Lettre à Pierre Autin-Grenier

Publié le par Cheval fou (Sananes)


Ton regard amusé reste là
posé sur la rumeur tonitruante qui t’entourait

Tu es parti, disent-ils
n’en crois rien
tu vois bien que la vie ne part pas
elle s’arrête
mais tout reste en place

Tu crois avoir rangé ton habit de terrien
mais il n’en est rien
tu bruisses entre des fils d’encre vive
et encore tu ris
dans les chambardements de l’absence

Tu ne peux pas ne pas savoir :
la poussière d’âme est tenace sur le blanc des papiers

Tout reste
tout est là
l’absence n’emporte rien
seules certaines choses ne se ressembleront plus

Tu le sais
partir n’efface que les lendemains

Dans cette intermittence des heures
nous aurions pu nous mieux connaître
ici raisonnent encore
des soupçons d’amitié inachevée

Tu es là
dans cet hier
où tu glisses sur des rires et des sympathies

L’indicible d’un regard pèse par-dessus mon épaule.

 

jms

 

Publié dans JMS - A paraître

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Un bien bel hommage, c'était un grand Monsieur et un écrivain très talentueux.
Répondre
J
J'avais beaucoup de tendresse pour Pierre, j'attendais le ce salon de Montfroc en juillet pour le revoir avec Adeline, mais nous savions qu'à l'impossible nul n'est tenu
amicalement
jms
Répondre
A
il venait parfois à Annecy. j'aimais beaucoup son écriture
H
vous êtes un être de tendresse... vous ne perdrez jamais la terre de vue.
Répondre