Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Festival du livre de Mouans-Sartoux 2018

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Petit retour d'un salon du livre difficile et fatigant.
Pour tout dire, Mouans-Sartoux s'est muté en village gaulois et les "chariots" n'ont pas pu en franchir l'enceinte, j'en remercie d'autant plus chaleureusement tous ceux qui ont réussi à passer les barrages et m'ont rendu visite et, particulièrement, les amis facebookeurs qui ont acheté mon dernier livre ainsi que les fidèles qui, depuis plus d'une décennie, reviennent me voir d'année en année.
À ceux qui viennent pour l'amitié et ceux qui partagent l'encre et les mots, MERCI.

Et Merci à Michel Seyrat pour son interview 

 

Partager cet article
Repost0

Une raison de vivre

Publié le par la freniere

Cet article est reposté depuis LaFreniere&poesie.

Partager cet article
Repost0

Sucre Amer -1968- Une Révolution en chansons et musiques au Festival du Livre de Mouans-Sartoux

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

 

Partager cet article
Repost0

Salon du Livre de Mouans-Sartoux

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Au plaisir de vous y rencontrer - JMS

Au plaisir de vous y rencontrer - JMS

Publié dans Informations

Partager cet article
Repost0

Matin gris

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Le matin me maltraite
le sort mauvais joue avec mes nerfs
le café gît là
étendu sur la table
le sucre et mes rêves sont mouillés
le réveil n'a pas sonné
l'aube encore une fois est arrivée trop tôt
le soleil brûle mes yeux
Je suis aussi triste qu'un vieux cheval
qui part pour la casse
aussi emprunté qu'un réverbère
qui voudrait visiter le monde
Mais qui a encore besoin de lumière ?
C'est un temps de gris et de nuages
de compromis et d'espoirs usés
Rien ne va
À l'inflation du désir
je perds l'envie d'aller plus loin
Pourtant le temps presse
mes amis se bousculent au portillon de l'ailleurs
la pression monte
comme une odeur de colère sans arme
sans cri et sans violence
Le bruit d'un silence m'invite
à ne pas sortir de mes gonds
à ne pas m'étendre
Je cherche la lumière
implose devant une tablette de chocolat
l'univers me fait mal
un travers d'absence agrafe une douleur
l'avenir ricane
comme une souris dans les griffes d'un chat
à frontière d'âme
je rentre en moi
je parle à mon crayon
et s'il fait grise mine
c'est qu'il joue
la censure de mes velléités
je pose
un carré blanc
sur mes états d'âme
la vie passe
certains matins sont violents.

 

jms

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

Une semaine de cent ans

Publié le par la freniere

Partager cet article
Repost0

Lettre ouverte de Julos Beaucarne

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

À écouter et à lire

Claude Nougaro - Lettre ouverte  de Julos Beaucarne

http://www.youtube.com/watch?v=sghdhJBUe3s

Amis bien aimés,

Ma loulou est partie pour le pays de l'envers du décor. Un homme lui a donné neuf coups de poignards dans sa peau douce. C'est la société qui est malade. Il nous faut la remettre d'aplomb et d'équerre, par l'amour, et l'amitié, et la persuasion.

C'est l'histoire de mon petit amour à moi, arrêté sur le seuil de ses 33 ans. Ne perdons pas courage, ni vous ni moi, je vais continuer ma vie et mes voyages avec ce poids à porter en plus et mes 2 chéris qui lui ressemblent.

Sans vous commander, je vous demande d'aimer plus que jamais ceux qui vous sont proches. Le monde est une triste boutique, les cœurs purs doivent se mettre ensemble pour l'embellir, il faut reboiser l'âme humaine. Je resterai sur le pont, je resterai un jardinier, je cultiverai mes plantes de langage. A travers mes dires, vous retrouverez ma bien-aimée ; il n'est de vrai que l'amitié et l'amour. Je suis maintenant très loin au fond du panier des tristesses. On doit manger chacun, dit-on, un sac de charbon pour aller en paradis. Ah ! Comme j'aimerais qu'il y ait un paradis, comme ce serait doux les retrouvailles.

