Etre fou

Publié le par Cheval fou (Sananès)

J’ai traversé l’espace

d’un rire à un amour

d’un mot d’enfant jusqu’à l’hiver

 

J’ai eu

un cerf volant

un chèvrefeuille

du papier blanc

un crayon rouge

 

J’ai chanté

J’ai traversé la rue

J’étais qui je croyais

Je me regardais passer

Je caressais de grands dragons bleus

Je me parlais fort

 

Être fou

être libre

être plus beau que beau

être plus grand  que grand

savoir que les rêves changent le monde

savoir que la mer est bleue

savoir la distance entre l’être et le devenir

 

Entre hier et aujourd’hui

qu’ai-je oublié

 

Je ne joue plus

je suis sage

je suis pauvre

j’ai oublié

 

Je ne vais plus à moi

Je ne vais plus de moi en émois

je n’ai plus d’été

je sais le chemin entre être et avoir été

je sais la distance entre être libre et  adulte

 

Je suis sage

je suis pauvre

je ne suis plus fou

 

Entre goudron et désespoir les poissons trient la mer

entre moi et moi j’ai perdu le rêve

j’ai traversé la vie

ce soir je tailladerai la raison et ses barreaux

ce soir j’irai me voir

ce soir un oiseau chantera.

JMS - in "De moi à moi" - Editions Chemins de Plume - 12 Euros

Publié dans Textes de JMS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Un passage chez Anaka,M'a mené jusqu'à chez toi.C'est beau,Tous ces mots...
Répondre
A
bonsoir, je vous remercie de votre passage, de votre message... je redécouvre votre univers, j'ai l'envie de vous mettre en lien sur mon blog, êtes-vous d'accord ? amicalement, ana
Répondre
J
Merci de votre visite j’ai aimé votre blogjms
Répondre
A
c'est que, voyez vous, j'aime tellement les fous.
Répondre
A
je suis sous le charme. je decouvre cet endroit grace à ce commentaire laissé chez Anaka..."
J’ai chanté
J’ai traversé la rue
J’étais qui je croyais
Je me regardais passer
Je caressais de grands dragons bleus
Je me parlais fort "
j'aime beaucoup, beaucoup ce passage, ouimes amitiés.
Répondre
G
L'ESCLAVAGE DES ENFANTSQuand se perd un rêveUn autre le remplacePuis un autre et un autreSans cesse la houle promèneLes bateaux d'aventureSur lesquels soufflent en riantDes enfants sans souciAutre que le jeuTels des gnomes verts barbotantSur l'étang des sérieux
Répondre
J
Merci à vous trois de voyage dans ma folie malade de la raison, j’apprécie vos messages comme des bouffées d’eau pure dans mon aquarium, ce matin je suis plus poisson que cheval fou, je surnage dans mes contraintes jms
Répondre
C
Magnifique !Mais tu es  grand, beau, riche et fou...puisque tu écris follement beau !
Répondre
G
J'aime beaucoup ce poëme qui traduit merveilleusement bien nos tiraillements intérieurs mais"ce soir j'irai me voir                                                     ce soir un oiseau chantera"Tous les espoirs donc son t permis
Répondre
M
Superbe. Touchée. Les problèmes entre toi et toi ressemblent tant entre ceux que je rencontre, en moi ...Poéteusement
Répondre