Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

textes de jms

1968/2021 Où est passé l'espoir ?

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

1er Mai 2021

En ce mois de mai où  le rêve
ici et ailleurs
joue son désenchantement
en Sol majeur
je vous livre quelques lignes de mon recueil de 2007
parce qu'il est des espoirs qui ne veulent pas mourir


Jean-Michel Sananès
Opus 24
Requiem pour 1968


Je croyais en Tes mondes infinis
car je suis chien de mémoire
fidèle comme le remords

Dans un ailleurs
Tu étais là
parfois je Te nommais

Je Te savais parmi nous
je chantais à Tes côtés.


Opus 24
Je me rappelle ces temps
où les Lolitas, pour un baiser
pour un tour de bras
volaient de brefs instants au banal

Un brin d’encens à la main
elles se disaient
égales aux  hommes
Les ouvriers rêvaient

Pour un Krishna, pour un Jésus
pour un Dylan, pour un Donavan
les hauts-parleurs jetaient l’amour

Les yeux  jetaient du rire
les oiseaux  parlaient tendresse
Martin Luther faisait un rêve
Dieu dansait à nos côtés

Sur les pavés du pouvoir
les "bien-pensants" outrés
pactisaient autour des guerres

Du Chili au Viet nam
ils jouaient du crime et du napalm

Je regardais les "hommes de bien"
ils jouaient
à faire courir la mort

De Charonne au Biafra
ils étaient là à vendre leurs couteaux
à vendre leurs canons

Sur la cartographie de la misère
les grands
verrouillaient le monde
essaimaient leurs corruptions
ancraient leurs dictatures
dépossédaient les peuples
capitalisaient les étoiles
ensemençaient le futur de Forgeard goulus
et autres détrousseurs de rêves et de richesses
ils nous préparaient leur monde.

Publié chez Éditions Chemins de Plume

  ***

Mais, mai 2021
en ce temps
où il est toujours bonheur d'être là et d'avoir des amis...

Mai, reviendras-tu
 avec l'espoir de sauver le monde ?

JMS

 

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

Toutes les mémoires sont miennes

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Mémoires de tueurs glorifiés
mémoires de victimes
toutes les mémoires sont miennes.

Celle de cet autre que j'ai tant aimé
celle de celui que j'ai détesté
celle de celui qui tua mes frères
celle des assassins de peuples
celle de tous ceux qui vont
ambitions en avant et fusils en tête
celle de ceux qui vont au nom de Dieu
de ceux qui ne se savent pas diables
de ceux qui me préfèreraient mort
de ceux qui affament les enfants
les laissant ventre gonflé, gisant dans la misère
de ceux qui tuèrent nos pères
comme d'autres arrachaient la peau des enfants phoques
de ceux qui emplissent cimetières et fosses communes
de ceux qui ne trouvèrent jamais le chemin
et ne savaient pas que nous étions frères
venus d'une lointaine cellule aux embruns marins

Aucun d'entre eux ne savait que nous étions frères
aucun n'avait vu le baiser des colombes
la douleur des mères pareille à celle des mamans biches
à celle des guenons de laboratoire
à celles des femmes devant la mort d'un enfant
quand l'injustice ou le fusil exulte.

Toutes les mémoires, toutes les larmes sont miennes
car je suis du peuple de la vie
et seuls les espoirs m'écrivent au futur.

JMS18/11/2020

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

Mohamed, le philosophe de ma jeunesse - Petit voyage dans l'envers du jour

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Photo d'un vieux compagnon de ma jeunesse : Mohamed,
et une des pages qui lui sont consacrées dans mon premier roman :
"Le Vieil homme disait - Algérie des années velours aux années de feu"
Le vieil homme c'est lui, le philosophe qui, dans mon enfance,

quand nous avions 8 ans nous racontait et nous expliquait le monde.
 

(Photo retrouvée par hasard sur internet en visionnant des extraits du film "Un de la légion", avec Fernandel)

 

Petit voyage dans l'envers du jour

 

- Michel, tu viens ? On va aux bonbons, en face.

