Humanisme

Publié le par Cheval fou (Sananès)

(Réponse à commentaire sur "Rouges compagnons")

Rien de bon ne se construira tant que l’humanisme restera une utopie.

Tant que les dogmes de l’intolérance, de l’éradication physique et mentale de l’autre, que ce soit par la djihad ou toutes autres inquisitions radicales ; tant que toutes les philosophies nazillardes ne seront pas dénoncées, condamnées, combattues ; tant que l’impérialisme économique organisera la captation des richesses au profit de quelques-uns ; tant que l’avidité de certains organisera la précarité et la misère du reste de l’humanité,

nous ne serons pas une civilisation.

Nous serons un agglomérat de cultures hétérogènes et antagonistes ouvertes aux délires religieux les plus fous et aux paranoïas souvent justifiées mais extrêmement périlleuses pour l’humanité.

Le 3ème millénaire est condamné à un humanisme actif et intégral, je veux dire un humanisme qui aura des moyens d’action réels pour protéger les peuples et les citoyens du monde là où ils se trouvent, de même que dans chaque nation, quelle que soit sa culture, il aura pour devoir premier d’éduquer à la fraternité, à la laïcité (*) et au partage.

(*)Fraternité et laïcité sont un pléonasme que je me dois de faire, tant pour certains, le machisme et la suprématie religieuse ou ethnique semblent un droit qui s’opposent aux Droits de l’Homme.

JMS

Publié dans Coups de gueule

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Hélas, les valeurs humanistes sont trop souvent tournées en dérision par nos "analystes politiques" qui décryptent les propos de nos dirigeants pour nous les rendre accessibles, parce que nous, pauvres idiots, serions incapables de les comprendre....Interdit de rêver, à la fraternité, à un monde en paix, sans se faire taxer d'angélisme ou d'utopisme.Heureusement qu'il est encore possible de mettre des mots sur nos rêves...J'ai mis votre blog en lien.
Répondre
C
<br /> <br /> Angélisme ou pas l'utopisme reste mon droit et j’espère le voir un jour devenir le berceau des lois.<br /> <br /> <br /> Votre blog sera aussi en lien sur  CF.<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />
G
Je ne peux que partager votre réflexionReste à trouver comment , dans la vie de tous les jours, faire progresser l'humanisme
Répondre
C
<br /> je sais que nous partageons certaines valeurs <br /> je vous remercie de votre visite<br /> jms<br /> <br /> <br />
B
J'approuve et même applaudis à cette réflexion. C'est aussi ma conviction depuis longtemps. La loi économique a traversé, renversé et écrasé les frontières, pour son seul profit hélas. Il est temps que l'humanité prenne définitivement et irrévocablement le pas sur elle. Il est temps qu'on cesse de considérer la tradition comme un droit, les coutumes comme un fondement inébranlable et les religions comme autant de lois en soi. C'est peut-être là qu'il faut chercher la dernière mission de l'Occident, et son ultime chance de racheter par une conduite exemplaire tout le mal qu'il a perpétré au cours de l'Histoire. L'Occident, entendons par là les pays économiquement développé, car je n'ose plus parler de culture ni de respect des Droits de l'Homme quand je vois à quel point ces puissances mondiales les foulent au pied. La crise que nous traversons, vraie ou fausse peu importe, n'en a pas moins valeur d'exemple et de leçon : elle nous montre les limites de notre système fondé sur la loi du plus fort, appliquée à l'économie. Cette puissance devrait, comme toute force, comme tout avantage, être mise au service de l'humanité, et que ce principe passe avant tous les autres, au nom de la plus simple dignité, du devoir d'un homme vis-à-vis d'un homme. Oui, en effet, discours utopique, ô combien ! Mais l'utopie seule est en mesure de faire avancer le monde d'aujourd'hui, et de le tirer du bourbier infâme dans lequel son avidité l'a mis. Hors le respect de la vie, il n'est pas de progrès : technique, technologie et science ne valent rien par elles-mêmes, seule l'application qu'on en fait leur donne raison d'être. Et dans la pratique, aujourd'hui, nous sommes loin du compte. Encore une fois, j'applaudis à votre réflexion, contre laquelle je ne trouve rien à redire. Il m'est agréable de trouver ainsi l'expression d'une pensée humainement noble, agréable et rassurant. Reste à la répandre, et nous devons nous y employer autant que possible. Bien amicalement à vous.
Répondre