J'écris dans la désespérance des utopies

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

 

Sur les claviers,  dans  la désespérance des utopies,

je sculpte des mots d'espoir et de larmes sur des avenirs d’enfants.

Sur des papiers aphones, je griffonne de ce terminal de l'âge

où la raison se perd dans l'effacement des chemins.

 

Assis sur les certitudes d'un vieux monde

qui renie ses crimes, vend ses pesticides,

rejette son carbone et marchande la misère,

je calligraphie des cris de sang.

 

Je sonne le tocsin quand l'élite vomit son indifférence triomphante

alors que dans nos rues et ailleurs, le froid, la faim et le non-droit

laissent des corps sans vie le long des routes.

 

Je pleure car les enfants, les femmes, et les hommes esclaves

sont toujours trop loin  pour toucher les consciences.

J’écris, quand Noël arrive, sur un monde qui cherche sa route.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article