Digression agnostique (Lettre aux guerriers des dieux sanglants)

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Pour les détenteurs de vérité
ceux qui ont la formule du Suprême
et partent à la guerre
Pour ceux qui la font
croyant que Dieu est avec eux
je prie
car : Heureux les pauvres d’esprit le ciel est à eux
Dieu a une formule :
matière + infini + vide + énergie
= Vie + Mystère
Qui touche à la vie conjure contre Lui
Dieu ne s’enferme ni dans des mots
ni dans des croyances ni dans des images
c’est le mouvement du Tout vers autre chose
Homme pétri d’amour
oublie la haine
car tous nous sommes
fils des dieux clairsemés de par le monde
car tous nous sommes
fils des mille idées germées
à l’écoute du lendemain meilleur
Guerrier des dieux homicides
qui porte la mort à la pointe de la prière
ne parle plus d’amour
Camarade horri-flammé de l’ordre rouge
militant gammé des désordres noirs
qui taille ton tribut dans la chair des peuples
ne parle plus d’humanité
Militants, camarades
et guerriers des dieux sanglants
vous qui n’êtes
que de mort et de diable
Sachez, maîtres de la haine :
les cieux et les idées
que vous revendiquez
ne sont la propriété de personne
d’aucun dogme
d’aucun pouvoir
Religions et doctrines
sont locales et temporaires
leur exportation guerrière
est nécessairement colonialiste
Maîtres du malheur et des pleurs
nos morts innocents vous attendent
craignez nos cimetières
s’il est un ailleurs nous vous y attendrons
mes frères sont Juifs et Palestiniens
Berbères aux yeux clairs
Arabes au teint mat
âmes volées à la liberté
hommes noirs
Indiens du Pays d’Honduras
torturés du dollar
Bosniaques abandonnés
enfants des dieux anciens
dont on a pillé les âmes
débris noirs au pays d’oubli
et sang jeté sur les pavés d’Alger
Ici-bas, nous sommes la nation du monde
Notre légitimité est d’amour
quand votre imposture tisse
les sermons doux fielleux
qui s’en réclament
Ici-bas, mes frères vont tous
coeur ouvert
vont tous
l’âme en larmes
ouverte sur la douleur des hommes
Ici-bas, avec eux je vous demande :
Quel dieu enfanta tant de haine ?
Quel idéal, quelle foi
revendiquera tant de crimes ?
Homme pétri aux souillures de l’Intolérance
retrouve les chemins de l’Amour
car il n’est ni religions vraies
ni authentiques morales
qui puissent confondre
l’Amour et la Mort
la soumission et le vouloir
Es-tu encore Homme
homme pareil à moi
qui ne connaît encore
le plus fondamental
le plus divin des droits
celui qui s’appelle justice ?
Ici-bas
range tes armes
prends nos larmes
dépose ta haine
prends ma main
rejoins-nous
car nous sommes la nation humaine
Allons proclamer
que tout ce qui vit, mange
boit et souffre a droit au Droit
Allons proclamer
ce que la raison demande
ce que le cœur exige
Allons jardiner la raison
semons l’utopie, ce rêve à fleurir
déjà, les Droits de l’Homme
sont nés d’un rêve
le monde a encore besoin d’utopie
Alors
un jour
je promets
un jour, les exclus du monde
connaîtront le droit au pain et à la dignité
Un jour
toute espèce
rescapée du grand holocauste
pourra vivre en ce monde
que nous avons accaparé
toute création y trouvera ses droits
Un jour, c’est sûr
un jour
l’Amour fera loi au pays de Justice.
1975
 
in Cheval fou
et Chemin de pluie et d'étoiles - Tome 1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article