Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Incroyable ! Directive sur les plantes médicinales traditionnelles

Publié le par Cheval fou

Pétition
à l'attention des députées et députés européens

 

Concerne : Directive sur les plantes médicinales traditionnelles

Madame, Monsieur,

Venant d’apprendre avec stupeur le projet Européen concernant l’interdiction des plantes médicinales, je m’insurge quant à cette violation primaire aux droits humains.

De nombreuses personnes se sont toujours soignées par les plantes et ont constaté leur grande efficacité.

Doit-on devenir des cobayes des lobbys pharmaceutiques sans alternative, sachant que les médicaments qui soignent un problème spécifique peuvent avoir des effets secondaires catastrophiques à d’autres niveaux ?

J’estime qu’on ne peut pas annuler un savoir ancestral de médecine par les plantes pour le seul profit de multinationales pharmaceutiques.

L’heure est très grave et je vous prie de prendre en compte ce cri d’alarme avant que de sérieux problèmes n’émergent.

Il convient d’apporter en urgence des amendements à cette directive afin qu’elle prenne davantage en compte les préparations à base de plantes non-Européennes.

Je vous prie instamment d’exercer les pressions nécessaires au Parlement européen ainsi que sur la Direction générale de la santé et des consommateurs (DG SANCO) afin de présenter de tels amendements.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, mes meilleures salutations.

 

*****

 


Lisez et écoutez le message jusqu'à la fin !!! http://www.defensemedecinenaturelle.eu/
Pendant qu'il en est encore temps; signez vite si vous ne voulez pas
enrichir les richissimes laboratoires et garder encore un peu de liberté !
Merci

Publié dans Coups de gueule

Partager cet article
Repost0

Japon, Libye… l’inertie ou l’urgence de ne rien faire

Publié le par Cheval fou

Les morales indigentes et la non assistance à pays en danger

ou

L’urgence de ne rien faire

 

Messieurs les politiques, devrais-je encore voter, hurler des Marseillaises pétrifiées, alors que la honte me ronge ?

La honte me ronge car rien n’a changé depuis l’abandon des républicains espagnols, depuis la trahison des soldats juifs étrangers offerts aux nazis, depuis le massacre consenti des harkis ; oui, rien ne change. Dans l’Europe des rats, Marine fait son cirque, Mamie règle ses comptes et la tv passe ses pubs. Circulez y’a rien à voir.

 

En Libye, à coup de canons, de chars, et de massacres aériens, un dictateur taille la liberté dans le sang d’un peuple.

Et vous, Messieurs les Chefs d’États, comme toujours vous arpentez le devoir d’attente.

 

En Côte d’Ivoire un autre dictateur organise ses chasses à l’homme.

Et toujours, chers politiques, de ronds de jambes en discours creux, vous perpétuez vos stratégies de l’immobilisme. Votre perpétuelle urgence, c’est l’attente, l’attente que ça passe.

 

Un pays bascule dans l’horreur absolue : tremblement de terre – tsunami - catastrophe nucléaire… des millions d’hommes sont prisonniers d’une zone à risques et toujours cette infâme comptabilité, cette même mesure du justifiant, cette même équation : ce qui ne me touche pas peut attendre.

Trop longtemps, Messieurs les dirigeants, que dans le monde, les ONG sous-traitent votre indifférence.

 

Qui empêchera les peuples de se faire assassiner ?

Qui fera un pont aérien pour sauver une population d’un possible holocauste nucléaire ?

 

Messieurs les gérants de belles idées, vous qui chantez la fraternité et qui, les bras croisés, laissez la mort courir, ne donnez plus de leçons aux marchands de morts.

Rentrez vos discours  comme je rentre mes larmes comme explose ma honte.

Une civilisation qui économise ses moyens quand il faut sauver des peuples, n’est pas plus une démocratie, qu’une république, c’est une puissance d’opérette, un caroussel pour  pantins.

Messieurs les idéologues, la liberté et la dignité valent le prix du sang.

Messieurs les Présidents, qui peut encore croire à l’avenir, quand vous bradez nos utopies.

Rien n’a changé. Les couards gémissent devant la télévision en bouffant leur pâtée audiovisuelle quotidienne.

Rien ne change et nous sommes encore complices.

Je ne dis pas merci.

JMS

 

 

Publié dans Coups de gueule

Partager cet article
Repost0

Je cherche au fond de la mélancolie

Publié le par Cheval fou (Sananès)

C’est jour de fête

Mais à la bataille des pleurs, le soleil s’est lassé

L’âme à reculons, je me cherche au fond des mélancolies

La vie est un espoir érodé et le temps fait mal

La grenaille des jours écule l’avenir

C’est une heure de crépuscule enrayé

Dans un décompte qui court, qui court, qui court

Comme un enfant qui joue

Je me demande, je me demande, je me demande

Est-il trop tard ? Est-il trop tard ? Est-il trop tard ?

