L'âme nue

Publié le par Cheval fou (Sananès)

L'âme nue
entre incompréhension et indifférence
je vais sans dictionnaire dans le tohu-bohu des dialogues improbables
 
Chaque homme parle la langue de son ego
je vais
des peaux de rêves peuplent des lambeaux de mémoire
rêves noirs sur mémoire blanche
 
J'habite un pays où je me suis perdu. La nuit peuple mes jours
l'égoïne musicale joue des rêves incertains
je vais
il faudra bien un jour que la mer s'éteigne et que la clameur se calme
j'ai arraché le vent à mon ventre affamé
aucune certitude ne me nourrit plus
j'avance vers l'hiver rebelle

seras tu là quand je mangerai mes larmes
 
je suis nu et je t'aime dans ce tohu-bohu des dialogues improbables
où chaque homme parle la langue  de son ventre neuronique déjà gavé de pas
sé.

JMS - Extrait de "La diagonale du silence" - Editions Chemins de Plume

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
PAS ENCOREChaque homme est un profond muetLes paroles sont sans secretLes culs-de-jatte croient qu'ils courentLe rêve est dans l'arrière-courL'hiver n'est que de soumissionA la neige sans illusionsLa cavalcade des mustangsN'est qu'une croisière qui tangueUn opéra baroque et fouA l'odeur-transe du mildiouLe nu resplendit immobileAu milieu des guerres futiles
Répondre