Jean-Marc La Frenière

Publié le par Jean-Michel Sananès

Il fait un temps de balles perdues,
de ballons morts, d’enfants punis.

J’ai des trous noirs dans mes mots,
des accrocs sur le cœur où saigne la tendresse,
des cicatrices sur la page,
les yeux brûlés par les images,
les tatouages du destin sur mes biceps endoloris.

Il fait un temps de balles perdues,
de brins d’herbe brûlés,
de marguerites mal effeuillées.
J’ai des trous dans mes bas où se perd la vie,
des blessures dans la voix,
des cordes de pendu au manche des guitares.
Le museau du soleil ne lèche plus mes vitres.
Une maison de papier ne protège de rien.
Je ne suis qu’un enfant et j’ai peur la nuit
quand passent les avions.

Publié dans Ils disent

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Tellement forte toujours son écriture, ça fait mal de trop de beauté et dans ce texte-là de trop de révolte (tellement partagée )Bises aux deux J M
Répondre
A
je passe te souhaiter une bonne soiree face a un txte ou l on ce perdrai facilement pour mieux s y retrouver bisous
Répondre
M
Ah, les trous noirs dans les mots ...Ce poème fait résonner (raisonner aussi un peu) des choses en moi.Poéteusement
Répondre