Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le rien du moment

Publié le par Ile Eniger

Cet article est reposté depuis une source devenue inaccessible.

Ils courent partout, s'agitent, s'inventent des raisons. Moi je n'ai plus la force. Et surtout plus l'envie. J'ai le rien du moment, son éclatante totalité. Sa blessure, sa lumière. Parfaites. L'instant fugitif, perpétuel. La mésange de passage. La sauterelle qui loge sur un coin du balcon. Au loin, l'écharpe neigeuse des montagnes. Le brin d'herbe à l'angle de l'immeuble. Un ballon rouge oublié. Du linge qui sèche. La voix d'un enfant qui apprend sa leçon. Ces mots, réfugiés dans mes mains. Aucune réflexion, inflexion, n'atteindront cette absoluité inégalable. Ce quelque chose élémentaire qui ne tremble ni espère. Qui est.

 

Ile Eniger - Les mains frêles (à paraître)

Partager cet article
Repost0

Toutes les mémoires sont miennes

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Mémoires de tueurs glorifiés
mémoires de victimes
toutes les mémoires sont miennes.

Celle de cet autre que j'ai tant aimé
celle de celui que j'ai détesté
celle de celui qui tua mes frères
celle des assassins de peuples
celle de tous ceux qui vont
ambitions en avant et fusils en tête
celle de ceux qui vont au nom de Dieu
de ceux qui ne se savent pas diables
de ceux qui me préfèreraient mort
de ceux qui affament les enfants
les laissant ventre gonflé, gisant dans la misère
de ceux qui tuèrent nos pères
comme d'autres arrachaient la peau des enfants phoques
de ceux qui emplissent cimetières et fosses communes
de ceux qui ne trouvèrent jamais le chemin
et ne savaient pas que nous étions frères
venus d'une lointaine cellule aux embruns marins

Aucun d'entre eux ne savait que nous étions frères
aucun n'avait vu le baiser des colombes
la douleur des mères pareille à celle des mamans biches
à celle des guenons de laboratoire
à celles des femmes devant la mort d'un enfant
quand l'injustice ou le fusil exulte.

Toutes les mémoires, toutes les larmes sont miennes
car je suis du peuple de la vie
et seuls les espoirs m'écrivent au futur.

JMS18/11/2020

Publié dans Textes de JMS

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2