Le mot est un chiffre

Publié le par Cheval fou (Sananès)

Chaque mot est le chiffre d’une réalité. La note d’un clavier d’abstraction. Un cri, une larme, un avoir, une verbalisation, une dénonciation, une prière, un terme de terre et de ciel, une encoche dans le bras du cœur, une micro cicatrice dans l’immense du regard.

Je sais l’intense. Chaque sentence est une nano brisure de conscience, une particule d’âme et de vie qui passe. Le mot est la cendre d’une réflexion, un relief du consommé, l’évacuation d’un intangible. La phrase est une addition d’arrachements de mots, de notes chiffrées, que les reniements raturent, que la bêtise efface, et que les silences  gommeront dans l’amputation des heures.

Mot après mot, pied à pied, j’avance, je chiffre, je compte, je note, je piétine, j’archive, je lance des cailloux à l’oubli. Mot après mot, comme se découd la raison, avant que vienne la nuit, je mets mon âme en ligne.

J’avance et je chiffre. Le solde de tout compte m’effacera comme l’on froisse un papier d’encre perdu dans les veines du destin.

JMS

Publié dans Dieu le silence et moi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L


Tout n'a pas encore été dit sur les mots, comme les tiens, brillants et aériens, le démontrent.



Répondre
C


Oui Loi, comme dit à Elo et à Jeanne, mille excuses, je suis peu chez moi et par voie de conséquence, peu sur mon blog. Merci de ton élogieux
commentaire. J’ai apprécie «Lettre-Miroir» 


Amités,


jms




J


"je lance des cailloux à l'oubli"


oui que l'on sache


que les humains sachent


le prix de la vie vivante


 



Répondre
C


Oui Jeanne, comme dit à Elo, mille excuses pour mes réponses tardives, vous avez raison, il conviendrait que les humains sachent le prix de la vie vivante


Amités,


jms




E


Pourquoi vers l'oubli?


Au contraire!!!


bonne journée



Répondre
C


Bonjour Elo


Mille excuses, je suis peu chez moi et par voie de conséquence, peu sur mon blog.


Pourquoi vers l'oubli?


L’homme, inexorablement, voyage vers l’oubli de sa respiration, l’oubli de sa mémoire, de son corps, il marche vers son effacement. Et à la mesure de mon incompréhension du destin de l’homme, il
y a mon désir d’être un homme au mode présent, je laisse l’au-delà à ce qui croient savoir


Amicalement


jms