Si la solitude est difficile à partager, le jeu est contagieux.

Oubliant tout, nous voici tous trois à galoper.

Voici, devant son étal, Mohamed, le marchand de bonbons, sous son turban roulé de toile grise qui semble taillé dans un de ces sarraus que portent les écoliers.

Un sourire triste agite sa moustache, décoiffant des dents jaunes. Le choix est vite fait. Cinq francs de l'époque, c'est juste le prix d'un paquet de pois chiches torréfiés. L'emballage est artisanal : une feuille de papier de cahier d'écolier torsadé en cornet. L'écriture à l'encre violette, les pâtés, les fautes d'orthographe, si savoureuses soient-elles, mêlées à nos pois chiches, ne nous choquent pas. Nous ne connaîtrons pas l'école avant la fin de l'été. Le cornet est vite déroulé et le papier restitué à Mohamed qui ne va pas tarder à le recycler.

Le butin est partagé. Les Mousquetaires sont heureux. Dans un cri qui n'admet pas de contestation, Zac commande :

- On rentre.

Mais non, Moktar veut poser une question au Vieil Homme

- Attends !...

- Mohamed, pourquoi est-ce que les fourmis travaillent... c'est le chef qui leur demande ?

L'air triste du marchand disparaît. Il réfléchit, il semble que l'air sous les palmiers du boulevard se soit raréfié, ses yeux se sont plissés, il lisse sa moustache en se reformulant la question :

- Pourquoi ? le chef des fourmis, il est méchant ?

Cela dit, il fronce le nez, rougit. Il semble que sa tension monte, quand, soudain, les cloches de l'église entament leur ramdam : BOUM-BOUM onze fois suivis d'un  DONG.

Zac s'insurge :

- On rentre !

Mohamed lui adresse un sourire reconnaissant.

Mais non, Moktar ne bouge pas d'un pouce, le regard rivé aux lèvres du Vieil Homme. Enfin, elles se mettent à bouger et articulent :

- Les jets d'eaux et les oiseaux chantent.

Consternés, nous le regardons tous les trois. Vraiment cette réponse ne nous satisfait pas. Intrigué, prenant le risque de paraître idiot, je demande :

- Que veux-tu dire ?

- Écoute, vous, vous êtes comme les jets d'eau et les oiseaux : vous chantez. D'autres, comme les fourmis, ne se contenteront jamais du paradis, c'est le proverbe qui le dit !

Il me faut un complément d'informations. Aussi j'insiste et demande :

- Tu crois que certains n'aiment pas le paradis ?

- C'est pas ce que je veux dire. Avant, l'homme et les animaux ne travaillaient pas. Ils trouvaient du manger, ils mangeaient, ils n'en trouvaient pas, ils prenaient le soleil et tout le monde était content. Depuis, l'homme et les animaux, ils réfléchissent. La fourmi, elle veut du manger pour aujourd'hui, elle en veut pour demain et pour le mois prochain. L'homme c'est pire. Quand il est pieds nus, il veut des chaussures, quand il a les chaussures, il veut le vélo, et quand il a le vélo, il veut l'auto. Le paradis c'est quand il était content pieds nus. Il travaillait pas, il prenait les fruits et le soleil !

C'est beaucoup pour nos petites têtes. Nous réfléchissons. Mais c'est logique !

Zac met brutalement fin à notre réflexion :

- Mon père va me tuer... le bois... il faut que je l'aide...

 

Comme une volée d'oiseaux, nous nous envolons et Moktar, se souvenant des gâteaux dans le four, confond oiseau et fusée.

Essoufflés, nous arrivons tous trois au four banal.

Nous nous séparons dès l'entrée de la ville mauresque, dans une odeur de menthe et de mouton.

