Tu as bu tout le champagne

Publié le par Cheval fou (Sananès)

  J’ai un doigt ici et la tête ailleurs

Des rêves de printemps et le cœur en Auvergne

Je bouillonne comme un volcan

Je ne suis pas dans mon assiette

J’ai vu passer le train

                                                                           

Tu t’es roulée dans la couleur

Tu as bu tout le champagne

 

J’avais mis les petits plats dans les grands

Je n’étais pas dans mon assiette

J’ai laissé passer le coche

Tu es montée sur tes grands chevaux

Tu as pris le train

 

Et moi je crie je pleure je rêve

Et moi j’écris je meurs je crève

 

J’ai marché si haut que je n’ai pas vu le rail

De nos amours et du bain je ne garderai que l’eau

Un éclat de rire t’a emportée

 

Il y a du silence dans mon café

Du cauchemar dans la chantilly

Tu m’as roulé dans la farine

Il y a du sel sur mes tartines

 

Depuis j’habite sur la colline

Depuis, chaque soir

Un train t’efface dans des poussières de rêve

 

Chaque soir l’araignée de l’espoir

Tricote ses larmes, trame une toile où se perd ton nom

Chaque soir je rabroue les étoiles

Le monde est si vaste que j’en perds la raison

 

Toi tu pars, tu roules vers ton bonheur

Et moi je crie je pleure je rêve

Je cloue les heures

Je suis dans de sales draps mais toi tu dors ailleurs

 

 

Chaque soir le monde t’éloigne

J’en serais bien parti les pieds devant

Mais je préfère rester debout

 

Tu t’es roulée dans la couleur

Tu as bu tout le champagne

Chaque soir, j’écris ton rire avec des larmes

 

Comme l’absence le monde est immense

Je  vis comme un éléphant dans une coquille d'huître

J’ai du rêve dans ma salière

 

Toi tu pars, tu roules vers ton bonheur

Et moi j’écris je meurs je crève

Je m’énerve je crie je pleure

Je me meurtris je trie j’écris

Je fais le ménage dans ma tête

 

Un stylo m’ouvre la vie.

JMS - In : "Derniers délires avant inventaire" - Editions Chemins de Plume - 12 Euros

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Alice je vous cherche et je pense que par ce biais Michel Sananès ne m'en voudra pas. Votre blog est plein de vie, ne laissez pas les mauvaises vagues vous engloutir.Merci à Cheval fou d'accepter ce commentaire et Champagne pour votre écriture ! .
Répondre
A
mon blog est fermé Jean Michel, quelqu'un m'a fait comprendre à plusieurs reprises que mes photos ne valaient rien et hier je l'ai cru... alors j'ai tout supprimé.je continue de venir vous lire néanmoins. amitié.
Répondre
C


Je regrette que vous ayez fermé votre blog. Je confirme ce que je pense, la plupart de vos photos ont quelque chose de rare, par exemple vos perspectives sous le ponton, de même les anciennes
(les alignements, les parallèles, les ports, les rochers,  les oiseaux…)  cela, que j’ai pris le temps de les commenter ou non. Les photos à travers un hublot un peu sale
peuvent dérouter, mais l’ensemble est excellent. Un conseil : croyez plus à vos ressentis qu’à ceux des autres, chacun a le droit d’avoir ses propres exigences, craignez et fuyez ceux qui se
croient obligés de casser les autres pour se sentir supérieurs, c’est souvent le signe de la médiocrité et de la jalousie. Je vous encourage à rouvrir votre blog et à y remettre toutes vos photos
pour que nous ayons à nouveau le plaisir de les contempler.








C
et ton stylo nous ouvre le rêve !
Répondre
C


Colette, merci de ta visite, pour sûr que ton blog ouvre aussi les portes du rêve.


jms








A
... et moi je vous lis, admirative et reconnaissante: la poésie existe encore, oui! merci monsieur Sananès.
Répondre
C


J’apprécie toujours votre blog. mais aujourd'hui  je n'arrive pas à l'ouvrir Merci de votre visite


Amicalement


jms