Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le cri du caféier

Publié le par Cheval fou (Sananès)

C'était il longtemps, si long-temps que ni toi ni moi étions là.
Le temps meublait le silence, on n'avait pas encore inventé le cri.
La souris attendait le gruyère et le chat n'habitait pas encore l'Egypte. 
La terre était peuplée de brocolis sauvages et de brontosaures affamés en quête de pâture sous des nuits enlunées.

Paniqué un caféier conscient du danger, partit mettre à l'abri sa progéniture, le plus loin possible, il visita la terre et fit des maisons au bout du monde, en Arabie, en Afrique et en Colombie pensant que ses bébés caféiers - prenez en de la graine- seraient hors danger. 

Hélas, après avoir mangé les brocolis sauvages et les brontosaures affamés, la bête à deux pattes, celle qui marchait debout, debout comme un arbre avec deux bouts de pattes, joua à inventer.
Elle inventa le cri, le crime, le lard, le larcin, le beurre, l'argent du beurre et aussi l'argent qui ne fait pas le bonheur. Mais la bête n'était jamais satisfaite aussi recommença-t-elle à inventer. Elle s'inventa un nom Homme.  Elle inventa le bateau, inventa des rames, inventa des voiles, soumis les femmes, les bateaux à voiles. Puis elle captura un chameau puis deux puis plus, en fit des queues leu leu, en fit des caravanes et fouilla de font en comble et d'est en ouest l'univers contenu dans ses cartes.
Brutal comme le silence quand on tait les oiseaux, la bête se glissa partout comme une rumeur, je dis bien comme "une rumeur" et non comme un "on dit". Ce fut une rumeur qui tourna mal, car en fait, très vite elle devint  un "on fait", mais pas n'importe quel "on fait", ce fut le plus terrible de tous, ce fut un "on fait tout et n'importe quoi".
Cela, était il y a longtemps, mais pas aussi longtemps que quand vivaient les brocolis sauvages et les brontosaures affamés, même, si ni toi, ni moi n'étions pas encore là.
En ce temps là, le  brouhaha  meublait le silence et le silence  ne parlait plus que dans les temps morts. Le cri habitait partout. La lune ne parlait plus aux étoiles. Elle se contentait d'être belle et pâle comme le désespoir d'un enfant serin qui sait que le Père Noël ne lit jamais les lettres qu'il reçoit.
Les montagnes fatiguées de bouger et de cracher le feu, ne voulurent plus marcher et s'assirent là où elles étaient, sous les étoiles, pour regarder la lune pâle, sans rien dire et impassible. Le ciel lourd se reposa, inconscient du danger, pourtant la bête à deux pattes jouait.
Là bas, paniqué un caféier entendait monter le danger.
Aux aubes mourantes arrivaient des armées de bêtes à deux pattes.
A nuits tombantes elles repartaient des sacs entiers de bébés bonne-graine, gentilles et tétanisées au fond des sacs. De cette atroce situation les papa caféiers tirèrent une expression qui formulait au mieux le le désespoir : être au fond du sac.
A l'autre bout du monde la bête qui avait inventé le cri, le crime, le lard, le larcin, le beurre, l'argent du beurre et aussi l'argent qui ne fait pas le bonheur, avait maintenant inventé le café noir, le café au lait, le café au lit, le café croissant, café moka et les marrons glacés. Pour cela, elle grillait les bébés bonne-graine. D'horribles machines à torréfier inventaient l'ère industrielle. Les bateaux à rames, les bateaux sans rame, les bateaux à voiles et ceux qui n'en n'avaient pas périssaient, comme fanent en nostalgie inutile, les rêves de brocolis sauvages et de brontosaures affamés quand le temps est passé et que le sang fragmenté des caféiers se brise en odeurs enivrantes et charnues.
Cela agitait et agaçait terriblement le caféier qui se fit énormément de caféine.
La bête à deux pattes avait été le plus loin possible, au bout du monde, avait trouvé : en Arabie, en Afrique et en Colombie la maison des caféiers.

