André Chenet

Publié le par Cheval fou

La parole des rêves

 

Je parle d'une silhouette

entre minuit et l'aube

 

Je parle d'un sein nu

que je n'ai jamais vu

 

Je parle de l'enfance

et de ses chemins déployés

 

Je parle d'un orage

où s'enfle la révolte

 

Je parle d'un amour

qui ne veut pas mourir

 

Je parle d'une fenêtre

et de la fée dans la dentelle des rideaux

 

Je parle d'une coupe de cristal

brisée en mille morceaux

 

Je parle des ailes du silence

et de la chute d'un empire

 

Je parle d'un oiseau

dont le nom m'est inconnu

 

Je parle dans une langue

qui n'existera jamais

 

Je parle de l'eldorado

que j'ai découvert en dormant

 

Je parle d'un devenir

qui a eu lieu hier

 

Je parle d'une fleur rouge

qui s'ouvre dans la cendre

 

Je parle avec des hommes

qui écrivent sur la neige

 

Je parle d'une mémoire

criblée d'étoiles filantes.

                              

                            

Publié dans Ils disent

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> <br /> "Je parle d'un devenir<br /> <br /> <br /> qui a eu lieu hier"<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Magnifique!<br /> <br /> <br /> bises à toi Jms et à André<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Oui Colette, un beau texte d’André<br /> <br /> <br /> Cousinement,<br /> <br /> <br /> Jms<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> <br /> Trés beau. Les rêves sont peut-être là pour nous faire faire l'impossible<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Merci lutin, je partage votre opinion, le rêve est la clef première du devenir.<br /> <br /> <br /> Amicalement<br /> <br /> <br /> Jms<br /> <br /> <br /> <br />