La colombe

Publié le par Cheval fou (Sananès)

Si je cherche encore le rire

aux yeux des bébés

et la joie

aux jeux des adolescents

et le rêve

aux creux des matins

et la paix

à l'aurore des devenirs

et l'amour

aux yeux des visages

 

je ne suis pas d'un autre âge,

 

Si je ne suis plus qu'un oiseau blessé

au loin des chemins de certitude

ne sachant se taire

dans des déserts de solitude

 

ne coupez pas mes ailes,

Et même si je ne bois pas à vos idées

Et même si ma route solitaire

va vers des millions de nulle part

aux crépuscules blafards

 

même si l'on m'appelle colombe,

 

Chiens gardiens d'idées

ne brisez pas mes ailes,

 

rendez l'amour

aux amitiés disloquées,

 

ouvrez la cage aux principes

libérez la tolérance,

 

Et comme dans le premier matin du monde

je renaîtrai de l'espérance.

 

JMS - in "Cheval fou" - Editions Chemins de Plume - 12€

Publié dans Textes de JMS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Merci à vous trois, il est toujours réconfortant de savoir que l’écriture peut réunir autour d’idées et de savoir que, même si nos routes sont vouées à l’errance éternelle vers des "millions de nulle part", l’on a en partage ce territoire commun, celui de la Libérté la Tolérance.<br /> jms
Répondre
G
Coucou !! oui tu peux prendre l\\\'un de mes textes si tu veux. Viens me préciser lequel, c\\\'est tout !
Répondre
G
"ne coupez pas mes ailes ...même si je ne bois pas à vos idées"cela me plaît bien,tout le poême d\\\'ailleurs....C\\\'est un bel hymne à la tolérance
Répondre
G
Un texte très très beau dis-donc ! j'aime les "millions de nulle part", ça me va si bien ! Ghislain.
Répondre
A
Libérer la tolérance... Superbe idée. Comme j'aimerai que cela puisse exister ! Moi, la liberté, je la trouve dans les mots, faute de mieuxPoéteusement
Répondre