Aux larmes citoyens - Rendez-moi Mai 68 !

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

"Aux larmes citoyens", ont-ils dit,

savaient-ils que l'heure de courber le dos

doit un jour enfin finir ?

 

"Rangez, pliez, fermez vos utopies", disaient-ils,

Ne savaient-il pas que le temps d'armer nos rêves

était encore là ?

 

Moi, vieille pierre posée sur la mort des rêves

je me dresse, et déclare :

Ouvrez les tombeaux de l'abstinence

La résignation est l'ennemie des peuples.

 

J'en appelle à l'espoir citoyen

J'en appelle au droit, au travail et au pain

Je déclare que la spoliation, la confiscation,

l'accaparation du bien commun

sont un même crime économique

majeur et condamnable.

 

J'en appelle à la révolte des moineaux

pour ne plus oblitérer les cris et les graffitis sur les murs

J'en appelle aux poings levés, aux frondes de l'amour

et revendique le droit à un monde humain.

 

Je suis porteur d'un deuil du bonheur

je suis en berne de ces travailleurs spoliés,

je suis las d'une politique funéraire : "Le rêve est mort, circulez !"

de cet empire de la dérision qui défenestre le mot justice,

je suis las de ce pouvoir qui, sous faux couvert de raison,

prône la résignation pour les uns,

la richesse, la santé et le reste pour eux.

 

Je veux ressusciter le cri et l'espérance

au prix même de la révolte.

 

Je parle d'une mémoire en deuil

où chaque jour on enterre la joie,

j'en appelle à la jeunesse insoumise

loin des mornes projets,

J'exige l'équité et une même justice pour tous,

J'exige la fin d'un monde à deux vitesses.

Je veux l'égalité et le droit au bonheur.

 

Rendez-moi mon Mai 68 !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article