Colloque sur les Droits des Peuples dits minoritaires aux "Abattoirs de Toulouse"

Publié le par Cheval fou (Sananès)

 Chers notables,

À propos du colloque sur les Droits des Peuples dits minoritaires que vous organisez aux "Abattoirs de Toulouse", excusez-moi je n’irai pas, bien qu’à moi seul je sois une ethnie étrangère au monde, bien que je sois l’unique responsable et représentant de ma langue ; excusez-moi, je n’irai pas à Toulouse, je n’ai pas été invité !

Faut dire : à quoi bon parler !

Je ne me comprends pas toujours… et les autres donc !

Les autres m’ignorent ou se foutent de moi. Il en est même qui préféreraient mes silences ! Du haut de leurs verbiages et leurs langues de bois, ils me font la guerre et klaxonnent ou causent, et capturent les mots pour en faire du bruit. Derrière la barricade de mes charades, de mes sarcasmes, de mes poèmes tirés à boulets rouges, j’exhorte le silence à taire la clameur. Je suis l’intrus extérieur que l’on parque seul au banc de la société du tohu-bohu. Je ne veux plus qu’ils mettent le silence aux arrêts et le mot sous censure, et les langues… !

Les langues survivantes doivent armer leur syntaxe car, eux,  préfèrent les langues mortes, sans exigences, sans peuple, sur des territoires apatrides et à prendre pour y jeter leurs onomatopées, leurs lexiques commerciaux, leurs friches linguistiques, leurs montres digitales, leurs barbelés et leur économie. Il leur est nécessaire d’apprendre à ne pas comprendre les gens pour être aptes à les mépriser et les rendre inexistants.

La grammaire dehors, disent-ils ! Car la grammaire c’est l’histoire des peuples !

Le mot est une arme insoupçonnable. Il leur faut tuer le mot, pour avoir des hommes sans voix et des peuples sans âmes, sans couleurs, sans idées, sans revendications. Ils arment de leurs censures, de leurs chahuts et de leurs bêtisiers, les télévisions, les radios. Ils ferment, privatisent les écoles, les usines à réflexion, et vive le ballon rond, le ballon de rouge ; les agitateurs au ballon ! Ils veulent des républiques et des peuples de veaux, la poésie à la poubelle et le reste au musée des cultures incalculables !

Mais on s’habitue à tout. À l’école déjà, je fréquentais la dyslexie et le banc du fond. Encore maintenant, j’écris dans le silence. Pourtant les mots de ma langue crient et s’insurgent.

… Mais que le temps passe vite, des Arts déco de la rue Tonduti, bien loin de l’Escarène, à maintenant. Pourtant, dans mes silences verbeux, je me parle parfois avec le désuet accent de la sincérité ou l'accent grave, d’autrefois, dans le patois de ma mélancolie, ou dans mon dialecte identitaire essentiel, celui de la folie. Mais au matin, quand ma tête s’agite, quand le jargon des mes insomnies fait du blanc dans ma nuit, j’apprends les langues absentes ; je veux devenir Jivaro et lancer à la volée des flèches puisées dans mes gibecières de mots, tirer des balles venues de mes cartouchières à jurons, plomber la bannière étoilée, lui retourner son rap et ses buzz. Je veux parler à Rimbaud dans une langue ancienne que la connerie censure, et si NTM a de la peine, ça fera rire les étoiles... Et Dieu s’en fout.

JMS

Publié dans Coups de gueule

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
<br /> <br /> heureusement que dieu s'en fou<br /> <br /> <br /> imaginez quel genre d'ordre il mettrait<br /> <br /> <br /> beaucoup d'hommes s'en foutent aussi d'ailleurs !! et c'est aussi peut être tant mieux<br /> <br /> <br /> l'histoire nous a donné quelques morceaux d'ordre<br /> <br /> <br /> alors je ne sais pas<br /> <br /> <br /> on balaye juste devant sa porte et si nous sommes plusieurs ?<br /> <br /> <br /> je ne sais pas ....<br /> <br /> <br /> rebelle journée<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> re-belle journée, balayons jusqu’aux poussières grises des mots vaniteux.<br /> <br /> <br /> Et oui Jeanne,  vive le désordre poétiques<br /> <br /> <br /> Amicalement,<br /> <br /> <br /> jms<br /> <br /> <br /> <br /> <br />
E
<br /> <br /> Quelle sortie Jean-Michel!...Permettez, je vous l'emprunte pour Emmila...Merci!<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Merci et flatté, vos blogs sont des références.<br /> <br /> <br /> Amicalement,<br /> <br /> <br /> jms<br /> <br /> <br /> <br /> <br />