Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les fous du stade

Publié le par Cheval fou (Sananes)

Rebond sur l'article d'Ile Eniger (http://insula.over-blog.net/)

Les stades me font peur. On y rencontre un nouveau genre d’humanoïdes post-Neandertalien : les homos–hooligans, eux-mêmes subdivisés en sous espèces de férocipèdes : ceux qui défendent une caverne en grillage, ceux qui face à eux défendent une autre caverne en grillage, chacun voulant dérober un totem rond et entrer dans la caverne de l’autre. Encore plus déconcertante, une autre caste semble détester tout le monde, ce sont les homos-castagneurs. Et, face à tous, une tribu de chromagnos-CRS semble vouloir ne rien leur laisser.

Foi de martien, je n’y comprends ! Où sont donc passés le Pierrot et les troubadours de clair de lune ? Ce siècle n’est pas le mien !

 

JMS 2015

Publié dans JMS - A paraître

Partager cet article
Repost0

Fuite d'eau

Publié le par Cheval fou (Sananes)

Ce ne sont que des Syriens, des zaïdites, des Chrétiens d’Orient, des Kurdes, des Coptes, des Erythréens, un fluide incontinent d’immigrés, diraient certains d’entre nous, mais, pour autant, doit-on tirer la chasse ?
Quand il fait de la dérision, Monsieur Sarkozy devrait le savoir, fuir pour sauver sa vie ne se pose pas en terme d’alternative. Ce n’est rien d’autre que le droit légitime à la vie et la sécurité, inscrite dans la "Déclaration Universelle des Droits de l'Homme" (Article 3 : Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne).
De même, devrait-il savoir que sauver une personne en péril ne relève pas que de la morale mais du devoir. Jouer du sarcasme et des peurs me semble indigne alors même que des discussions internationales ont lieu autour du sort des Syriens et des Chrétiens d’Orient.
Ce que certains comparent à une fuite d’eau, n’est rien d’autre que du sang, de la douleur et de la famine. Fuite, oui fuite il y a, celle de la conscience et de la décence quand on fait d’un drame humain un enjeu de surenchère électorale
Notre société occidentale, après bien des tâtonnements, des crimes et des erreurs, ne vaut que par son appartenance à l’Éthique, à la Morale Républicaine et à un Code Civil qui s’applique à tous sans distinction de religion, d’origine et d’opinions politiques quand celles-ci ne portent atteintes ni à la sécurité ni à la dignité d’autrui.
Les Droits de l’Homme devraient être l’enjeu primordial de notre société.
Condamner l’EI et Boko Haram alors que l’on tourne la tête quand des hommes meurent à nos portes, c’est oublier que la bêtise criminelle des fanatiques n’est en rien différente, dans sa finalité du laisser-faire, de notre indifférence ou de notre lâcheté. Tuer ou laisser mourir se ressemblent.Ce que nous voyons aujourd’hui, c’est l’avènement du monde que prônait hier un Président de la France quand il affirmait "L’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé", ou "La laïcité risque toujours de s’exprimer ou de se changer en fanatisme", et qu’il défendait la primauté de l’enseignement religieux par rapport à l’enseignement laïque.
Le drame planétaire que vivent l’Orient et une partie de l’Afrique résulte du triomphe de la religion sur l’École Publique laïque et sur le droit républicain.
L’autre volet du drame que vivent des millions d’hommes, en ces temps où la richesse mondiale est accaparée par quelques milliers d’individus et de multinationales, est le résultat d’une indifférence systémique à la misère et à l’insécurité des peuples dans le monde, et la conséquence d’un ordre mondial économique qui contrôle et régit les décisions des grandes puissances sans avoir vocation à partager, à être juste, ou à participer au bien-être des peuples. L’organisation et utilisation de la précarité font partie d’un arsenal stratégique où seul compte l’optimisation des profits.
C’est bien parce que la misère humaine se côte en bourse que partout, dans le monde, la précarité génère les migrants et les miséreux qui cognent aux portes.
Qui donc posera le problème de la répartition des richesses entre peuples légitimes détenteurs des ressources de leur sol, et exploitants de ces richesses ?
Qui donc, en recherche d’équité, veillera à ce que tout homme, d’où qu’il soit, bénéficie d’un minimum vital incluant eau potable, nourriture, soins et enseignement lui permettant la gestion de son avenir ?
Qui veillera à ce que les richesses du pétrole, de l’or, des diamants, des terres rares, de l’uranium et des mines, cessent d’être partagées entre exploitants corrupteurs, dirigeants corrompus, et promoteurs de paradis fiscaux ?
Combien d’enfants soldats, d’enfants exploités, de femmes et d’hommes esclaves, devront-ils encore mourir avant que l’on se décide à poser et à résoudre le problème des gouvernances économiques et du développement éthique des pays en difficulté ?
Combien de femmes et d'hommes, chez nous, tendent la main, se prostituent au coin de nos rues ?
Combien de bien-pensants prônent la morale des nantis, et pensent que la répartition est un accroc dans leurs ambitions à posséder plus ?
Qui donc, au nom de la raison, de la morale, de l’éthique, de la justice, et du cœur, créera les structures d’un capitalisme humain et raisonné qui fera que les hommes aimeront naître, grandir, et vivre sans danger, là où ils sont nés ?

