Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

De Ile Eniger, : Tu es la-bas

Publié le par Ile Eniger

Cet article est reposté depuis PAGES ECRITES.

Tu es là-bas, errant entre les murs et le pauvre jardin qui t'enserrent. Entre le vide et tes gestes qui n'en sont plus. Tu ne sais plus ton nom, ni le mien, ni ce que nous avions tissé. Tu ne sais plus rien. Tu es fantôme coincé entre les mondes, trimballé de dérives en oublis. Depuis des années  ton existence a déserté ta vie. Les autres peuvent garder leurs raisonnements, leurs conseils ! Bien à l'abri de la douleur, que savent-ils du gouffre de l'absence, de l'insidieux abandon, de l'enveloppe vide, des jours déteints ? Encore un printemps dont tu ne sais pas qu'il est printemps. Encore ces jour après jour qui nomment l'abîme, la vacuité de l'exil. Et moi, seule à penser à toi qui manques. Et moi, seule et de roc fragile, qui veille sur le chat et l'amour. Et moi, seule à parler à nos roses.

Publié dans Ils disent

Partager cet article
Repost1

Très vieux poèmes

Publié le

Cet article est reposté depuis lafreniere&poesie.

Très vieux poèmes
Partager cet article
Repost1

Elle lui avait dit : "À ton âge"…

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Elle lui avait dit : "À ton âge"…
Alors il avait pris son temps, la température de l'air, en avait écouté les musiques, mesuré la taille du ciel, cherché des oiseaux. Il avait pris une brassée de rêves et son chat par la patte puis, il s'était surpris à regarder des étourneaux et s'aperçut qu'il comptait comme un pied ! Pourquoi donc, quand l'un des oiseaux s'évadait de cette horde stellaire, ne devenait-il pas un 'étournal', répondant ainsi à cette même équation qui voulait que le cheval soit la moitié de deux chevaux ?
Jouant avec les mots, il avait alors échoué à en faire des familles, s'étourdissant à jongler avec les syllabes, à vouloir faire danser des vers, faire rimer des couacs. Et, de rimes en couacs et de quoi qu'on en dise en alexandrins, excédé, il avait renversé l'encrier et vu l'encre devenir pâte de mots liquide et lui colorer les doigts. Il avait alors ouvert, dans un geste de grand désespoir, le placard à secrets, y avait volé du chocolat en grommelant des mots à fermer le rire, et d'autres qu'il valait mieux taire.
Les temps se prêtaient à la grisaille. C'était un temps de rien, les hommes s'y promenaient fusils à la main. Pour toute récompense, au matin, on leur offrait des oraisons funèbres et des cantates à la gloire de l'orgueil, laissant aux mères les fleurs et les larmes. C'était en une époque de pénurie de cimetières, du nord au sud, du Danube au fleuve Congo, et partout de par le monde, dans les jardins du crime, l'éternité et l'incognito se croisaient, laissant des hommes à même la terre joncher l'oubli et nos re-morts. Entre l'amer des temps, les armes, l'amertume, les maux tue-âmes, les mots porte-larmes, et ceux qui alarment comme les tumeurs assassinent d'un incertain bonheur, tous s'accordaient en des sonorités complices aux accents funèbres.
"À ton âge" avait-elle dit…
Et ces mots qu'elle avait prononcés à cette frontière entre la peur du très-passé, et l'an-trop glissaient comme une frayeur oubliée. Funambule convié à la chute, avec l'insolence du vivre et chanter, pourtant encore il défiait l'absence, apprivoisait des bulles de savons, des griffures de chats, des rires d'ogre de barbarie, déclamant la joie d'être là. Il flânait, longeant l'épanchement des heures perdues et d'un siècle où tant d'amitiés avaient viré au noir, mais où tant d'heures endimanchées à d'odeur de vanille le retenaient si fort qu'il s'y était bâti un pays.  Encore il ignorait toute velléité d'excursion ou d'incursion en un au-delà où, selon lui, le matin, et bien trop tôt pour un homme raisonnable, les anges comptaient fleurette aux papillons et aux pissenlits.
Trop tôt pour lui ! À son âge, il voulait encore partir à l'assaut du jour et y chercher les couleurs du bonheur. Plus loin que les nostalgies qui l'habitaient, il voulait encore parcourir le train-train des heures qui chantaient comme un ronron de soleil dans le jardin. Encore il s'y cramponnait comme une feuille de platane à l'approche de l'automne.  
Elle lui avait dit "À ton âge…", mais que savait-elle de son amour du bleu, du jaune et des sourires d'automne ? Ses matins à lui chantaient encore comme l'heure du café et les fenêtres que l'on ouvre sur des envies de quotidien.
Elle pouvait se le garder son "À ton âge"…

JMS

Publié dans JMS - A paraître

Partager cet article
Repost0

1er mai 2022

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

En ce mois de mai
où un peuple se fait massacrer,
quand l'utopie d'une fraternité
entre les hommes
et celui d'un sauvetage de la planète
fait ses adieux au rêve,


quand seul le malheur
et la peur des sanctions électorales
appellent à la raison,


quand, ici et ailleurs,
les enfants et les hommes du labeur,
aux espérances étriquées,
dans le désenchantement de la promesse,
oublient de battre le pavé,


parce que
quelque chose en moi,
dans l'indigence de l'espoir,
 ne veut pas mourir,
encore je vous livre
quelques lignes de mon recueil de 2007
.
Opus 24
Requiem pour 1968


***
Je croyais en Tes mondes infinis
car je suis chien de mémoire
fidèle comme le remords


Dans un ailleurs
Tu étais là
parfois je Te nommais


Je Te savais parmi nous
je chantais à Tes côtés.

