Le chemin de Tétouan

Publié le par Cheval fou (Sananès)

 "Mange" disait Grand-mère… Mais il y a si longtemps déjà… Grand-mère venait d’antiques hivers et de mémoires berbères. Un reste de Tétouan lui rappelait des moments heureux de sa famille et des moments de noires frayeurs. Un sultan avait coupé les oreilles de ses ancêtres pour les reconnaître, il les avait chassés du mellah, avait violé, volé du sang, avait volé leurs biens, les avait exposés nus dans la ville…

Un brin de mémoire au travers du ciel, je traverse la marge.

Un cri éculé comme un silence brode la frange laiteuse d’un café posé en bord de table. J’ai bu une dose de printemps et deux doses d’hiver, j’avance dans l’odeur d’un matin sans brioche. À une croisée de l’automne, j’apprivoise, caresse une odeur de vieilles âmes : une de celles qui habitent les arbres, les pierres et les vents anciens.

L’Histoire balaie les scories du temps, la vie se raconte comme la poussière, s’écrit… Mais que reste-t-il de nos tempêtes, de nos hivers ?

Une main aveugle cherche au fond du sac, sème en route les pierres du destin.

"Pars petit homme", avait dit l’ancêtre, le ciel enveloppe l’horizon, les heures ploient sous le futur, l’automne repeint les feuilles, là-bas arrive une république, nous n’avions que nos âmes et la lourdeur des mémoires…. Oran habitait le lointain.

Du ciel à la terre, j’ai pris mon rêve, mon souffle, je cours, mais déjà mon chat s’est arrêté, c’était l’hiver des fourrures et des bouches édentées. À piste mémoire rien ne meurt, le papier en dit plus que je ne sais.

Tu ne m’as pas abandonné mon chat, je peuple un tropique de quiétude, de cris, de larmes et de rires, j’arpente la vie de l’amour à la révolte, je vois plus loin que l’alphabet.

Le vent ne meurt pas, ils se repose, reprend son souffle et cherche éternellement le chemin du sens...  Il grince, s’étire, soupire.

Où vont la vie, le ciel, les nuages et mes amours ?

Je suis vieux comme un rire assoupi, usé comme un sirocco endormi, j'attends. L'attente est une espièglerie, elle sait que l'éternité est une mort qui s'attend, un éveil en sursis. Je traque un rire d’éléphant, un sourire de fleur, un vieux soupir, un coup de griffe. Je ne crois plus ni au conte du vieux renard, ni aux au-delà qui chantent. Je suis nu dans mon âme comme arbre qui dort. Le vent réveille toujours des frissons de vieux rêves. Je secoue les pierres, bouscule la Question, j'écoute les murs s'effondrer, j’effile les heures, je suis un compte minutes qui s'épuise. J'écoute l’attente enrayer l'avenir, j'écoute mon coeur et la couleur des yeux.

Tu es noire, tu es sur la table, tu me souffles des mots indicibles, tu miaules, tu griffes, je rêve et tu es là à déchiffrer l’attente. Un grain de poil agriffé au temps qui court… Nous restons.

JMS - In : "Derniers délires avant inventaire" - Editions Chemins de Plume - 12 Euros

Publié dans Mémoires d'Orient

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
<br /> donc "C'était étrange, le ciel se reposait....." n'est pas "Le chemin de Tetouan"<br /> <br /> <br /> que je viens de lire et où la mémoire s'incarne dans les poils du chat.<br /> <br /> <br /> Mais JM, Tatvan, Tetouan, c'est au Maroc ? Donc merci pour cette belle<br /> <br /> <br /> évocation.<br />
Répondre
C
J'aime venir lire votre blogCe texte sur la solitude est bien émouvant et sonne vrai
Répondre
C
<br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Nous avons tous dans la tête des valises d'autres temps que la solitude ouvre à des moments inattendus<br /> <br /> <br /> Merci de votre visite<br /> <br /> <br /> jms<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
J
"traverser la marge"comme ça me parleparfois je me sens tellement une "vieille âme"
Répondre
C
<br /> <br /> Peut-être sommes ceux qui ont traversé la marge et qui regardent la vérité d’en face, l’usure des âmes fait peut-être la sagesse<br /> jms<br /> <br /> <br /> <br />
A
merci Jean Michel pour vos mots ici que je viens lire souvent et ceux laissés sur mon blog que je viens de lire à l'instant. tous me touchent. amitié.
Répondre
C
<br /> Merci Alice de votre passage<br /> <br /> Amitié<br /> jms<br /> <br /> <br /> <br />
D
J'aime l'accent de ces motsPeux-t-on (et si oui, comment) se procurer ces "Vingt siècles de solitudes" ? Toute une Eternité ! Oui, la Vie c'est le chemin.. L'Eternité est Ici...Merci !
Répondre
C
<br /> <br /> L’éternité visible, invisible, tout un chemin de mémoire, Merci de votre commentaire<br /> <br /> <br /> "Vingt siècles de solitude" n’est pas encore achevé<br /> <br /> <br /> Amicalement<br /> <br /> <br /> jms<br /> <br /> <br /> <br />