J'ai si mal de toi que je sais et ne connais pas

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

 

Je regarde ces enfants

une fente ouvre mon regard d'une envie de pluie

j'aimerais tant en prendre un dans mes bras

le serrer et lui dire viens chez moi

viens, j'ai plus que de la tendresse à t'offrir

j'ai du pain, un coin de cœur, un coin de chambre

un lit et des livres à t'ouvrir

 

Un flot d'amour,

comme un papillon

épinglé sur un bouchon

harponne le papier

 

Mais ton image déjà s'oublie

une autre arrive

la vie te zappe

et je reste là

une blessure informe

une morsure

agrippée à ma conscience

j'ai mal de toi

toi pareil à mes enfants

toi si loin

que je sais

et ne connais pas

 

jms

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Tes mots traversent les images trop vite noyées dans les flots d'images ininterrompus.<br /> Tes mots comme une morsure sur les consciences. Peut-être sauveront-ils quelques consciences d'une mort sûre...<br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> Robert
Répondre
C
Tu le sais bien toi, l'homme du noir et blanc et de la couleur : figer l'instant n'arrête pas le cri. L'image est un muet qui hurle.<br /> Je te remercie pour cette visite, as-tu une nouvelle adresse de blog ? <br />