J’attends le jour

Publié le par Cheval fou (Sananes)

Au crescendo de la douleur
il y a ces mères et leurs cris
l’enfant mort et les larmes
Au crescendo de l’angoisse
il y a ces mères et leurs enfants
Au crescendo de haine
il y a ces lanceurs de bombes
qui attendent la réplique
Au crescendo du cynisme
il y a des maisons qui sautent
et des humains qui meurent

Est-il une autre légitimité que celle de vouloir vivre ?
Est-il un cri plus légitime
que celui d’une mère dont on tord le cœur ?
Est-il larme plus légitime
que celle qui salue la mort d’un enfant ?

Mères juives et mères de Palestine
j’attends le jour
où les fils du Livre et tous les fils de la vie
se reconnaîtront l’un en l’autre
J’attends le jour des frères
où il n’y aura d’autres Djihads
que celles du partage de la bonté et de l’amour

Mais autour de moi
les corbeaux croassent de vieilles haines

Autour de moi
le monde se resserre
comme un barbelé
sur la voix de l’ange
comme le feu
sur une chair d’innocent

Et tout autour
ripaillent les guerriers.

Publié dans JMS - A paraître

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Robert Burton disait qu'une religion est aussi vraie qu’une autre...malheureusement nous sommes bien peu à penser cela...
Répondre
G
Merci pour ce très beau poème !
Moi aussi j'attends le jour où les hommes se reconnaîtront comme des frères
Répondre