Il y a cent millénaires que j’attends d’être là

Mais la route est en pente

Et moi, les doigts agrippés à des ambitions inachevées

Au fond de cahiers d’écoliers qui ne retiennent plus la nuit 

Je glisse, je glisse, je glisse

Et moi comme un moineau dans les griffes de l’épervier

Je m’accroche, je m’accroche, je m’accroche

À l’amour

Et au filet des jours

Je ne rêve plus, je ne rêve plus, je ne rêve plus

Je pars

Partir me fait moins peur que mourir sans avoir tout dit

Mourir ne me fait pas peur, ne me fait plus peur

Mais ce qui m’est à faire est trop vaste pour la somme des jours

Les doigts agrippés à des ambitions inachevables

Je glisse, je glisse, je glisse

Dans les ventres des nuits

Au fond de la mélancolie

Je cherche, me cherche, te cherche

Ai-je tout dit ? T’ai-je tout dit ?

Je me cherche comme un oiseau qui se demande

Est-il trop tard ? Est-il trop tard ? Est-il trop tard ?

C’est une bataille des pleurs

C’est le jour qui passe

L’âme à reculons, au fond de la mélancolie

Je cherche, me cherche, te cherche

Encore, encore, encore, je veux courir

Je veux dépenser mes jours, sans report, sans regret

Je veux sans compter payer mes comptants de bonheur

Je veux caresser, frémir, goûter

Je veux vivre sans épargner mon souffle

 

Et tout dire avant que la nuit ne me cherche

Je ne crains pas l’intense.

JMS

Publié dans Dieu le silence et moi

Partager cet article
Repost0

Printemps de Poètes - 06 La Colle s/Loup

Publié le par Cheval fou

Printemps des Poètes - 06 La Colle s/ Loup
organisé par :

la revue littéraire "La Voix des Autres" et le collectif DANGER POÉSIE

en partenariat avec la Mairie de La Colle s/Loup
Samedi 19 mars 2011 (de 14h à 23h30)

 


Avec : le poète genevois Albert Anor, invité d'honneur, entouré de nombreux poètes et diseurs parmi lesquels : Ile Eniger, Brigitte Broc, Cristina Castello, Patricia Dao, Lise Tsitsirides, Odile Gattini, Françoise Deleuze, Angélique Aveillan, Jean-Michel Sananès, Gilbert Casula, Roger Lecomte, Dom Corrieras, Pierre-Jean Blazy et ses amis de l'association Les Mots d'Azur, Alain Carré, Fabien Tomatis, Patrick Emery, Gilbert Musielak, CE Andersen (Invité d'honneur 2010) et sous réserve, le poète kabyle Kader Rabia

 

À  partir de 14h, des éditeurs : Chemin de Plumes, Tipaza , Oxybias, Les Voleurs de Feu, Glasplatcha, Manoirantes... présenteront leurs auteurs sur la grand'place du village.

Des interventions poétiques et musicales, des lectures et performances donneront le rythme à cette manifestation.

 

À 19h, les participants se réuniront autour d'un plat provençal

(pour y participer s'inscrire au stand de DANGER POESIE ou réserver à voixdesautres@wanadoo.fr)

 

À 20h30: La Colle s/ Loup fêtera follement ce Printemps des Poètes dans la belle salle municipale de "La Paillère": poètes, conteurs, slameurs, chanteurs, musiciens et comédiens allumeront un grand feu de voix et de mots et feront entrer dans leurs danses inspirées l'esprit de la vie et de la poésie. Cette année seront interprétés des extraits de spectacles, de récitals poétiques et de tours de chants. Un grand jeu poétique improvisé réunira le public et tous les acteurs de cette soirée imaginée par André Chenet.

 

Pour cette occasion, La galerie d'Art Le TransArtcafé (Antibes) exposera de grandes compositions sur toiles de Frederic Voilley, un grand artiste visionnaire de notre temps.

Publié dans Informations

Partager cet article
Repost0

Angye Gaona

Publié le par Cheval fou

Angye Gaona, poète colombienne emprisonnée

 

Poètes et Citoyens du Monde, Mobilisez-vous!!! 

La poète et journaliste colombienne Angye Gaona a été incarcérée en janvier dernier. L'État colombien veut la faire taire pour maintenir secret un génocide qu'elle dénonçait. Angye Gaona a été arrêtée pour avoir osé témoigner, en Colombie, son pays dans lequel l'état considère que le fait de penser est un crime. Angye Gaona est une créatrice, une tisseuse de rêves entre les peuples, très engagée socialement et impliquée dans le développement culturel: elle fait partie du comité qui organise le Festival International de Poésie de Medellín.
Elle naquit le 21 mai 1980, à Bucaramanga. Elle a fait des études d'Espagnol et de Littérature à l'Université Industrielle de Santander.


"Toma este pan,                   "Prends ce pain
toma esta vida,                      prends cette vie
toma la Tierra                        prends la Terre
que es tuya."                          qui est à toi"

 

 

 Angye Gaona

Merci d’adresser votre signature de soutien pour la libération de la poète, à :
castello.cristina@gmail.com (Prénom, nom, activité, ville, pays)

Il y a aujourd'hui en Colombie plus de 7500 prisonniers politiques (étudiants, syndicalistes, artistes, enseignants, écologistes, agriculteurs, et d'autres).

