Lettre à ma fille

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Naissance

Toi
tu arrivais à peine
Moi
j’étais déjà en partance
La nuit vêtue de sa robe de noir
au creux d’années mémoire
bradait ma trentaine
et ma jeunesse se mettait en quarantaine
Toi
innocente
tu n'avais que sourires
à m’offrir
Moi
moi, je savais déjà
ce temps
qui nous séparait pour toujours
Pourtant petite inconnue, ma fille
moi, je t’aimais déjà
Dans cette guerre que le temps me livre
tes sourires sont mes armes
mes défaites tes larmes
tant pis si chaque minute qui passe
m’ampute d’un cheveu
Si tu m'aimes, petite
si tu m'aimes, ma fille
je serai heureux.

jms 1975 in Cheval fou

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article