L'arbre à rêves

Publié le par Cheval fou (Sananès)

L-arbre-dans-le-ciel-AVEC-2TOILE-ET-CONTRASTE-LIGHT.jpg

© Photo PBS - illustration JMS

Un conte de Jean-Michel Sananès

     Je viens du lointain pays d’un arbre. L’arbre immense abritait des millions de printemps et de feuilles. Chacune était la maison d’une joie, d’un rêve, d’un hibou, d’une famille. Chaque fleur abritait des jours de fête, des rêves de futur, des projets de bonheur. Chaque branche se couvrait de bourgeons aux couleurs vives de l’espoir. Ses branches s’enfonçaient dans le ciel comme l’amour des mères dans les jardins de l’enfance. L'arbre portait des fruits de couleurs et de goûts différents. Immense comme la vie, l’arbre à feuilles émeraude se nourrissait du gazouillis des moineaux, du roucoulement des colombes, des rires d’enfants, et de l’attente des matins nouveaux. Son feuillage bruissait comme le chant des consciences quand les hommes sont en paix. Partout sa sève coulait comme une eau pure irrigant les grands horizons et les prairies du ciel.

         L’arbre grand habitait si près de nous qu’il en était devenu aussi invisible que l’enfance avant que le temps ne l’efface. Trop occupés à nos jeux, à bâtir nos royaumes, nous l’avons négligé, ignoré. Nous l’avons oublié, égaré, perdu dans la grisaille des vieilles mémoires et dans les lointains du temps. Seuls quelques vieux nostalgiques en parlaient encore. Certains d’entre nous l’appelaient l’Arbre de Vie, et d’autres encore l’appelaient l’Arbre à Rêves. En ce pays de l'Arbre, comme à travers les millénaires, les enfants et les fées avaient toujours su que sans rêves et sans espoirs, la vie n’est pas la Vie. Et les poètes savaient que l’on ne peut aller à demain sans ouvrir ses rêves

         Pourtant, le monde avait oublié l’arbre, nul ne l'avait soigné. Le vent de l’habitude s’était installé comme l’indifférence sur un amour oublié. Si bien qu’un jour, comme un enfant abandonné au crépuscule des consciences, un jour, l’arbre renonça à faire printemps. Ses feuilles ne firent plus de rêves, de rires, de joies. Celles à hiboux, à familles comme les fleurs à projets, à bonheur, les bourgeons à futur et les branches à germes d'espoir, tout s’était mis à jaunir. Depuis que les hommes avaient oublié l’arbre à feuilles émeraude, à rêves, à vie, à bonheur pour courir après le temps, depuis qu’ils avaient cessé de le regarder, depuis qu’ils ne prenaient plus le temps d’aimer, depuis qu’ils mangeaient ses fruits sans le soigner, sans le remercier, sans même lui parler, depuis qu'ils se perdaient à compter, depuis qu’ils avaient oublié que ses branches étaient la maison du monde, l’arbre grand était devenu un arbre triste qui appelait l’automne, le tonnerre, les nuages. Son feuillage n’abritait plus de rêves, plus de futur.

         Les hiboux, les familles, les fleurs à projets, celles à bonheur, les maisons du rire, maintenant se cachaient au plus lointain des cœurs, se terraient, apeurés, sous le manteau des guerres. Des épines, une à une, remplaçaient ses feuilles mourantes. La sécheresse partout engloutissait les couleurs de l’espoir. L’arbre à rêves n’était plus. Un arbre à larmes prenait sa place.

         Les fées du rire, des lucioles, des tendresses, les phoques et ours polaires, depuis longtemps, s’alarmaient. Ils savaient que l’indifférence est une petite mort qui, chaque jour un peu plus, blessait l’arbre. Une culture barbare avait conduit les hommes à accumuler à leur seul profit tout ce que l’arbre avait jusque-là prodigué, aux hiboux, aux familles, aux oiseaux, aux fleurs, aux jours de fête, aux rêves de futur, à la diversité, et aux millions de printemps. Les hommes avaient accumulé égoïstement tant et tant de feuilles vert émeraude qu'ils avaient dévasté l’arbre et celui-ci n’en finissait pas de dépérir. La violence, l’apparence, la possession, avaient remplacé l’amour. Les hommes croyaient pouvoir stocker le rêve. Les beaux jours de l’arbre de Vie étaient loin. Les hommes ne savaient plus que le plaisir de partager et de donner était essentiel. L'arbre à rêves allait en mourir. Les fous de justice, plus lucides que les démons de l’intelligence, savaient que le désastre arriverait et jamais ils n’avaient cessé d’affirmer que le rêve est l’oxygène de l’homme. Ils n’avaient jamais cessé de prédire que lorsque les feuilles de l’arbre seraient mortes, l’hiver de l’homme engloutirait la vie, toutes les vies. Et qu’alors viendrait l’heure du désert.