[http://www.tlaxcala.es/detail_campagne.asp?lg=fr&ref_campagne=14]

 

Publié dans Coups de gueule

Partager cet article
Repost0

Pablo Neruda

Publié le par Cheval fou

(À mes amis d'Orient et d'ici,

à tous les enfants de l'ombre et à ceux qui habitent la crainte des lendemains,

ce texte de Pablo, toujours aussi actuel et cette espérance toujours aussi nécessaire)

*

Je veux vivre dans un pays où il n'y a pas d'excommuniés.
Je veux vivre dans un monde où les êtres seront seulement humains,

sans autres titres que celui-ci,

sans être obsédés par une règle, par un mot, par une étiquette.
Je veux qu'on puisse entrer dans toutes les églises, dans toutes les imprimeries.
Je veux qu'on n'attende plus jamais personne à la porte d'un hôtel de ville

 pour l'arrêter, pour l'expulser.
Je veux que tous entrent et sortent en souriant de la mairie.
Je ne veux plus que quiconque fuie en gondole,

que quiconque soit poursuivi par des motos.
Je veux que l'immense majorité, la seule majorité : tout le monde,

puisse parler, lire, écouter, s'épanouir.


Pablo Neruda

Publié dans Ils disent

Partager cet article
Repost0

Le mot est un chiffre

Publié le par Cheval fou (Sananès)

Chaque mot est le chiffre d’une réalité. La note d’un clavier d’abstraction. Un cri, une larme, un avoir, une verbalisation, une dénonciation, une prière, un terme de terre et de ciel, une encoche dans le bras du cœur, une micro cicatrice dans l’immense du regard.

Je sais l’intense. Chaque sentence est une nano brisure de conscience, une particule d’âme et de vie qui passe. Le mot est la cendre d’une réflexion, un relief du consommé, l’évacuation d’un intangible. La phrase est une addition d’arrachements de mots, de notes chiffrées, que les reniements raturent, que la bêtise efface, et que les silences  gommeront dans l’amputation des heures.

Mot après mot, pied à pied, j’avance, je chiffre, je compte, je note, je piétine, j’archive, je lance des cailloux à l’oubli. Mot après mot, comme se découd la raison, avant que vienne la nuit, je mets mon âme en ligne.

J’avance et je chiffre. Le solde de tout compte m’effacera comme l’on froisse un papier d’encre perdu dans les veines du destin.

JMS

Publié dans Dieu le silence et moi

Partager cet article
Repost0

Et leurs enfants toujours pareils aux miens

Publié le par Cheval fou (Sananès)

Romanichels.jpg

(1912) 

 

Au profond des cœurs 

il y a la nuit et la peur

des uniformes, des armes

des hommes que la crainte habite

des femmes, des enfants qui tremblent

la danse des chiens et la morsure du froid

de la colère et de l’amour dans l’encre  des chansons

 

Aussi loin qu'ils aillent

il y a le violon et les larmes

et leur âme comme mon âme

et leurs frères comme mes frères

 

Ils ont des yeux perce neige

qui ouvrent le feu jusqu’aux blessures du sang

de vieilles mémoires qui déchirent les siècles

des oreilles béliers qui enfoncent des murs de silence

des douleurs acharnées avec fenêtre sur larmes

des exils confisqués aux passages des frontières

des enfants sans écoles

des hommes sans terres

et des vies en lisière de chagrin

 

 

Ils ont des caravanes partent pour nulle part

et des trains qui ne reviennent jamais

 

Si loin qu’ils aient été

ils ont du sang dans leurs joies

un violon et des larmes

et leurs âmes comme mon âme

 

Si loin qu’ils s’en souviennent

l’internationale des douleurs

chante la vie, la mort, et le sang des mémoires

et toujours un cœur avec fenêtre sur larmes

 

Si loin que je me souvienne

dans la furie de mes rêves

il y a des mots blancs sur le noir des chansons

un blues, un flamenco, un prière

ou un cri que l’on jette aux quatre coins des vents

et toujours l’invisible sortilège des joies

et toujours un Pierrot qui meurt sur des papiers d’écritures

et toujours une fée qui se noie à la  fêtes des larmes

 

Et leurs enfants toujours pareils aux miens.

JMS - "Et leurs enfants pareils aux miens"

Partager cet article
Repost0

Bientôt dix-huit heures, et la nuit monte.

Publié le par Cheval fou (Sananès)

Il joue

S’habille d’une élégance juvénile

Mon chat stagne dans une perpétuelle enfance

 

Un tic tac porte l’inquiétude de l’heure

Chaque jour je forge mes rides

Chaque jour j’apprends à  vieillir

Insouciant mon chat me regarde trahir ma jeunesse

Bientôt dix-huit heures, et la nuit monte.

JMS

Publié dans Dieu le silence et moi

Partager cet article
Repost0

Vivre est toujours un imprévu !

Publié le par Cheval fou (Sananès)

Je n’étais pas ou je n’étais rien
Peut-être habitais-je un temps mort
Quand sans langes et sans un mot
Nu comme un enfant
On me lança dans la vie.

Vivre est toujours un imprévu !

JMS

Publié dans Dieu le silence et moi

Partager cet article
Repost0