 

JMS

 

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

Sa vie

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

 Elle regarde sa vie

Son amour est à demi parti

Son corps est là mais son âme est ailleurs

 

C'est une parole au creux de la brûlure

La voix qui lui disait :

"Je n'ai besoin que de la peinture et toi"

 

Ce sont des pigments durcis et un cri brisé

À l'abandon dans l'atelier du peintre

 

Elle cherche un soleil effacé

Au matin, rien ne disparaît de ce qui n'est plus

Au soir, la larme immortelle ne sait pas sécher

Le jour porte sa douleur

 

C'est un chagrin plus long que le jour.

JMS

 

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

Si tu savais

Publié le par Cheval fou (Sananès)

Si tu savais comme j’aime la vie
je ne suis pas triste
je vis d’humour et de rire
mais si tu savais comme le monde me fait mal

si tu savais l’inventaire de mes amours
et tout ce que je peux aimer, boire, embrasser d’un simple regard

Si tu savais l’inventaire de mes craintes
le frisson de mes peurs

Si tu savais mon bonheur
J’ai un chat et des fleurs
un soleil posé sur la mer et une fenêtre ouverte.
Si tu savais…

Si parfois j’ai peur
c’est pour ceux qui resteront habiter ce futur de pouvoir
de famine, de djihad et d’argent
sans abeilles, sans rêves

Si tu savais comme j’aime la vie
les enfants, les coquelicots, les moineaux

Si parfois j’ai si mal
c’est pour ceux qui, chaque jour, ont peur du lendemain.

Si tu savais comme j’aime le bonheur et la vie
Quand je partage le rire et la douleur
c’est qu’à ma façon, j’appelle un monde meilleur
je ne demande que du pain et du rêve sur chaque table.

JMS

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

Scaphandrier de la déraison I

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Il y a longtemps, j'ai cessé de pédaler dans la choucroute, de boire l'eau de feu qui noircit les rêves, de croire que les fabricants de loukoums connaissent le secret des dieux.
J'ai pris mon vélo dirigeable, mis Léo mon chat, sur le porte-bagages, cessé de répondre au Président, à ma mère, et à la raison. J'ai accepté que la terre ne soit plus ronde, qu'elle brise ses amarres et, sans craindre la Grande Ourse, nous avons quitté le droit chemin.
Aux migrations du rêve, parmi les oies sauvages et les monarques, nous avons exploré la courbe, je suis devenu un homme-sommeil, à l’affût de vieilles étoiles cachées sous la lune. Avec un appétit féroce, j'ai grignoté les mêmes silences que mon chat, nous les avons partagés avec une générosité sans faille. Nous avons exploré, dans tous les cadrans de l'heure même les invisibles, ceux de l'intérieur, ceux où se cachent les mi-silences, les murmures et les secrets, sans les endommager. Pitié pour les secrets, pour les paroles enterrées et les petits mots que la larme emporte.
Seul, avec la plus grande partie de moi et la part d'ombre que j'ai confiée à mon chat, fantômes expatriés volontaires de cet ailleurs où le vide s'est fait un royaume, à une heure où les grenouilles chantent et affirment l'été, quand les cigales se taisent, nous glissions dans un bleu d'ombres bienveillantes. Il n'avait jamais fait aussi soleil que sous la pluie quand l'herbe pousse.
Scaphandrier de la déraison, j'ai pris le courage à demain. Le temps est une fiction. La vérité est une quête où les vies se brouillent. Les phrases, les visages, nos yeux, vos yeux, se cognent, où que j'aille. Hier me fait si mal que je fuis, je gravis les ciels par l'escalier Nord d'une tour Eiffel évadée d'une carte postale. L'antirouille des mémoires et trois anges la protègent.
Si le silence est un cri qu'on égorge, qui garde mes douleurs ?

