Tu es partie ma vieille chatte

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Noir ton avenir Bambou, noire ta peau et noir mon cœur.
C'est l'impuissance à soigner et à sauver qui m'est douloureuse
plus encore que de savoir finie la tendresse.
Cette bordure de cœur et nos regards croisés
qui mesuraient la taille de chaque instant,
les voilà restés là,  cloués à l'instant fatal où
sans rébellion, s'est atténuée la vie jusqu'à disparaître.
C'est la culpabilité d'avoir préféré ta mort à l’agonie,
la souffrance vaut-elle la vie ? La vie vaut-elle la souffrance ?
Chaque choix a son prix de lâcheté et de courage.
Tu es partie ma vieille chatte
toujours restée enfant timide et prête au moindre bonheur.
Reste le sentiment d'avoir trahi l'amour et la vie,
courage et lâcheté à porter comme un fardeau,
voilà ce qui m'est lourd.


Mon chagrin,
je l'apprivoiserai comme le prix d’un vieux bonheur,
me reste un enfant à trois pattes
et à marcher droit derrière mon cœur
.
JMS 21/08/20

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article