que 5 % des humains possèdent 90 % des richesses alors que 30 % des humains souffrent de la faim ?

- S'il est normal qu’au nom des profits, on pollue, détruit et saccage la planète ?

- S’il est normal qu’on chasse des tribus de leurs terres ancestrales pour que d’autres détruisent les forêts d’Amazonie, d’Afrique ou d’Asie à des fins lucratives personnelles?

- S’il est normal que le grand commerce prépare et organise un monde sans vendeurs, sans caissières, un monde où la robotique remplacerait l’homme et où l’homme n’existerait qu’à partir de sa capacité à consommer ? Quelle serait alors la place de l’homme et que ferait-on des exclus ?

- S'il est normal que l'on stocke des déchets radioactifs nocifs pour des millions d'années, en hypothéquant la survie de nos descendants ?

Et surtout quelle morale peut nous exonérer de notre silence quand nous savons tout cela ?...

Mais, me direz-vous, le monde politique, trop occupé à défendre ses chapelles idéologiques a peut-être oublié l'éthique !

Et si tout le problème était là ?

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>