Ile ENIGER

Publié le par Cheval fou

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                

Le soleil essuie ses doigts sur la terrasse. Traînée où s’ébouriffe une mésange. Le chat du voisin passe la barrière. Une mouette bat l’air. Les voitures font leur train. La ville crisse ses crincrins de violoniste las. Des mots ouvrent leurs bras, ma mémoire les serre. Le plus petit est grand de tous ses univers. Je picore une tartine, traîne mon matin comme une sans appétit. Je voudrais quelque chose

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

 

in : Un violon sur la mer

Éditions Chemins de Plume

Publié dans Ils disent

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article