Chantez, chantez compagnons

Publié le par CHEVAL FOU (Jean-Michel Sananès)

À Tristan Cabral pour son "Requiem en Barcelona"*

"nous irons à Montjuïc nous écouterons ce fou de Falla

nous irons voir les trois sans noms Ascaso, Durruti et Jover"

À toutes les larmes que Barcelone n'a jamais enterrées

qui encore coulent dans le sang survivants

.

Chantez, chantez compagnons
si aujourd'hui je suis triste
c'est de voir Barcelone pleurer
c'est de ne pas savoir qui a tort qui a raison
c'est de voir dans l'ombre des Ramblas
une odeur de poudre dans le sommeil des justes.

Si aujourd'hui je suis triste
c'est de savoir que l'oubli n'est pas venu
c'est de croire que Franco n'est pas mort
c'est parce que je ne veux pas oublier la mort
c’est parce que le fusil s’oppose à la main tendue
c’est parce que toute douleur est de ma couleur.


Chantez, chantez compagnons
la menace et la force ne sont jamais justes
quand se fissure le droit de la conscience
Si je suis triste c'est qu'aux souvenirs d'hier
de vieilles blessures rejaillissent
et que des hommes sont en prison.

Chantez, chantez compagnons
un peuple fier est à genou
aujourd'hui quand l'ordre claironne

si je suis triste c'est de ne pas savoir

qui a tort qui a raison
si je suis triste c'est de voir Barcelone pleurer.

JMS

*aux Editions Chemins de Plume

 

 

Publié dans Textes de JMS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article