 

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

Petit délire de Pâques (J’ai l’œuf)

Publié le par Cheval fou (Sananès)

Avant que je ne sois
avant d'être frais, rose et neuf
j'ai habité le rêve d'être
j'ai habité dans cette constante du bonheur
où il n'y a jamais ni rires ni larmes
où l'œuf du serpent n'a pas sa place

Avant que je ne sois
j'ai habité un ailleurs où le bleu mangeait l'hiver
un ailleurs où l'hiver n'avait rien à faire
où jamais il n'y avait rien de vieux, rien de neuf
j' habitais les territoires de l'attente
où rien jamais ne froisse l'habitude

Avant même que d'être
j'ai habité
le lieu même d'où l'on avait chassé l'œuf du désir
les neuf voluptés, l'odeur du chocolat
et Ève aux cheveux d'ange    

J'ai habité
où Dieu met tous ses œufs dans un même panier
là où parmi les saints, jouer n'est pas un jeu
partout
des colombes, des dindes
et des poules aux œufs d'or

partout
du ciel au poulailler
du poulailler au ciel une marmaille d'œufs
d'œufs à cheval qui tournent manège
d'œufs coque qui font des petits
d'œufs mimosas qui font le printemps
de Fabergé en paquets d'or, d'œufs en fête
d'œufs mollets qui font tartines
d'œufs durs qui font toupies
d'œufs en goguette qui se prennent pour des coqs

Dans ce monde en coquille d'œuf
aucune grisaille à frontière de ciel
aucune misère
pas une veuve pas un veuf
rien de joyeux de belliqueux
rien de juste de mauvais
ni rires aux enfants sages
ni larmes aux enfants de passage
aucune douleur entre l'œuf et le poussin
toujours de quoi n'avoir ni faim ni froid
toujours de quoi être plein comme un œuf
 
                    Au pays merveilleux                   
que du bleu du bleu du bleu
jamais rien de mieux
jamais rien de pire

l'œuf du désir dormait
les jours se suivaient à la queue leu leu
jamais rien de plus
jamais rien de moins
de quoi toujours avoir l'œuf

Et toujours l'attente d'être un être neuf
qui rit qui mange qui boit qui pleure
toujours l'attente du mystère
toujours ce rêve en quête des neuf euphories
toujours cette impatience qui brise la raison

Je suis parti
en marchant sur des œufs
loin des anges et des dieux
à chercher l'œuf du désir
et Ève aux cheveux d'ange
j'ai laissé ma coquille

On m'avait dit :
En bas,
la vie n'est pas un jeu
là où tu vas
les poules ont les dents si longues
qu'elles tondraient les œufs pour avoir du blé
en bas
on ne peut avancer sans casser des œufs
là où tu vas
on vole un œuf aussi facilement qu'un boeuf
en bas, ne mets jamais
tous tes œufs dans le même panier

Sans un adieu je suis parti
ma coquille s'est brisée
maintenant je suis né
Pâque est passée
j'ai des tristesses et du malheur
j'en suis plein comme un œuf

Partout
des œufs battus des œufs pochés
des œufs pochards des débauchés

partout
des oeufs au beurre noir des œufs fracassés
des œufs cassés des œufs brouillés

partout
des œufs brisés des crânes d'œufs

partout
l'œuf du malheur le ventre vide

partout
des couteaux neufs
sur le cœur des veufs sur le cœur des veuves

partout
l'avenir l'amour que l'on tue dans l'œuf

partout
l'œuf du destin
sur la conscience aveugle piétinée

partout
du malheur plein les coquetiers

Depuis
chaque jour
j'ai des colères que j'étouffe dans l'œuf
je ne fais pas de miracle
les saints les anges ont déserté mes cieux
je ne sortirai pas un lapin de l'œuf

Depuis
chaque jour
je regarde le monde droit dans les yeux  
et lui dis :
va te faire cuire un œuf !

JMS in : Derniers délires avant inventaire (2009)

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

Mes nuits sont des cavernes

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Mes nuits sont des cavernes où les rêves perdus rugissent
comme des terreurs millénaires se désagrègent 
en envolées de chauve-souris que la lune dévore


Je palpe le silence,
je cherche, je fouille le sillage des disparus.
Où êtes-vous, où es-tu, dans cet ailleurs où je m’égare ?
Où êtes-vous mes disparus,
pareils à tant de poèmes dont les mots se sont évadés ?
Où êtes-vous, où es-tu, dans cette flambée de jours consumés ?


