De moi à Sherlock

Publié le par Cheval fou (Sananès)

Mille excuses, encore une fois, j’étais parti sans même me laisser un mot. Une urgence : vivre ailleurs dans le cœur d’un roman, d’un conte de fée, d’un polar. Il me fallait suivre une piste et remonter l’intuition. Je suis parti habiter l’urgence, au cœur d’un continent incertain. Je ne choisis pas mon chemin, il m’appelle.

J’ai eu peur, j’ai eu froid, le monde est une machine terrible cernée par les frontières de l’insoupçonnée beauté et de l’effroyable cri de la souffrance.

Sans carte, sans boussole, sans projet, sans rêve, affamé de tristesse et d’espoir, je me suis jeté dans ce départ intérieur.

Capitaine de mes rêves, je suis un homme mineur qui creuse l’intérieur du cri. Sherlock Holmes des crimes de l’intime, je piste le silence, le casse, l’élime en copeaux de mots, le file en ligne sinueuse, en armées de phrases, de points, de virgules, et de fautes. Les pourquoi, les où va-t-on ? Et autres pitreries de la conscience inconsciente, je les enferme, les interne, les cloue sur des pelures de papier.

Est-ce grave docteur Watson ?

Je cherche l’opium des rêves, m’abreuve à l’héroïne des pensées. Je quête, j’enquête, traverse le film des jours, me pends au filin des heures, me perds au dédale des années. Je cherche la conscience, docteur.

L’assassin de l’ombre me guette, me détaille, me vend à la criée des désespoirs, un cheveu par-ci, un rêve par là.

Je me cherche docteur, dans mon incompétence à sauver le monde, à vouloir sauver l’amour et à distribuer le bonheur. Je suis ce que j’ai toujours été un homme d’ailleurs, un exilé. Il y a longtemps que me cherche. Je suis un apatride qui ne se reconnaît nulle part. Je cherche le royaume des frères. J’ai peur. Le cynisme et la haine sont partout.

Je ne sais plus combattre, le monde n’est plus à ma taille.

Je cherche mon pays. Ils ont tué l’enfance.

JMS

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
<br /> <br /> Si terriblement poignant, ce texte, d'une réalité (pour moi) stupéfiante.<br /> <br /> <br /> Est-ce l'opium ?<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Bien sûr !<br /> L’opium des rêves n’anile ni la lucidité, ni la poésie et l’humour (je l’espère)<br /> Amicalement,<br /> jms<br /> <br /> <br /> <br /> <br />
G
<br /> <br /> j'aime beaucoup ce poème, c'est la troisième fois que je viens le relire...il me semble que Christian Bobin a dit qu'il nos fallait toute une vie pour rentrer chez nous<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Oui Gazou, Christian Bobin a dit qu'il nous fallait toute une vie pour rentrer chez nous, je dirais : toute notre vie pour habiter notre âme (je veux dire pour laisser pleine place à une<br /> conscience, libérer des préjugés et tabous que présupposent nos cultures)<br /> <br /> <br /> Amicalement,<br /> <br /> <br /> jms<br /> <br /> <br /> <br /> <br />
J
<br /> <br /> Un texte qui donne un sens à l'écriture.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Merci de ce mot Jean-Marc, venant de toi qui portes tant le sacré et la vie dans tes mots, ton message me touche<br /> <br /> <br /> Amitié,<br /> <br /> <br /> jms<br /> <br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> <br /> Toujours autant de plaisir à lire. Il me semble que le jour où on ne se cherchera plus cela sera la fin.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Bonjour Lutin : se trouver, s’accepter et s’asseoir à califourchon sur le rail de l’autosatisfaction doit ternir l’envie de vivre et le soleil…  entièrement d’accord avec vous<br /> <br /> <br /> Félicitations pour le bébé, je vais créer un lien  http://billieart.canalblog.com/<br /> <br /> <br /> Amicalement,<br /> <br /> <br /> jms<br /> <br /> <br /> <br /> <br />
I
<br /> <br /> Ah mais qu'il est bon ce texte Jms ! Construit, enlevé, conduit de main et de pensée de maître. De la belle écriture !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Bonjour Ile, ce n’est pourtant que de l’écriture instinctive sur un chemin de quête. Tes mots en sont une des récompenses.  <br /> <br /> <br /> jms<br /> <br /> <br /> <br /> <br />