Jamais aucun ciseau

Publié le par Cheval fou (Sananès)

 Jamais aucun ciseau ne déchira le vent

Jusqu’aux frontières de ton rire

Jamais aucune clef ne libéra l’oiseau

Que les barbelés de l’amour retenaient

Chante, chante amour

Je ne veux pas de liberté

 

Je n’irai pas dans le galop des lunes

Je n’irai pas par la broussaille des chemins

J'irai jusqu’à ton nom qui courbe le lilas

Je sais déjà la taille des lendemains

 

Lisière de ton nom

L’ortie des solitudes se déchire

Je t’ai gravée sur l’envers de mes rêves

Je t’ai tatouée sur l’eau claire du réel

 

J’ai un monde à la taille de ton épaule

Le cri de ton cœur a mangé ma mort

La nuit porte ta lumière

Chante chante amour

Je ne veux pas de liberté.

 

JMS - In : "Derniers délires avant inventaire" - Editions Chemins de Plume - 12 Euros

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
je parlais de délire vu que vous aviez publié ce poeme dans la catégorie: "derniers délires avant inventaire"...merci d'avoir transmis le message de Lutin. 
Répondre
I
Magnifique chant d'amour JMS, d'un superbe réalisme.
Répondre
C


Merci Ile d’apprécier ce texte qui effectivement est un chant d'amour


J'ai beaucoup aimé tes derniers textes


jms








A
j'aime bien vos délires, Jean Michel. un bel été
Répondre
C



Bonjour Alice
Ce n’est pas tout à fait un délire, c’est une façon d’être, de voir et de ressentir la vie et le monde.

A quand votre blog ?


Au cas où vous ne l’ayez pas vu ma réponse a votre dernier commentaire transmettait  un message de Lutin.


Merci de votre visite


Amicalement,


jms