Je cherche dans le sillage des disparus,
je scrute l'armée des ombres pliées dans les ressacs des jours perdus,  
j'entends des voix,
je vous vois,
je te vois, ma mère,
les yeux penchés sur mes cahiers à l'orthographe indomptée
.

Où es-tu ma mère
dans cet ailleurs où crissent des chants d'amour oubliés ?
Deux ans déjà…


Je te cherche dans les mémoires de triage,
sur des chemins d’exil.
Je n'ai rien oublié de ces ailleurs où je fus enfant.
Je n'ai rien oublié des tablées fleuries
où tu chantais, ma mère.
Je n'ai rien oublié de ces soirées cachées
où le sel à tes yeux, coulait.


De soupirs en sourires,
mes nuits sont des cavernes où les temps reviennent.
Les jours y flambent dans une clameur heurtée de rires et de larmes.
Enfant, dans l'abécédaire des silences
je décryptais la violence du jour,
je savais qu'il me faudrait attendre
pour un jour déployer mon cri.


Sous des sourires d'apparat, parfois tu pleurais, ma mère.

Mes nuits sont des cavernes
où les rêves perdus rugissent encore comme des terreurs millénaires

jms

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

Matin gris

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Le matin me maltraite
le sort mauvais joue avec mes nerfs
le café gît là
étendu sur la table
le sucre et mes rêves sont mouillés
le réveil n'a pas sonné
l'aube encore une fois est arrivée trop tôt
le soleil brûle mes yeux
Je suis aussi triste qu'un vieux cheval
qui part pour la casse
aussi emprunté qu'un réverbère
qui voudrait visiter le monde
Mais qui a encore besoin de lumière ?
C'est un temps de gris et de nuages
de compromis et d'espoirs usés
Rien ne va
À l'inflation du désir
je perds l'envie d'aller plus loin
Pourtant le temps presse
mes amis se bousculent au portillon de l'ailleurs
la pression monte
comme une odeur de colère sans arme
sans cri et sans violence
Le bruit d'un silence m'invite
à ne pas sortir de mes gonds
à ne pas m'étendre
Je cherche la lumière
implose devant une tablette de chocolat
l'univers me fait mal
un travers d'absence agrafe une douleur
l'avenir ricane
comme une souris dans les griffes d'un chat
à frontière d'âme
je rentre en moi
je parle à mon crayon
et s'il fait grise mine
c'est qu'il joue
la censure de mes velléités
je pose
un carré blanc
sur mes états d'âme
la vie passe
certains matins sont violents.

 

jms

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

S'en vont (mes amis)

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

À toi qui part où s'en vont mes amis

S'en vont
s'en vont, emportant de nous mille choses
aux transparences concrètes et indicibles.

S'en vont
laissant de nous le mirage d'un temps à jamais orphelin
de maux inutiles et de mots de rien
de quotidiens de rires et de larmes envolés.

S'en vont
nous laissant seuls dans la traversée de l'inattendu voyage
seuls dans l'attente de tout et de rien,
s'en vont
quand, à la table du jour,
le seigneur des leurres dresse l'addition du néant.

S'en vont
comme tu es parti
et comme je pars, mon ami.

Il est des temps
 où tous allons,
où mes amis s'en vont
emportant de nous des morceaux de vie,
tous s'en vont
emportant des morceaux de nous.

Partez,
partez comme je pars mes amis.

Pourtant, plus loin que les heures,
vous êtes là,
pourtant, plus loin que les heures
je resterai là
les doigts agrippés
à ce qui reste de nous,
à tout ce qu'il nous faut encore regarder,
encore et encore aimer,
car le précieux est fragile
aussi fragile que la clairière aux mots perdus
où les étoiles reposent.
Et même s'il ne reste d'elles
que lumière d'astres disparus,
quelque part au centre de moi,
elles sont là,
comme le cri d'un papillon qui défierait l'oubli
pour éclairer l'éternité du noir.

 

jms-lettre à Pascal

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>