 
Opus 24
Je me rappelle ces temps
où les Lolita, pour un baiser
pour un tour de bras
volaient de brefs instants au banal


Un brin d’encens à la main
elles se disaient
égales aux  hommes
les ouvriers rêvaient


Pour un Krishna, pour un Jésus
pour un Dylan, pour un Donavan
les hauts-parleurs jetaient l’amour


Les yeux  jetaient du rire
les oiseaux parlaient tendresse
Martin Luther faisait un rêve
Dieu dansait à nos côtés


Sur les pavés du pouvoir
les "bien-pensants" outrés
pactisaient autour des guerres


Du Chili au Vietnam
ils jouaient du crime et du napalm


Je regardais les "hommes de bien"
ils jouaient
à faire courir la mort


De Charonne au Biafra
ils étaient là à vendre leurs couteaux
à vendre leurs canons


Sur la cartographie de la misère
les grands
verrouillaient le monde
essaimaient leurs corruptions
ancraient leurs dictatures
dépossédaient les peuples
capitalisaient les étoiles
ensemençaient le futur de Forgeard* goulus
et autres détrousseurs de rêves et de richesses
ils nous préparaient leur monde.

 
*(aujourd'hui nous dirions les Carlos Ghosn et autres comparses)

 In Opus 24  Requiem pour 1968
Publié aux Éditions Chemins de Plume 

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

Il fut un temps

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Il fut un temps
où le printemps chantait
si fort que mai explosa
comme  une rose en bourgeon
ouverte à un rêve d'avenir

Il fut un temps
où mes vingt ans résistaient
et le printemps appelait
à l'amour et à l'espoir

il fut tant et tant de temps
pour  que s'usent  nos lendemains
il fallut tant et tant
d'hivers et de colères
à user nos utopies
pour que passe le vent
qui portait nos vains ans

et toi petite
qui sais que les rides
effacent la jeunesse

et toi petite
qui sous mes rides ne voit pas
ce qu'il me reste de jeunesse

jms 25/04/22

 

Partager cet article
Repost0

Sur un fil

Publié le

Cet article est reposté depuis lafreniere&poesie.

Quand l'idée du bonheur
se jette sous le train
à 5 heures du matin.

Quand l'infini bascule
du côté noir des choses
à 5 heures du matin.

Quand un fleuve d'oiseaux
perd ses vagues en volant
à 5 heures du matin.

Quand la fiancée des fleurs
perd sa bague d'odeurs
à 5 heures du matin.

Quand on marche sur un fil
qui ne tient plus à rien
à 5 heures du matin.

Quand la chair des mots
n'est qu'une peau de chagrin.
Quand le cuir des bottes
n'est qu'une chair de poule.

Quand le sommeil abat ses rêves
comme des cartes truquées
 5 heures du matin.

Quand personne ne m'attend.
Quand les morts me rejoignent
À 5 heures du matin.

J'invente à l'espérance
une sœur jumelle.

Jean-Marc La Frenière

Publié dans Ils disent

Partager cet article
Repost1

La complainte du hérisson

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Le hérisson, venant de quitter l’hiver, aperçut une souris :
"Comment oses-tu sortir toute nue et sans défense ?"
 s’insurgea-t-il ! avant d'apercevoir une beauté sans pareille
qui ne manquait pas de défense.
Mais qui donc aurait osé, d'une main enhardie,
s'approcher de la belle hérissonne ?
Détournant son regard, peut-être par pudeur,
il vit maître mulot s'extasier devant la souricette,
lui qui vivait dans la peau d'une feuille printanière,
et il dût bien le constater,
tout le monde ne regarde pas d'un même œil !
D'ailleurs, le petit rat, à voir ainsi bardé le hérisson
paré de son habit guerrier, lui trouva fort mauvais genre,
avant qu'une ombre ne le fasse fuir.
À chacun ses armes, seules ses jambes le sauvèrent
lui qui, dans son chic habit, plaisait à la chouette.
D'une infinie sagesse, il s’exclama :
"Cessons de regarder les autres
et allons vite dans notre trou et chacun chez soi,
laissons les autres se ressembler,  
et si à être pareils, les modes s’acharnent,
n'est-il pas bon de se ressembler et d'être soi ?
N'est-ce pas la peur du dissemblable qui fait les guerres ?".

