B. LA COLLINE AUX CIGALES

Publié le par Cheval fou (Sananes)

Affreux, je ne t’écris plus.

Chacun côtoie la pluie

Cette mer démantelée

Et sans escorte

Chacun connaît la glace

Enroulée sur le sable

Mais, rien ne parle de tes lèvres

Comme cette plaie ouverte

D’où jaillissent les spasmes de l’éclair.

 

                          Doigts pesant la vieillesse,

                          Il est dit l’heure sans plume

                          Où chaque silence est un aveu

                          Où chaque parodie est un luxe

                          Au-dessus de la misère

                          D’une lune affamée.

 

                                              J’ai l’âme dans le cœur

                                              Un ciré d’ombres et de chiffres

                                              Pour compter les assauts

                                              De la mort sur ma nuque nue

                                              Une lame inconnue plantée

                                              Dans l’écorce du jour.

 

                          Mon corps raconte son histoire

                          A la nuit qui l’écoute à peine

                          Demain, la rombière grimacera

                          Sur la girouette qui s’ennuie

                          Seule, sur l’échafaud du temps.

                          Il pleut et pourtant le ciel est clair

 

Toujours partir, jamais rester

Aimer, chérir,

Et puis au diable Vauvert

Ta main est une rose pour le sable

Je l’ai gobée toute entière

J’ai le rot joli sur le bout des doigts.

 

http://lacollineauxciga.canalblog.com

Publié dans Ils disent

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

Très beau poème.


"Chacun cotoie la pluie (...)


Chacun connaît la glace. J'aime particulièrement.


Merci de nous donner à lire cela.


Christiane
Répondre