Depuis les caféiers savent le cosmos n'est pas assez grand pour que quiconque échappe à la bête  qui avait mangé les brocolis sauvages et les brontosaures affamés

Jean-Michel Sananès - in Aube Fantasque autobiographie d'un vieux rêveur - Editions Chemins de Plume - 12 Euros

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

Nathalie Riera

Publié le par Cheval fou

rien à enfouir

mon visage dans mes mains

 

les moments où voir

les manières de voir

 

enserre large

desserre ce qui se défait

 

t’adoucir à ce qui se laisse deviner

 

désirer

 

toucher re toucher

 

où se décante

ce que tu relis

 

dans le sommeil du trait

 

 (21 janvier 2009)

© Nathalie Riera

Publié dans Ils disent

Partager cet article
Repost0

Jean-Marc La Frenière

Publié le par Cheval fou

Les petites phrases qui font que le Poète et l’Homme ne font qu’un :
"Je cherche le passage entre les causes perdues et la beauté des choses."
Jean-Marc La Frenière : Un auteur à lire sans modération

Si je publie souvent des textes de Jean-Marc, si aujourd’hui encore je m’attarde sur ces mots pris au passage dans l’un de ses textes, c’est que dans son écriture je reconnais certains mots clefs de mon existence ; loin de m’agacer ou de regretter qu'il m’ait précédé dans cet ailleurs où le mot trouve le vêtement à sa juste taille, je m’émerveille. Dans cette planète aux fruits amers, il y a des sœurtitudes et des fratitudes qui me rassurent ; la vie est un combat qu’il nous faut porter à la frontière des mots. Le monde n’est pas fermé quand la poésie s’y frotte, quand la réflexion l’élargit. Ailleurs il y a d’autres Jean-Marc, d’autres moi, d’autres nous-mêmes qui vivent. Nos cris ouvrent des sentiers de mots qui pistent des Vérités que nous croyons essentielles ; d’autres ouvriront des routes si grandes qu’elles seront évidences.
JMS

Publié dans Ils disent

Partager cet article
Repost0

Anick Roschi

Publié le par Cheval fou

Printemps des Poètes Berlin

 

Capitale Terre

Voici le temps
Partagé
De nos dernières richesses

  À chaque naissance
Liberté
Une goutte d´eau
Assoiffée de rivière

  À chaque naissance
Egalité
Une goutte de sueur
Epuisée de misère

   Àchaque naissance
Fraternité
Une goutte d´air
 Souillée de déserts

Voici le temps
Exorcisé
De nos raisons planétaires

Le temps
Articulé
D´une capitale
Terre.

Anick Roschi  (Allemagne)

Publié dans Ils disent

Partager cet article
Repost0

CRISTIAN-GEORGES CAMPAGNAC

Publié le par Cheval fou

La mer étamée, comme un océan de quiétude et de candeur avant la tempête, après la furie des éléments. La mer apaisante, amène, qui reflète enfin les ciels que l'on peut toucher et caresser à satiété, tous les deux...

La mer immobile, où le couchant invite l'Orient et promet la réconciliation des jours grimés, salis, meurtris.

 

Une mer d'huile, oublieuse, pour invoquer les semailles d'une  rencontre et la récolte des songes !

Et puis il y a la mer secrète, qui s'enroule autour d'un rêve bleu et meurt solitaire, cachée...elle égrène la noce des gouttes d'eau, l'harmonie des flots voyageurs, au fil de l'écume féconde et lascive des vagues .


Mais dites-moi, quel est le souffleur de verre, qui est le magicien  qui enivre  et délie ces volutes de cristal sous un dais d'azur ou de velours , qui joue avec la beauté et les pensées de ses yeux émeraudes, qui rêve à ciel ouvert l'existence, l'extase palpable de l'instant ?

Une vague s'est élevée, une lame s'est ourlée puis dissoute comme une vague illusion, un vague à l'âme.

 

A chaque fois, je devine en elle le regard mystérieux et doux de la prairie ondoyée qui me convie et me reçoit, je sens peser alentour la vérité intangible de l'orbe fœtale, de l'ellipse, et dans le cercle fluide et ovale, au terme abscons du voyage de l'eau, je loue la renaissance immuable de toute chose !


Au milieu des perles d'eau précieuses, des larmes de la terre, du sanglot et de la joie silencieuse que la mer toute entière dissimule et blottit en son sein natal, je contemple le miracle de la création, je redoute aussi le silence et la puissance aveugle des abysses consternées d'histoires.

 

Mais je vois surtout l'humanité s'abîmer lentement, qui s'éloigne irrémédiablement de notre Mère originelle...