Au repas du soir, le hérisson et le mulot,
trouvèrent chouette de vivre ensemble,
mais fou qui ne se méfie pas...

JMS 23/04/22

         

   

Partager cet article
Repost0

Dans l'immensité des jours

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Parfois, l'immensité des jours
et de la douleur d'être homme est si vaste
qu'elle s'enferme et s'autodétruit dans l'inimaginable.
Le choix est dans son contournement
ou le cumul des poignards de la raison, jusqu'à la folie.

Déchirez-moi la tête,
la pensée,
déchiquetez mon corps, mon âme,
étouffez mes ressentis,
gommez-moi
effacez-moi.

La mort,
leurs morts, entrent en moi,
me hantent et me rongent.
Je pense à toi,
je te sais, toi la mère
qui regardes la poussière d'immeuble
où ta famille vient de disparaître,
et je sais
la mesure de la douleur,
le sanglot et la larme rugueuse,
comme un cri animal au profond des entrailles,
et l'agitation de mots qui n'expriment plus rien.

Que reste-il du rire de l'enfant que tu aimais ?
Me revient l'image de la petite fille de l'école Oha-Torah,

un pistolet sur la tête.
Partout au monde l'ignoble coagule l'innommable,
qui donc, et pourquoi, ont-ils fait cela ?

Est-ce l'image du dernier rire de ton enfant
dans cette rivière de sable et de poussière d'homme
que tu figes, là où était ton immeuble ?

Ta douleur a pénétré mon âme,
j'ai mal pour toi.
Nous sommes la flamme du brasier qui nous ronge.

Effaçons l'amour,
fermons les yeux
la mémoire et le futur,
pareille douleur, elle, ne se ferme pas.

Nos corps vivront et iront plus loin,
sans nous.
Notre effacement s'appelle l'Exil,
je le connais,
il y a si longtemps que je l'habite.

jms  le 18/04/2022

Photo internet

Partager cet article
Repost0

Depuis que je m'habite

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Hé l'oiseau, où vas-tu ?
Et toi mon rire, où te caches-tu dans cette cohue ?
Tant de chats, tant d'amours dont je cherche les noms,
tant de jours à remettre dans l'ordre,
j'ai vu un tableau si profond que je m'y suis perdu.
Manque de perspective ?
Depuis que je m'habite,
à trop être en moi je m'égare, est-ce l'âge ?
Tout devient aussi grand que le vide,
j'y perds des mots, des jours, et l'heure file.
 
En rang les mots !
En ordre les jours !
Vite, mon calendrier s'effrite,
trop de bruit dans ma tête,
ça fait désordre,
avez-vous vu mes rêves ?
 
Je voudrais être un bruit posé sur un arbre
et retenir les chants d'oiseaux.
Où sont passées les comptines d'enfance ?
La musique est en ruine,
Pierrot ne chevauche plus la lune,
sa plume ne sait plus le chemin de l'encrier.
 
Perdu parmi tous mes habitants,
je ne suis plus seul,
et je ne suis plus celui qui parle le plus haut.
À être un homme multiple,
je me divise,
me brouille.
Ne parlez pas tous ensemble !
Laissez-moi me chercher,
je veux retrouver un coin d'enfance
et l'habiter seul,
m'y retrouver, et fermer la porte
 
Où sont donc les odeurs joyeuses
qui habitaient la cuisine ?
Maman n'est plus là,
les hirondelles sont parties.
 
Bruits, mots et jours du passé,
je ne suis plus celui
qui n'était jamais content,
celui qu'une règle de trois
faisait basculer
quand nous étions plus de deux.
 
Et si je suis seul,
si vous ne me parlez plus,
qui répondra à mes questions ?
 
Hé, l'hirondelle, reviens,
et dis-moi qui, là-bas,
habite ma maison ?
J'ai perdu le chemin d'enfance.
 
Quand je nous aurai quittés,
pourrai-je encore nous parler ?
JMS
 

 

Partager cet article
Repost0

Devrais-je dire à mon fils

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Devrais-je dire à mon fils
quand deux hommes se battent :
"Interpose-toi et sépare-les ?".
 
Je me souviens de Polonais et d’Espagnols
venus défendre la France.
Je me souviens d'un temps
où les hommes eurent mal
et d'un autre qui emporta les miens.
 
Je me souviens de l'enfant syrien
errant sur un bord de route,
d'une frontière fermée à la misère,
d'un enfant du Congo
regardant sa mère éventrée.
 
J'ai vu, loin d'eux et du ciel,
les ventrus vendre leur vertu
de crainte d'avoir des assiettes
moins bien remplies.
 
J'ai bu de la bonne parole
et mangé du silence
dans le fracas des bombes tombées.
J'ai vu l’enfant, fleurs en main,
devant la tombe d'une maman.
 
J'ai vu,
et je ne sais plus quoi dire aux enfants.
 
JMS

image TV

Partager cet article
Repost0

1 2 > >>