En attendant, à vous autres, mes amis de l'ici-bas, face à ce qui m'arrive, je prends la liberté, moi qui ne suis qu'un histrion, qu'un batteur de planches, qu'un comédien qui fait du rêve avec du vent, je prends la liberté de vous écrire pour vous dire ce à quoi je pense aujourd'hui : Je pense de toutes mes forces qu'il faut s'aimer à tort et à travers.

Julos - nuit du 2 au 3 février 1975 - Ecrit après l’assassinat de sa femme par leur jardinier. (Texte dit par Claude Nougaro dans son album "Femmes et famines")

Publié dans Ils disent

Partager cet article
Repost0

Victor Jara

Publié le par Cheval fou (Sananès)

056_victor_jara

Écouter Victor Jara :

http://www.youtube.com/watch?v=en8yqVxuT-U&feature=player_embedded

 

À Victor Jara

À Victor Jara
 
Nu pieds
le vieux paysan, dos courbé, travaillait
Déjà la terre était grise
Comme un sang séché

Nus pieds
Comme le sont les travailleurs sans terre
Un enfant regardait
 
Chante, chante paysan
Le sel de tes yeux n’abreuvera pas le champ
Chante, chante
L’été encore voûtera ton dos
Chante, chante paysan
La terre grise déjà t’attend  
 
Dansait, dansait
L’enfant qui ne savait pourquoi
Le soleil brûlait
L’enfant qui ne savait pourquoi
Le maïs mourait
 
Dansait, dansait
Le fils qui demandait :
Père, qui veux-tu que je sois ?
Quand mon temps viendra
Que faudra-t-il que je fasse ?

 
La parole rude, la parole rude
Le vieil homme avait déclaré :
Va plus loin mon fils
Quelle que soit ta taille
Tu porteras la vie sur tes épaules
Quelle que soit ta taille
Ta dimension d’homme tu chercheras

 
La parole rude, la parole rude
Le dos courbé, le dos courbé
Le vieil homme avait déclaré :
Va plus loin mon fils
Ici tout le sel de mes yeux
N’abreuvera pas le champ
Ici la terre est grise comme un sang séché

 
Victor était parti une guitare à la main
Avec des mots
Qui résonnaient dans le matin
Victor était parti avec ses camarades
Et la chanson des jours meilleurs
 
Chante, chante camarade
 
Les doigts coupés, il a chanté
Le sel de ses yeux n’a pas abreuvé le stade
Au Chili, la terre était grise
Comme un sang séché
 
Chante, chante camarade
Tu portais ta vie sur les épaules
Quelle que soit ta taille
Tu avais trouvé ta dimension 
Chante, chante camarade,
Ta dimension tu as trouvée.

JMS - in "Et leurs enfants pareils aux miens"  

     
À Victor Jara
traduit par Cristina Castello

Desnudos pies
el viejo paisano, espalda encorvada, trabajaba
Ya la tierra era gris
Como sangre secada
Desnudos pies
Como los trabajadores sin tierra
Un niño miraba

Canta, canta campesino
La sal de tus ojos no beberá el campo
Canta, canta
El verano aún combará tu espalda
La tierra gris ya te espera

Bailaba, bailaba
El niño que no sabía por qué
El sol quemaba
El niño que no sabía por qué
El maíz moría

Bailaba, bailaba
El hijo que preguntaba:
Padre, ¿qué quieres tú que yo sea?
Cuando mi tiempo vendrá
¿Qué hará falta que haga?

La palabra ruda, la palabra ruda
El viejo hombre había declarado:
Ve más lejos hijo mío
Cualquiera sea tu talla
Llevarás la vida sobre tus hombros
Cualquiera sea tu talla
Tu dimensión de hombre buscarás

La palabra ruda, la palabra ruda
La espalda encorvada, la palabra encorvada
El viejo hombre había declarado
Ve más lejos hijo mío
Aquí toda la sal de mis ojos
No beberá el campo
Aquí la tierra es gris como sangre secada

Canta, canta camarada

Víctor había partido, una guitarra en la mano
Con palabras
Que resonaban en la mañana
Víctor había partido con sus camaradas
Y con la canción de sus días mejores

Canta, canta camarada

Los dedos cortados, él cantó
La sal de sus ojos no bebió el estadio
En Chile, la tierra era gris
Como sangre secada

Canta, canta camarada

Víctor había partido con una guitarra en la mano
Con palabras
Que resonaban en la mañana
Víctor había partido con sus camaradas
Y con la canción de sus días mejores

Canta, canta camarada

Los dedos cortados, cantó
La sal de tus ojos no abrevó el estadio
En Chile la tierra era gris
Como sangre secada

Canta, canta camarada
Llevabas la vida sobre tus hombros
Cualquiera sea tu talla
Habías encontrado tu dimensión
Canta, canta camarada,
Tu dimensión has encontrado.

 

Partager cet article
Repost0

S'en vont (mes amis)

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

À toi qui part où s'en vont mes amis

S'en vont
s'en vont, emportant de nous mille choses
aux transparences concrètes et indicibles.

S'en vont
laissant de nous le mirage d'un temps à jamais orphelin
de maux inutiles et de mots de rien
de quotidiens de rires et de larmes envolés.

S'en vont
nous laissant seuls dans la traversée de l'inattendu voyage
seuls dans l'attente de tout et de rien,
s'en vont
quand, à la table du jour,
le seigneur des leurres dresse l'addition du néant.

S'en vont
comme tu es parti
et comme je pars, mon ami.

Il est des temps
 où tous allons,
où mes amis s'en vont
emportant de nous des morceaux de vie,
tous s'en vont
emportant des morceaux de nous.

Partez,
partez comme je pars mes amis.

Pourtant, plus loin que les heures,
vous êtes là,
pourtant, plus loin que les heures
je resterai là
les doigts agrippés
à ce qui reste de nous,
à tout ce qu'il nous faut encore regarder,
encore et encore aimer,
car le précieux est fragile
aussi fragile que la clairière aux mots perdus
où les étoiles reposent.
Et même s'il ne reste d'elles
que lumière d'astres disparus,
quelque part au centre de moi,
elles sont là,
comme le cri d'un papillon qui défierait l'oubli
pour éclairer l'éternité du noir.

 

jms-lettre à Pascal

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

Ile Eniger

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Vivant

(Pour mon ami P. qui vient de partir pour les étoiles et pour mon amie D. qui souffre)

Les rêves ne sont pas sur-humains, ils ne voyagent parfois qu'à hauteur d'homme. Un vélo tombe, les pieds dans ses rayons, sa chaîne saute ; une route dérape l'indifférence autour ; un pont bancal s'élance sur l'abîme ; une pierre d'achoppement pleure sa pierre d'angle ; des affiches mentent, vendent leurs viandes sur étals ; des promesses se maquillent aux chromes de mensonges. Quelque part un ami s'en va sans bruit. Lassitude lassitude, douleurs. On pourrait croire que les murs sont trop hauts, que l'univers trahit. On pourrait croire que le jour se ferme. Mais les bras de nuit enlacent des étoiles, une piste d'envol imagine un bonheur autre. Ce qui ne finit pas. Ce qui ne vieillit pas. L'hiver toujours porte un printemps. Et le soleil, chaque soir mort, remonte chaque matin, éblouissant. Vivant.

Ile Eniger - Solaire - (à paraître

http://insula.over-blog.net/

 

Publié dans Ils disent

Partager cet article
Repost0