 

Je suis la vague qui ploie, lourde et lasse, comme parvenue au soir de la vie, à naître encore et toujours, qui danse éperdument la lyre sacrée de la mer, pour que coule en moi, inextinguibles, le verbe et l'esprit de l'eau ...

.

CRISTIAN-GEORGES  CAMPAGNAC

sur  http://emmila.canalblog.com

Publié dans Ils disent

Partager cet article
Repost0

Le dernier Chaos

Publié le par Cheval fou (Sananès)

Quand la nuit s’entrouvrit, des corps de rêves déchirés comme les bulles d’un vieux bonheur s’échappèrent du champagne pour aller si haut dans les jardins où l’on rit à chaudes larmes que seul resta le cauchemar.

Je ne mange plus de chocolat, je ne regarde plus le lilas, j’ai fermé mes cahiers de rire, mes cahiers d’écrire, mes cahiers d’espoir. J’écoute à Radio la Vie, une comptine pleine d’entrain : "Marche avec le mangeur d'âme, marche avec le banquier, marche avec l’entrepreneur, écoute le président…". Il est tard pour rêver et la nuit s’entrouvre. Il est tard dans le monde, l’avidité a fait ses lois et la nuit monte. J’entends s’évaporer le corps des rêves. À mes pieds, seul reste le cauchemar posé sur la plainte aiguë du jour. Des  cris d’enfants interrogent l’avenir. La terre gémit d’un curieux bonheur, c’est un bonheur de porte qui grince, un bonheur carnassier, puissant, souriant et repu. Plus rien ne va et cela comble la horde des banquiers, la horde des multinationales, la horde des présidents...

L’opulence du plaisir, l’opulence de la richesse, ricochent sur la patinoire des luxures. La pute et l’or se côtoient et l’une et l’autre en demandent plus encore. Une clique cannibale, affamée de terre, de béton, de devises, d’ivresses et de pouvoir, proclame que c’est l’heure du carnage. Les mangeurs d’âme passent à table. L’auberge s’appelle "La demeure du chaos", on y enterre des amours apocryphes et un ange au sang de grenade ; on y oublie un vent aux odeurs de jasmin.

Face aux mangeurs d'âmes, rien, sinon un ange hypothétique et de pauvres bougres qui vendent leur âme et gémissent leurs pathétiques jérémiades pour du travail, pour le pain et pour le droit d’aller à demain. Au menu, on brade des âmes de travailleurs, de fonctionnaires, de chômeurs, de petits commerçants, de bergers. On damne, on condamne dames et enfants.  Âme après âme, sans ramdam, on mange des âmes noires, des âmes blanches : dix fois dix âmes pour le banquier, dix fois cent âmes pour l’entrepreneur, dix fois mille âmes pour une multinationale, des millions d’âmes pour la bourse. Il faut asservir, manger goulu, tuer des âmes et ne pas laisser traîner de corps et de paroles libres sur la voie publique. Mille malheureux pour un qui damne. Le salarié sauce "subprime" ou la salade crédit à risques, vous connaissez ? Monsieur le président nous fera bien une guerre ? 

Face à eux l’ange hypothétique n’a pas d’armes, il distille la raison, boit d’étranges liqueurs et rit sous son blanc manteau, rit de toutes ses larmes et d’une mémoire de plomb et d’épines.

C’est une heure d’horloge éventrée, il est cinq heures. C’est un temps à pleurer. Sur le fil du rasoir, je me souviens de mon ultime visite au rêve, un vendredi où les danseuses de l’impossible jonglant avec le bonheur, avaient brisé les diagonales de ciel. Une pluie de musiques jamais cartographiées avaient alors froissé d’infernales images et des rires d’enfants soldats.

Ce jour-là à 5 heures au Grand Théâtre, devant une chorégraphie d’hommes écartelés, les mangeurs d'âmes ont bousculé les tabous, expurgé les dictionnaires, banni les mots de l’amour, les mots de la fraternité, les mots du droit au travail, les mots simples, les mots vrais du partage et ceux de l’égalité. Ce jour-là à cinq heures, ils ont chanté l’impératif et les mots du pouvoir, érigeant un ordre soumis à la force et à l’ambition. Ce jour-là à cinq heures, ils ont créé un monde où les âmes n’auraient plus leur place et les ont remplacées par des monuments qu'ils ont appelés Wall Street, Cac 40, Nasdaq, Dow Jones -NYSE, Euronext…

Depuis, l’ange hypothétique est vaincu. La horde des mangeurs d'âmes festoie.

