Il y eut un autre temps

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

Il y avait eu un autre temps
Une moissonneuse y battait la campagne
Et l'odeur du blé chantait aux fêtes laborieuses
Il était homme courbé par le labeur
Mais homme d'amitié
C'était avant que le fils et la vie ne migrent
Avant que le fusil des solitudes ne le livre au silence.

Papi s'en est allé sur la grand' place du village
Le soleil et des quolibets d'amis l'y attendaient
Tout autour, les bruits chevauchaient des pas d'enfants
Et quelques carrés de mots et de rires
Puis, le temps a passé
La quiétude des jeux d'enfants s'est déchirée
Papi est maintenant seul sur la place
Les oiseaux sont partis et les "espincheurs"
Embusqués derrière les volets, ne le regardent plus.

Papi est un anonyme
Un de la rumeur des invisibles
Un transparent
Un à qui nul ne parle vraiment
Les "comment ça va", tout le monde s'en fout
Ce ne sont que des rebonds de silence
Des ricochets d'indifférence.

Papi ne sort presque plus
Les amis sont partis et ont rangé leurs quolibets
Tout autour, les bruits ferment l'enfance et l'amitié
Sur la place, les enfants devenus grands font leurs deals
Seuls quelques carrés d'ombre se souviennent
Des fêtes laborieuses et des amitiés effacées.

Papi se souvient
Des enfants et des oiseaux, du bleu dans le ciel
De l'amour dans l'air, d'un monde de labeur et d'amitié
C'était avant que les hommes ne deviennent des ombres qui se croisent
C'était bien avant que la peur et le virtuel n'expulsent la vraie vie
C'était au temps d'avant les années solitude
Avant ce vent d'indifférence où personne n'a de place
Avant le silence des amitiés tangibles

Désormais, frontières du réel
entre un "j'aime" smileyet un "j'adore"heart
les transparents ont une terre d'illusion
Papi a des amis sur facebook.

jms /6/02/20

mail

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article