S'en vont (mes amis)

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

À toi qui part où s'en vont mes amis

S'en vont
s'en vont, emportant de nous mille choses
aux transparences concrètes et indicibles.

S'en vont
laissant de nous le mirage d'un temps à jamais orphelin
de maux inutiles et de mots de rien
de quotidiens de rires et de larmes envolés.

S'en vont
nous laissant seuls dans la traversée de l'inattendu voyage
seuls dans l'attente de tout et de rien,
s'en vont
quand, à la table du jour,
le seigneur des leurres dresse l'addition du néant.

S'en vont
comme tu es parti
et comme je pars, mon ami.

Il est des temps
 où tous allons,
où mes amis s'en vont
emportant de nous des morceaux de vie,
tous s'en vont
emportant des morceaux de nous.

Partez,
partez comme je pars mes amis.

Pourtant, plus loin que les heures,
vous êtes là,
pourtant, plus loin que les heures
je resterai là
les doigts agrippés
à ce qui reste de nous,
à tout ce qu'il nous faut encore regarder,
encore et encore aimer,
car le précieux est fragile
aussi fragile que la clairière aux mots perdus
où les étoiles reposent.
Et même s'il ne reste d'elles
que lumière d'astres disparus,
quelque part au centre de moi,
elles sont là,
comme le cri d'un papillon qui défierait l'oubli
pour éclairer l'éternité du noir.

 

jms-lettre à Pascal

Publié dans Textes de JMS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article