Je reste nu dans les déserts du rire, il est tout juste 5 heures. Je ne mange plus de chocolat.

JMS

*****

- Bourse : Par ordre d'importance le New York Stock Exchange (NYSE) et le Nasdaq, (le NYSE a racheté Euronext qui rassemblait les bourses de Paris, Bruxelles, Amsterdam et Lisbonne). Viennent ensuite Tokyo et Londres.
- Firme multinationale : " firme en mesure d'élaborer une stratégie qui s'appuie sur les différences socio-économiques entre différents  pays.

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

Bizarre

Publié le par Cheval fou (Sananès)

Plus je vieillis moins je me reconnais, plus je me ressemble.

JMS

Publié dans Aphorismes de JMS

Partager cet article
Repost0

Humanisme

Publié le par Cheval fou (Sananès)

(Réponse à commentaire sur "Rouges compagnons")

Rien de bon ne se construira tant que l’humanisme restera une utopie.

Tant que les dogmes de l’intolérance, de l’éradication physique et mentale de l’autre, que ce soit par la djihad ou toutes autres inquisitions radicales ; tant que toutes les philosophies nazillardes ne seront pas dénoncées, condamnées, combattues ; tant que l’impérialisme économique organisera la captation des richesses au profit de quelques-uns ; tant que l’avidité de certains organisera la précarité et la misère du reste de l’humanité,

nous ne serons pas une civilisation.

Nous serons un agglomérat de cultures hétérogènes et antagonistes ouvertes aux délires religieux les plus fous et aux paranoïas souvent justifiées mais extrêmement périlleuses pour l’humanité.

Le 3ème millénaire est condamné à un humanisme actif et intégral, je veux dire un humanisme qui aura des moyens d’action réels pour protéger les peuples et les citoyens du monde là où ils se trouvent, de même que dans chaque nation, quelle que soit sa culture, il aura pour devoir premier d’éduquer à la fraternité, à la laïcité (*) et au partage.

(*)Fraternité et laïcité sont un pléonasme que je me dois de faire, tant pour certains, le machisme et la suprématie religieuse ou ethnique semblent un droit qui s’opposent aux Droits de l’Homme.

JMS

Publié dans Coups de gueule

Partager cet article
Repost0

Robert Loï

Publié le par Cheval fou

  Lumière


Si l'air venait à manquer,  je gonflerais ma cage
j'aspirerais le ciel, même avec une paille
quand bien-même, il manquerait
 je ne fuirais pas, je ne fuirais rien, je ne fuirais plus
en poussant la pierre de mon mythe de Sisyphe
en haut de la montagne
ne remplirais plus ma valise à fantasmes

 
braderais
la pierre au marchand
offrirais
la valise au mendiant


la souffrance...mais c'est quoi la souffrance
un trou noir qui avale les étoiles, mes étoiles. La lumière, ma lumière
un corps sans la chaleur des mots, un peu de peau froide presque glacée
je donnerai mes souffles, coulerai mes larmes
je dirai mes mots, livrerai mon âme

quand l'air n'y sera plus
  je ne fuirai pas, je ne fuirai rien, je ne fuirai plus
j'ouvrirai la terre sans m'y enterrer
pour prendre toute la lumière

 

http:// les-chemins-de-poussiere.over-blog.com/article-11306039-6.html#anchor

publié avec l'autorisation de l'auteur

Publié dans Ils disent

Partager cet article
Repost0

Coup de gueule

Publié le par Cheval fou

Hier un reportage m´a scandalisé. Au Pakistan, un barbu battait longuement une jeune fille avec un énorme nerf de boeuf. Deux de ses collègues la maintenaient au sol, la tenant l´un par les pieds et l´autre plaquant son visage par terre.  
Heureusement un dignitaire religieux s´est indigné : ces punitions corporelles ne doivent pas avoir lieu en public, mais uniquement en intérieur.

Nous voilà rassurés,  le Moyen Âge ne doit pas sortir dans la rue !!!

 

Publié dans Coups de gueule

Partager cet article
Repost0