Ile Eniger

Publié le par Cheval fou

Je suis sans toi. Des morceaux de temps entrent dans mes poignets. La page ne saigne pas, se tait. La page, muette, vide. La mer à l'angle de la fenêtre dit plus. Le jour plus frais qu'hier, mes doigts gourds. Ma toute petite vie d'abeille minuscule les yeux sur l'immense. La tasse de café noir, le sucre ailleurs. Ce sont des choses qui font silence. Des mots prétextes qui vont. Solitude innommée. Noyaux secs dans les blancs du manque. Le temps se brise en petits bouts de verre.

Ile Eniger - Un cahier ordinaire

Publié dans Ils disent

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
<br /> C'est bien de le relire ici<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Ce texte est fort comme un instant de vérité et de poésie<br /> <br /> <br /> Merci de votre visite<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />