Dans l’alphabet des jours

Publié le par Cheval fou (Sananes)

Il y eut une époque où j’avais égaré les clefs de ma vie ; en ce temps, j’ai travaillé et attendu que ça passe. Il arrive que la vie ressemble à ces matins que l’on pose sur des monceaux de jours et que le temps déchire. La vie c'est comme le café, c'est quand il est passé que l'on sait s'il est bon, bouillu, ou foutu.

L’autre nuit, je me suis réveillé, j’avais perdu trente ans à vivre des années  mensonge. Trente ans ça fait long pour un temps si vite passé. L’horloge biologique a couiné trop tard, un cri de genou par-ci, une adresse arrachée par-là, un numéro gommé, des vies  qui viennent, des vies qui partent, ce chat qui hante mon sommeil, et les nuits qui s’attardent. Il est des moments où l’essentiel s’étiole au cœur de la banalité. Et on te demande de croire aux habitudes, de te nourrir du quotidien ! Il est des temps où tu oublies de vivre.
Mais tes rêves ?

Mes rêves, je les garde au cœur pour être un homme debout.
Il y a longtemps, quand la jeunesse m’avait mis en quarantaine, je chantais encore mes vingt ans, mais maintenant, que chanter ?
Parfois un rire m’enchante, il a 8 ans et pas toutes ses dents,
d'autres fois les dizaines se cumulent et l’on a plus toutes ses dents.
Le miroir m’effraie.
Pourtant  je me fraie un chemin, j’avance au cri des crécelles, j’habite les jardins de la marge. Je ris, j’avance, j’attends ces lendemains où galopent les souvenirs, je lessive les rancunes car le malheur est fidèle à ceux qui le chantent. Je ne ressasse rien, hier n’est pas demain.
Si chaque jour je renais dans la chaussure de mes mots c’est que demain reste un mot du futur.
Je ne vais plus au miroir pour me voir, j’y vais pour rechercher celui que je serai.
Mes yeux, s’ils ont fermé mes vieilles douleurs, n’ont rien oublié de ceux que j’ai aimés, rien des rires d'enfants sur les chemins qui vont. Je les parcours en sautillant, je m’y prélasse,  je m’y attarde, m'y reconstruis. Je recrée un monde de soleils, de petites joies et de caramels mous. Je parle à mes mots sans dictionnaire, je les veux nus, simples comme le regard des pauvres gens car nul ne me ressemble plus. Fini l’orgueil, j’ai appris à pleurer, à demander sans exiger, j’ai appris à aimer sans vouloir de retour.
Il m’importe moins d’être que de vous savoir là. Je ne suis qu’une nuée de mots que la rumeur boira jusqu’à ce que le vent m’emporte.
Si les passions sont belles dans l’alphabet des jours, si elles sont douces-brûlantes au registre des mémoires, c’est aux blessures que l’on apprend que le précieux n’est pas dans le feu mais dans les cendres chaudes de fins de journées, là où les mains et les cœurs se réchauffent aux rires d’enfants. Le reste n’est qu’embrasements,  rien de durable pour le bonheur de vivre.
Seule la tendresse me rend la vie indispensable et  si je ne  suis qu’un homme qui passe, je sais qu'elle seule bâtit l’amour.
 
Je sais, quand tout s’en ira, il me restera encore la mémoire d’un chat.

JMS

Publié dans JMS - A paraître

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article