Scaphandrier de la déraison III

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

La nuit est une errance, Café du Souvenir, je me suis vu manger des crêpes non loin de la Huchette, la musique était absente. Pourtant, dans le miroir de l'absence, j'ai croisé deux amis perdus en un temps de bousculade et de bruits de guerre, j'ai joué à "ami y es-tu ?" sans savoir s'ils en sont revenus.

Je ne bois plus l'eau de feu, certains rêves brûlent plus que de l'acide sur la peau, je ne crois plus que les fabricants de loukoums brodent l'avenir, un Président les a pendus. Mais rien n'est jamais fini, encore je retournerai aux hiers pour leur porter des fleurs. Parfois l'odeur d'une angoisse me percute de face mais Léo mon chat est là, à griffer mes douleurs. Rien de tel qu'un peu d'amour pour réparer le passé. Parfois mes rêves ne trouvent pas la sortie. L'éveil, en rien ne peut être une clef, il y a si longtemps que je le sais. On ne voit bien que dans ses rêves. Qui perd ses rêves perd le chemin.
La route aux éléphants chante si fort qu'hirondelles et corbeaux me poursuivent, je marche entre le vent et les étoiles. Encore, je ne suis pas assez passé pour ne pas rester.
Dans la mer aux souvenirs, mon stylo est scaphandrier

jms

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article