 

Publié dans Coups de gueule

Partager cet article
Repost0

Des étincelles au bout des doigts

Publié le par Cheval fou (Sananes)

Petit rebond sur un texte d’Agnès Schnell:

"Des étincelles au bout des doigts", c’est un frisson d’au-delà, ou le feu d’une attente indicible, un silence cabré où le temps se désarrime, l’espace d’un rien ou l’espace d’une rime. C'est un chant, quelque chose d’indistinct qui parle, une pluie en cour intérieure où s’arqueboutent l’encre et le sens, les anges s’y habillent princes et grenouilles. L’in-advenu murmure, frétille, hurle, revêt sa bure de mots, ôte ses chaînes, franchit l’enceinte des dictionnaires, tord le cri et la foudre, épouse le vent et la passion, hurle des bruissements d’absolu. C’est un silence insurgé qui transgresse la raison, court et cherche sa résonance d’âme. C’est l’ombre d’une phrase qui bouscule le temps. C’est un voyage dans un pays où l'on n’est pas soi, où l'on n’est pas autre.

JMS

Publié dans JMS - A paraître

Partager cet article
Repost0

Festival du Livre de Nice : 5, 6, 7 juin 2015

Publié le par Cheval fou (Sananes)

Festival du Livre de Nice : 5, 6, 7 juin 2015

Publié dans Informations

Partager cet article
Repost0

Nimrod Prix Max Jacob

Publié le par Cheval fou (Sananes)

JE SUIS LA DERNIÈRE FIGURE DE L’HOMME
 
Je dirai un jour prochain la haute magie des maisons de terre
Je dirai leur charme naturel
Je dirai leur climat
Je dirai leur douceur de rosée
Je dirai la grande rosace
Et sa fraîcheur termitière
Je dirai la région divine en elles
 
ni poux
ni belles
ni poubelles
ne vicient
l’air
du bon dieu

Car des bondieuseries occupent nos têtes
Mais le paysage n’en a cure
Il n’est même pas païen
Il n’est même pas chrétien
Et pas même musulman
Il est infini à la mesure
De l’amour qui nous consume

Vivre savamment
Mourir avec le sourire
Quelle rime triste
J’éclaterai ma tête contre leurs bons mots
Eux qui m’ont dépouillé de tout espoir
De toute quête
De toute métaphore

La poussière l’océan les étoiles
Ulysse Aladin Niels
Les rivages les côtes l’horizon me sont refusés à jamais
On ne me dira même pas Juif errant
Ni coolie indien ni sale Chinois
Je suis la dernière figure de l’homme
Je suis le trépassé de Lampedusa
Je suis le fusillé de Ceuta et de Melilla
Je suis le naufragé de Gibraltar de Malte de Sicile
Je suis le vendeur à la sauvette de Rome de Venise
De New York et du Trocadéro
 
Je suis la manière noire de Vienne
 
Je
suis
la
der
nière
fig
ure
de
l’hom
me
 

 in  Babel, Babylone, Obsidiane, 2010  (Prix Max Jacob, 2011)

Pour ceux qui ne le connaissent pas, à découvrir

 

Publié dans Ils disent

Partager cet article
Repost0

Je suis fatigué

Publié le par Cheval fou (Sananes)

Je suis fatigué
de ces religions qui gèrent le crime et la mort
quand il leur faudrait enseigner le pardon
la raison et nous apprendre à vivre

Je suis fatigué de ces déments
qui massacrent le patrimoine de l’humanité
quand il leur faudrait planter le blé

Je suis fatigué par tous ces Présidents
spécialisés en gestion de statuquos

Je suis fatigué d’entendre des philosophes
promus Pères la Défaite

Je suis fatigué quand tous ces marchands d’excuses
disent que l’on ne peut plus changer le monde

Je suis fatigué d’écouter tous les émasculés de l’espoir
clamer qu’il nous faut attendre demain

Je fatigué devant les prophètes du capitalisme
jamais rassasiés de se goinfrer
qui demandent toujours plus et plus
et donnent de moins en moins

Je suis fatigué de la résignation
de ceux qui mangent leur restes

Je suis fatigué de ces politiciens du fric
insatisfaits de savoir qu’ailleurs
on saigne mieux le bétail

Je suis fatigué de voir tant de moutons
s’entasser dans les urnes de la peur

Je suis fatigué d’attendre
que le rêve revienne
pendant les rebelles enterrent l’Utopie et l'Amour.

