Jean-Marc Lafrenière

Publié le par Jean-Michel Sananès

J'ai peur de l'opulence
Et des Baron Samedi
Qui rythment la cadence.
J'ai peur des limousines,
Des skidoos, des Concorde,
Des fleurs en plastique
Et des produits chimiques.
L'homme de nulle part pleure
La mémoire des singes.
Sans vie sans repère sans âme
D'un bout du monde à l'autre
Il cherche ses racines.

J'ai peur des héros,
Des vendeurs d'héroïne.
J'ai peur des certitudes,
Des miracles du temps,
Des succès, des mirages
Et du miroir aux alouettes.
Chaque phrase que j'écris
Est celle d'un enfant.
Chaque mot est un cri
Emprunté aux chevreuils,
Aux fourmis, aux étoiles.

J'ai peur des affiches
Et des fiches d'emploi.
Je n'ai pas peur des pauvres
Mais de ceux qui s'en fiche.
J'ai peur des diamants
Qu'on arrache à l'Afrique,
Du sang qu'on dilapide
Pour un collier de perle,
Du sable d'Alberta
Dont on fait du pétrole
Je n'ai pas peur de la vie
Mais du plat qu'on en fait.


Jean-Marc La Frenière

Publié dans Ils disent

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Un texte comme j'aime, fort par ce qu'il dit; et une beauté indocile qui s'impose comme le cri d'une vierge qu'on assassine dans une nuit  paisible
Répondre