Le Silence

Publié le par Cheval fou (Sananès)

Au fond des silences
sont d'étranges vérités

Vérités nappées de glace
comme les grands espaces

Habits du temps qui passe
morceaux de temps
figé pour dix éternités
 
LE SILENCE
cette autre face du cri
cette étrange parole venue
de l'autre coté du mot
 
LE SILENCE
ce mot mort assassiné
dans un sommeil
au coin d'un soleil
cette mauvaise conscience
du non-dit
cette parole perdue
ce mot trop fatigué pour vivre
cet absolu infini
qui enveloppe les solitudes
cette effroyable certitude
ce grand livre
qu'il aurait fallu écrire
 
Laissez passer les silences
ces témoins muets
du temps qui passe
des mots qu'il aurait fallu dire.

JMS - in "Cheval fou" - Editions Chemins de Plume

 

Publié dans Cheval fou

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L

La poésie est à la fois le silence et la parole : justement parce qu'elle ne désigne rien mais qu'elle existe par elle-même et qu'on ne peut la juger autrement que par ce qu'elle est déjà. Et puis,
la poésie, c'est  montrer de la présence, donc entourer l'absence et le silence.
Il me semble que tous les mots sont des "faces" du silence.
Merci pour le passage par chez moi qui m'a valu la découverte de votre très charmante et belle poésie. Au plaisir


Répondre
C


Entièrement d’accord avec vous, la poésie est un cri du silence.


Amicalement


JMS








B
J'espérais trouver dans ce silence un peu de ce que j'ai fini par y déceler moi-même... C'est pas seulement ça, je crois, le silence n'est pas silence, pas toujours. Le silence est mot de noblesse, paroles que la voix polluerait, trahirait... C'est autour du silence que se murmurent les amours les plus forts, les plus inaltérables... J'ai été à bonne école, mais j'ai mis un bout de temps à savoir y entendre... De fait, je pense moi que c'est pas ce qu'il aurait fallu dire, mais ce qu'il y avait à y entendre... Ce serait un peu long à expliquer... Bien le bonjour !
Répondre
C

Il y a des larmes et des soupirs dans le silence. Ceux que l´on ne lit pas sont des silences abandonnés, on ne pas peut
écrire si l´on n´est pas à leur écoute. Je suis heureux que vous sachiez les entendre.
La poésie n´est-elle pas là pour ouvrir les silences ?
Sans cette écoute, la poésie fait du joli ou de l´utilitaire. C´est dans la racine du cri que l´on trouve le verbe. Ne pas le dire c´est le laisser mourir, ne pas l´ouvrir c´est l'assassiner.
Cependant je ne suis pas un intégriste de la lecture du silence, vous pouvez l´ouvrir, le laisser courir ou l´écouter, ça ne me pose pas de problème.
Je vous remercie de votre passage
Jms







C
oui, laissons-les passer !
Répondre
C

Reviens Colette, j´ai des silences à revendre, je parle comme parle les chats avec mes yeux plus haut que la moustache.









L
DES MOTS qu'il aurait fallu diredans le silence soufflésles yeux mendiant l'écouteDES MOTS criés à voix basseen ce lieu d'hommagela main tendue dans le videDES MOTS suspendusdans le silenceles yeux heurtant l'infini
Répondre
C


Bonjour Lutin, tout comme votre intervention sur "Le plus et le moins", ce commentaire est une poésie en soi. j'y suis sensible et vous en remercie.


jms








G
j'aime..ce silence me parle
Répondre
C

Chut ! …

C’est un silence qui passe…


 merci, gazou de votre fidélité et de ce partage des mots