Guy Bedos à Mouans-Sartoux

Publié le par Cheval fou

Merci à toi vieux* baroudeur du verbe qui, entre griffes et humour, pousse ton cri. Je sais le poids de la lucidité et la marche des désespoirs où le rêve blanchit. Ceux qui arment leurs stylos et leurs mots forgent l’avenir. Merci à toi gardien d’utopie.

(Le mot vieux* est à comprendre dans ce qu’il porte d’affectueux, c’est à dire : compagnon de conscience. La jeunesse est éternelle pour qui rêve et s’insurge)

Publié dans Informations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article