Seul un calice

Publié le par Cheval fou (Sananes)

Seul un calice rempli de larmes

a l’éloquence du discours

quand il parle de la grandeur humaine.

 

Qui donc encore a conscience

de l'opulence indécente

quand des enfants meurent de faim ?

 

Je sais que "beauté" est un mot païen

qui se décline en cris de cœur.

 

Je viens de la lumière intérieure du verbe et des choses.

 Je viens d’une lumière originelle

que la matière cache à l’insignifiance de l’œil humain.

 

Je viens de la lumière matrice

qui articule l’atome pour donner la vie.

Je viens d’un seigneur de sang lointain.

Je viens de mes pères et du chemin.

 

Je sais l’impertinence de la conscience

dans un monde de calcul.

Je sais l’indispensable mutation

et le retour à la lumière.

Je sais que la Beauté est toujours une prière.

JMS

Publié dans Dieu le silence et moi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B

A genou, la beauté nous restitue l’humilité. Cendres éparses, nous flottons


au-dessus du vertige. La faim devrait se partager. Nos ventres n’en seraient


qu’un seul cri.
Répondre
C


Comme toujours, tes mots valent poème. Merci B



J

en communion


paienne avec vous


sur ce texte
Répondre
C


Oui, car les païens aiment sans restriction
Amitiés
jms



C

J'aurais beaucoup à dire sur ce beau texte profond comme un cri, mais je ne le ferai pas là.


Simplement, peut-être, ne pas être dans le jugement d'opposition? Nous en reparlerons.
Répondre