JMS

Publié dans JMS - A paraître

Partager cet article
Repost0

Ça m’est arrivé demain

Publié le par Cheval fou (Sananes)

8 heures 12 minutes. Massimo Fabrianni roule sur l’autoroute.

Devant lui, l’écran de la Mercedum modèle 2034, scintille. Son casque de conduite télépathique, un Bluetooth nouvelle génération posé sur la tête, Massimo la pilote. L’homme est joyeux, l’écran distille des phéromones du bonheur pendant que le pilotage automatique le mène vers les vieilles tours de la Défense.

Le conditionneur de rêves et relaxation lui insuffle de curieuses pensées ; il en est certain, il a eu une excellente journée, il a mangé du loukoum, voyagé dans les yeux de la "bellissima" vedette de l’émission hypno-temporelle "Amoretti dream", arpenté  le doux et parcouru le satin. Il se sent "Homme", tout aussi irrésistible que lorsque dans une autre émission hypno-temporelle, il se retrouve dans la peau du Flying Massimo et qu’il sauve tous les habitants d’un building en feu. La vie s’invente aussi belle que possible.

La voiture réagit à tous ses désirs mais Massimo a envie de passer en mode manuel. Il ne peut s’empêcher de penser qu’une voiture c’est fait pour rouler vite et sport. Le pilote automatique de la Mercedum le brime, et Massimo est d’humeur rebelle. Rien, aucun des  conseils de prudence affichés sur le tableau de bord ne peut le dissuader de le débrancher. Avec un sourire triomphant il enlève son casque. D’une main leste, il enclenche le bouton "conduite manuelle". Sur le volant, les touches d’accélération  et freinage sont activées. La voiture semble survoler la voie en polymère d'oxyde de lithium. Le moteur à propulsion magnétique développe sa pleine puissance, soudain, une touche s’éclaire, DISTANCE BORDURE, DISTANCE BORDURE. Le bouton passager, celui qui gère le rythme cardiaque du pilote clignote, il est au rouge, une voix emplit l’habitat : DANGER, DANGER, mais Massimo est aux anges.

Depuis que Massimo a sa nouvelle tête tout va mieux. Le Mini-Mercedum à roulettes modèle 2040 déambule joyeusement dans les allées de l’hôpital.

Demain Massimo sera entièrement réparé, on lui greffera le corps dont il a toujours rêvé.

JMS

 

Partager cet article
Repost0

Tu es parti, mon père

Publié le par Cheval fou (Sananes)

Tu as posé tes douleurs et…
Tu es parti, mon père

Parti dans l’ombre des nuits et d’un vent
Où l’oubli bâtit l’incognito des morts
Parti en ce non-lieu où le silence enterre ses ombres

Et pourtant, mon père
Si les millions de morts qui ont chanté fleur au fusil
N’habitent plus que la grise odeur du désastre
La voix de Dano reste assise près de moi (5 heures du soir de F Lorca)
Et tant de mots hantent encore la mémoire des hommes

Et pourtant, mon père, tu vis
Parce que tu m’as légué ton cri
Et cette besace à mémoire si lourde à porter

Les tueurs d’humanité le savent bien
Eux qui détruisent la mémoire des pierres et des livres
Eux qui continuent à semer la mort

Rien n’a changé, mon père
Où que j’aille
Les grands mensonges vivent de silences orchestrés
Le chahut squatte la conscience

Où que j’aille
La propagande fait des sourds et des aveugles
Les puissants sont des jongleurs de vérités
Les larmes et le sang n’existent plus que pour ceux qui le versent


Tu le sais bien mon père
Le monde n’est que parce que notre mémoire le dessine
La Vie est à la dimension du regard.
Certaines amours meurent de n'être pas dites
Ni l’étoile ni le ver de terre n’habitent les consciences aveugles

Mon père, tant de drames dans ta besace
Tu savais que vivre c’est aussi habiter ses mémoires

Je n’oublierai ni l’étoile ni le ver de terre
Je sais que nos ombres agrandissent l’univers
Aussi longtemps que je marcherai
Je porterai ton nom, mes morts
Un chat, des joies et des douleurs d’univers


Je te porterai
Aussi loin que vivre.

 

Partager cet article
Repost0

Jean-Marc La Frenière

Publié le par Cheval fou (Sananes)

Jean-Marc La Frenière

Le dernier J.M. La Frenière est arrivé

À commander aux Éditions Trois Pistoles

ou sur le site de l'auteur : http://lafreniere.over-blog.net

Jean-Marc La Frenière
Partager cet article
Repost0

L’insurrection poétique à la Médiathèque à Vence

Publié le par Cheval fou (Sananes)

L’insurrection poétique  à la Médiathèque à Vence

Publié dans Informations

Partager cet article
Repost0