         Mais les hommes ne voulaient rien changer, ils voulaient de plus en plus de petites feuilles vertes. Comme des oiseaux à tête de crocodile, ils mangeaient l’espoir et le futur, se gavaient de chiffres, remplissaient sans cesse les besaces de l’avidité et se paraient d’apparences. Comme de grands rapaces, ils se pavanaient sur les restes de l’Arbre. Ils pillaient, brûlaient les graines du dernier espoir. À coup de haches ils élaguaient le futur.

         Il y a longtemps, je voulais des enfants, du ciel et des chansons sous l’Arbre à Rêves. Il y a longtemps, j’ai habité au pays d’un arbre vert. L’Arbre savait que les enfants sont les graines de l’espoir, l’Arbre savait que les enfants sans rêves n’ont pas de futur. Il y a longtemps j’ai pris mon silence et mes mots pour implorer les fées et les démons, les dieux parjures et les présidents. D’un bouquet de mots simples, je voulais affirmer que chacun de nous peut aimer plus grand que lui. Je voulais clamer que ce qui blesse la terre, le rêve, l’utopie, blesse l’enfance et tue l'Arbre de Vie.

         Encore aujourd'hui, je veux dire : amis, en chacun de nous sommeille une petite graine d’amour à faire germer pour que l’Arbre à Rêves refleurisse.

 Jean-Michel Sananès – 24 décembre 2010

 

Publié dans JMS - A paraître

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A


C'est sous cette histoire qui me touche au plus profond de mes racines que je tiens à vous présenter mes voeux les plus chaleureux et sincères pour 2011. Un conte à lire entre les lignes, entre
les feuilles, entre les branches de cet Arbre  à rêves, de cet Arbre de vie.



Répondre
C


Merci de votre lecture, être compris est la suprême récompense de l’écrivain


Amicalement,


Jms




C


Quand les hommes meurent de froid,


 le soleil ,hélàs , ne pleure pas


Mais Nous ,Peuple de la paix,


Etres du Peuple Caché ,


Dans la forêt sans nom


Nous nous réunissons.


Nous prions et  pleurons


et ouvront notre porte


A ce pauvre hère 


oublié et mis de côté.


Une fée


 



Répondre
C


Merci de votre visite Céliandra


Si la prière n’est pas de mon domaine, votre suggestion me convient : ouvrons les portes du cœur


jms



C


Je t'assures


que tu mérites les commentaires


Ici portés.


Il n'y a pas assez d'humains"


Qui essayent d'aider,


de tendre une  main


0 ceux qui en ont besoin


Certains tentent à leur echelle


de faire bouger cette sociéte...


mais que de travail


il reste à faire


Ce  qui arrivent à ces malheureux,


 peut vous arriver demain


Amitiés d'Une fée qui est heureuse de trouver


 un "Humain"  de plus


qui se soucie de son prochain.


 


 



Répondre
C


Quand les hommes meurent de froid le soleil pleure-t-il ?


Merci à vous Celiandra de votre visite et de vos mots.


Amicalement,


JMS




D


Ce texte bouleverse par sa vérité. Merci pour cette jolie réflexion sur l'amour et la Paix de Noël. Bonnes fêtes de fin d'année à toi JM, tes écrits sont très forts et te ressemblent. A bientôt
et amicalement DA



Répondre
C


Bonjour DA, ma réflexion n’était pas de nature à inspirer la joie en cette période où nous devrions tous être à la joie, mais savoir des précaires dans le froid, et la vie et le futur dilapidés
par quelques insatiables profiteurs, me gâche la fête.


Très bonnes fêtes à vous et à votre famille


jms




I


J'aime dans ce conte deux choses : d'abord la voix d'écriture où l'on reconnaît ta facture sans que tu aies besoin de signer tes textes, ce qui te place parmi les écrivains véritables ! Et
ensuite le fait que ta vie soit en harmonie avec ce que tu écris, un tour de force dans le monde de faussaires dans lequel nous vivons ! Deux aspects qui conjuguent un belle présence sur le
chemin d'être. Joyeux Noël à toi.



Répondre
C



Ile tes commentaires me touchent toujours, mais je ne sais si je mérite pleinement  la générosité de ton regard.


Une bise et bonne fête à toi et aux tiens


jms





J


que fleurisse


et refleurisse l'arbre de nos rêves



Répondre
C


Entre nos mains la scie-égoïsme et le respect réparateur ou une multitude de prédateurs face à une poignée d’utopistes. Mais l’utopie est une graine d’avenir


Amicalement


jms




G


Merci pour ce très beau conte et très joyeux Noël !


 


ël



Répondre
C


Merci de votre visite Gazou, et tous mes vœux pour l’année qui vient.


jms