Et leurs enfants toujours pareils aux miens

Publié le par Cheval fou (Sananès)

Romanichels.jpg

(1912) 

 

Au profond des cœurs 

il y a la nuit et la peur

des uniformes, des armes

des hommes que la crainte habite

des femmes, des enfants qui tremblent

la danse des chiens et la morsure du froid

de la colère et de l’amour dans l’encre  des chansons

 

Aussi loin qu'ils aillent

il y a le violon et les larmes

et leur âme comme mon âme

et leurs frères comme mes frères

 

Ils ont des yeux perce neige

qui ouvrent le feu jusqu’aux blessures du sang

de vieilles mémoires qui déchirent les siècles

des oreilles béliers qui enfoncent des murs de silence

des douleurs acharnées avec fenêtre sur larmes

des exils confisqués aux passages des frontières

des enfants sans écoles

des hommes sans terres

et des vies en lisière de chagrin

 

 

Ils ont des caravanes partent pour nulle part

et des trains qui ne reviennent jamais

 

Si loin qu’ils aient été

ils ont du sang dans leurs joies

un violon et des larmes

et leurs âmes comme mon âme

 

Si loin qu’ils s’en souviennent

l’internationale des douleurs

chante la vie, la mort, et le sang des mémoires

et toujours un cœur avec fenêtre sur larmes

 

Si loin que je me souvienne

dans la furie de mes rêves

il y a des mots blancs sur le noir des chansons

un blues, un flamenco, un prière

ou un cri que l’on jette aux quatre coins des vents

et toujours l’invisible sortilège des joies

et toujours un Pierrot qui meurt sur des papiers d’écritures

et toujours une fée qui se noie à la  fêtes des larmes

 

Et leurs enfants toujours pareils aux miens.

JMS - "Et leurs enfants pareils aux miens"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J


et ne pas oublier que nous sommes pareils


ou que nous pouvons si vite le devenir


amicalement



Répondre
C


Oui, Jeanne je crois que nous convergeons vers un même humanisme. L’humanisme n’est-il pas de se reconnaître en l’autre


Merci de votre visite


Amicalement,


jms




J


Salut Jean-Michel,


 


Tu reviens en grande forme. Je verrais très bien ce texte en chanson.



Répondre
C


Bonjour Jean-Marc, comme dit dans mon mail, en ce moment, je ne fais que passer hâtivement sur mon blog. Merci de ta visite


Amicalement,


jms




L


Trés beau, le voyage des mots en même temps que le voyage de ceux qui ne se posent jamais. "Mots blancs" c'est le titre d'un recueil en cours souhaitant le faire publier, mots vrais sans prendre
le temps de leur donner de la couleur, mots vérité,  mots crus sans chercher à les habiller pour qu'ils ne prennent surtout pas un autre sens involontaire.



Répondre
C


Bonjour Lutin comme dit à khanouff
 des impératifs familiaux me tiennent éloigné de mon blog, d’où ce remerciement tardif. Bravo pour "Mots blancs" j’espère que nous aurons l’occasion de le lire.


Amicalement,


jms




K


Après une absence je reviens vers les sites et les blogs que j'ai toujours aimé visiter. Bonne journée!



Répondre
C


Un merci tardif pour ta visite. Comme tu le sais ton blog est un des lieux où je cherche la beauté des photos et la réflexion. (Des impératifs familiaux me tiennent éloigné de mon blog.)


Amicalement,


jms