Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

textes de jms

Dans chaque building

Publié le par Cheval fou (Sananès)

Dans chaque building il y a le chant des multiplications
la sueur des manoeuvres et des larmes d´orphelins
dans chaque multiplication il y a de l´or noir et des billions de dollars
des magnas qui cultivent le maïs des pauvres et la terre des peuples

Dans chaque soustraction
 il y a des bras, des jambes et des vies de soldats
des enfants sans béquilles

des entrailles de fusils, de la grenaille dans la chair

Dans chaque soustraction
il y a le sang des conquêtes
de la terre que l´on arrache aux indiens

des hommes qu´on enlève
des hommes qu´on exploite et du vent qu´on torpille

Dans chaque division, dans chaque soustraction
 il y a des diplomates qui rabotent le rêve
des politiciens qui rajustent l´espoir au plus court

L´amour n´a pas de carré
pas de diagonale
ne se divise pas
l´amour n´a pas de limite
l´amour est un

il ne multiplie, ni soustrait, ni divise

il porte le fleuve des larmes
et le pain des nations
traverse la frontière
comme un sourire  fraternel

il adoucit la misère des hommes
 

L´amour n´est pas un cercle
il brise toutes les solitudes
nourrit la liberté
et ouvre l´infini de l´espoir.

JMS - "Cheval fou - Les larmes et la colère"

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

Sois sans crainte

Publié le par cheval fou (Sananès)

 

 

  Embusque-toi

je sais

tu as peur

le poisson rouge te regarde 

Sois sans crainte

il ne sort que le lundi.

JMS - "Dernières nouvelles de mon chat" - Dessins Jms  - Editions Chemins de Plume - 12€

 

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

Dés jetés

Publié le par cheval fou (Sananès)

Dés, dés jetés, délires
des rires, des larmes
c’est une révolte de chats-mots
muses funambules
charivari du verbe
délires en cahiers
cahiers ordonnés désordonnés
cahiers agencés en pulsions arythmiques           
en urgences de cœur
en rythme fou
la vie court

Et nous qui savons
que les rêves sont rebelles
et toi, mon chat
dans cette cour des miracles
tu vas
et moi auprès de toi
et tant de rêves auprès de nous
et tant d’amour entre nous

Je ne sais rien
la terre tourne
mon chat vieillit


Belle, je dois te dire :
sur la terre mouillée, la fleur frissonne
Mon chat auprès de moi
mes yeux sèchent de vieilles larmes
C’est une frayeur de vent
que la tendresse enraye

Tournent les jours
                tournent les dés
                                 les dés jetés 
                                                  les délires en goguette
                        les délires de mots assoupis
en cahier de mots désordonnés

et toi, mon chat
tu vas
et moi auprès de toi
et tant d’amour auprès de nous
et toi qui vas
dans cette cour des miracles.

JMS - "Dernières nouvelles de mon chat" - Dessins Jms  - Editions Chemins de Plume - 12€

 

 

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

Ne pars pas

Publié le par Cheval fou (Sananès)

Ne pars pas
J’ai le cœur en hiver
L’oiseau cherche son chemin

Ne pars pas
J’ai le cœur à l’envers
Le monde a perdu l’endroit

Pas maintenant
J’ai le stylo blessé
Un oursin sur ma voix

Je meurs de guerres et de tempêtes
Face aux armes
Le juste n’a pas de droits

Je meurs une radio allumée
Le monde court de travers

Ne pars pas
J’ai le cœur en hiver
L’effroi glace mon sang
Comme une bouffée de mort
J’aspire la radio
Partout guerre et tempête
Le froid gicle en moi

Ne pars pas
Pas maintenant
Je meurs de nouveaux désespoirs
J’ai le stylo blessé
J’ai des rêves d’encre rouge

Va mon fils,
Ne m’attends pas
Ne m’attends plus
Va et marche devant

Aux quatre vents
Je t’ai légué la mort
J’ai cassé la pendule
Et si mon sang se fige
Et s’il n’y a plus d’étoile
Et si l’effroi me glace
J’ai voulu le droit chemin

Marche devant, mon fils
Je t’ai laissé mes cendres
Marche, ne m’attends pas
Ne m’attends plus
Marche et va tout droit
Moi, je ne sais plus rêver
Marche, je n’irai pas plus loin.

JMS - In "Plus frère que frère" - Editions Chemins de Plume - 12 Euros

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

Lettre

Publié le par Cheval fou (Sananès)

suite au texte l'encre et le papier de Jean-Marc La Frenière (à découvrir sur son blog)

Avec toi qui "brûles le mot feu pour réchauffer ton coeur", qui pleures dans "cet univers qui s'émiette", avec toi qui allumes des lumières et "sème des graines de vivant", qui "traîne le mot frère avec les noms des camarades", avec toi, le Desesperado de l'amour qui mets au rancard les tontons Macoute du libéralisme et leur paradis fiscaux, les écritures millésimées du malheur de l'ailleurs des coeurs, avec toi qui révoques les houries sanglantes et autres fruits de paradis, avec toi je crois que, par l'encre et le papier, nous appellerons à la conscience qui nourrit l'amour plus haut que l'amour, celui de l'amour ici et maintenant.
JMS

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

Poings serrés, du sel au regard

Publié le par (Sananès)

Il a riposté comme un rire qui tombe.

Le silence n’est pas ce cri tiré à blanc, une transparence de mots posée sur un matin d’hiver quand la neige se tait. C’est une intensité de calme qui arrête le "rien dire", un flot vide sur une tablée de vie où j’invite les étoiles. C’est cette rue immobile où j’attends le bonheur qui passe, c’est mon chat qui cligne des yeux, un nuage qui hésite, c’est une impertinence qui arrive.

Dans la contradiction du temps, l’oiseau s’est arrêté comme une douleur impatiente que le froid a, à jamais, figé. Il fait neige et glace. Poings serrés je regarde passer le jour et ce trop plein de « rien » qui enveloppe le sens – le brut, le non-sens de la vie. Une vie en grève. L’oiseau n’est plus. Il a riposté comme un rire qui tombe.

Un copeau de plume, un duvet, une fenêtre fermée. L’enfant ne rit plus. Un ciel trop grand nous écrase comme une odeur de poudre, comme un cri de sel dans la brume d’un regard.

JMS

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

Mon chat, dans l’ombre de l’été

Publié le par Cheval fou (Sananès)

Mon chat ne paresse pas dans l’ombre de l’été, il l’habite, il en parle.
Dans l’ombre dont il parle, il y a des valises de clinquant, des rivières de paillettes, il y a des taureaux tête baissée et du rouge dans l’arène, il y a des désirs carnassiers, des bravos, des t’es beau, des m’as-tu vu, des pendules qui courent, des ambitions et des coups de cœur qui jouent et toute la clique des agitations inutiles…
Dans l’ombre dont il parle, il y a le clique et la claque des flonflons du bal et toujours quelqu’un qu’on oublie, un rêve en jachère et une lumière qui se perd, celle qui brille si haut que l’on ne peut la voir que les yeux fermés, il y a le scintillement d’un rubis que les paillettes éclipsent, le frisson d’un ange qui meurt dans une odeur de frites, il y a la lumière du sens, il y a celui qui la cherche et se perd à l’appel des sunlights.
Dans l’ombre dont il parle,
il y a la boussole du jour que l’on perd à trop courir.

Mon chat sait qu’il faut creuser l’ombre, jeter les faux-semblants et les jeux de miroir pour trouver la lumière du vrai, s’appeler par son prénom, devenir soi-même et habiter ses rêves.

Mon chat sait la mort de l’étoile et l’ombre du soleil cannibale.

JMS - "Dernières nouvelles de mon chat" - Dessins Jms  - Editions Chemins de Plume - 12€

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

Dicton du pays des chats

Publié le par Cheval fou (Sananès)

 Quand un chat court après sa queue

il perd la tête

 Quand un homme court après son ombre

il perd sa lumière.

JMS

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

coup de griffe

Publié le par Cheval fou (Sananès)

Mon chat qui n’est pas fou déclare volontiers que
les hommes
qui ont des idées carrées
ne tournent pas rond
Mon chat n’est pas un plaisantin.

JMS

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

Poète !

Publié le par Cheval fou (Sananès)

Poète ! Je ne suis peut-être pas poète. Ce mot, plein d’ombre et de lumière, est si vaste, si lointain du genre humain enfermé dans l’étroitesse du carré de ses ambitions, si peu adapté aux compteurs de la bourse qui diversifient les dividendes, que je ne suis sûr de rien.
Poète, est un mot qui ne s’enferme pas dans une définition, qui ne réside pas dans un fait culturel. Personne ne nous apprend à rire, à regarder, à sentir, à aimer. Certains nous encouragent, ou nous découragent, voudraient faire de nous des soldats ou des littéraires, mais nul ne peut nous imposer d’être ce que nous ne sommes pas. On ne nous apprend pas à vibrer, à parler aux fleurs, aux couleurs ou aux nuages. Les dictionnaires de rimes sont, comme les précis grammaticaux, des outils pour nécessiteux. La règle et l’usage sont deux territoires étrangers. Il n’y a pas de dictionnaire de cœur, de courage, de syllabaire du sentiment, ou de cartographie des rêves. Il n’y a pas de mode d’emploi de la passion. La carte du tendre est enfermée dans le dernier soupir. La Poésie est un mot que les barreaux ne retiennent pas. Si parfois je marche à ses côtés, je reste et resterai ce que je suis, un hippie échevelé sur les routes du rêve. Un vieux rêveur qui cherche son Katmandou et le paradis des éphémères, toujours en quête de la vibration de la lumière, toujours émerveillé par les soleils intérieurs que cachent les yeux d’un chat. Si longtemps que je serai là, je chercherai des poissons qui chantent et des amis en hiver, des rires dégoupillés, des edelweiss en été. Dans les soirs embrumés de la mémoire, je chercherai à revoir Jeux Interdits, agrippé à une tendresse qui saigne. Encore, je chercherai demain dans le lit des rivières, et, si j’en suis enrhumé, soyez sans pitié : riez.
JMS - In : "Derniers délires avant inventaire" - Editions Chemins de Plume - 12 Euros

 

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>