Une voix

Publié le par Ile Eniger

Cet article est reposté depuis PAGES ECRITES.

Une voix

C'était au soir, Je vous lisais. Vous étiez l'oiseau, la grâce légère se passant d'approbation. Comme un ami des roses, vous regardiez par-dessus le mur. Je voyais avec vous. C'était une trace sur la neige, parfaite. Une voix ouvrant ses fenêtres sur des souffles de nuits d'été.  C'était un état donnant corps et âme à toute chose. Peut-on imaginer plus belle manière de s'endormir que votre voix de papier, de mâle intensité et d'infinie douceur, murmurant de si belles choses ?

Ile Eniger - Les pluriels du silence (à paraître)

http://insula.over-blog.net/

Publié dans Ils disent

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article